Cranford

A Cranford, la bonne société est entièrement composée de quelques femmes vieillissantes, veuves ou demoiselles, fort occupées à tenir leur rang tout en dissimulant une pauvreté parfois cuisante sous une élégante frugalité et le refus de toute vulgarité ostentatoire. Les économies de bouts de chandelles font donc littéralement l’ordinaire de cette micro-société ou le moindre événement, une nouvelle coiffe, une visite, donne matière à interminables commentaires. La jeune Mary Smith, une citadine, rend régulièrement visite aux demoiselles Jenkins, l’altière Deborah et la douce Matty, et exerce ses talents d’observatrice du genre humain sur les mille petits riens du quotidien de Cranford…

Comme Lady Ludlow et contrairement à Nord et Sud, Cranford est une chronique plutôt qu’un roman, une suite d’anecdotes et de menus événements qui donnent une idée assez précise de ce que pouvait être la vie de la gentry anglaise d’un village de campagne dans la première moitié du XIXe siècle, et en particulier des femmes seules de cette classe. La satire, quoique moins mordante que celle d’une Austen, n’est jamais loin sous les rapiéçages et subterfuges dont usent ces femmes, pour la plupart assez ignorantes mais pénétrées de l’importance de leur position. Or le changement rode, le chemin de fer, la montée de nouvelles classes, le brassage social qui en résulte, les romans d’un nouveau venu nommé Dickens (petit clin d’oeil à l’éditeur de la dame), le développement d’une ville industrielle des environs qui pourrait bien être Manchester… Ces dames, confites dans le souvenir d’autres temps, doivent apprendre à composer entre les traditions qui fondent leur existence et une réalité parfois bien difficile à comprendre pour elles. Gaskell brosse ici une très savoureuse galerie de portraits pleins d’humour, de tendresse et de dérision sans jamais tourner ses personnages en ridicule quelque soient leurs travers, assez variés au reste et dont la narratrice n’est nullement exempte. Alors sans doute manque-t-il un fil conducteur un peu plus consistant mais, étant prévenue, je ne l’ai pas cherché et il ne m’a guère manqué. Et ce côté peut être un peu décousu est plus que largement compensé à mes yeux par l’écriture lumineuse de l’auteure. Une très belle lecture donc, qui ne fait que confirmer mon admiration pour Elizabeth Gaskell. Délicieusement anglais !

 

Cranford – Elisabeth Gaskell – 1851 – traduit de l’anglais par Béatrice Vierne – L’Herne – 2009

 

Les avis de Fashion, Isil, Chiffonette, Karine

 

Encore une jolie lecture dans le cadre du mois anglais de Cryssilda, Lou et Titine

De la même auteure dans ces pages :

Lady Ludlow

Nord et Sud

Ce contenu a été publié dans roman britanique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

21 réponses à Cranford

  1. Chimère dit :

    Là, je vais vraiment me sentir obligée…mais vraiment. 

  2. Joelle dit :

    C’est amusant de voir enfin ce titre chroniqué parce que j’avais justement remarqué sa présence à la biblio … avec le mois anglais et cette auteure sélectionnée, j’étais allée voir ce qui se trouvait sur étagères, même si je ne participe pas au challenge 🙂

  3. Cryssilda dit :

    Maintenant que je me suis mise à Gaskell, je vais continuer.. alors je lirai certainement celui-ci un jour !

  4. Karine:) dit :

    Yep, soooo délicieusement anglais!  On sent vraiment encore une fois la préoccupation du changement et de l’évolution chez l’auteure et j’adore.  

  5. Karine:) dit :

    Yep, soooo délicieusement anglais!  On sent vraiment encore une fois la préoccupation du changement et de l’évolution chez l’auteure et j’adore.  

  6. bladelor dit :

    Toujours dans ma PAL…. Je me fouetterais, tiens ! 😉

  7. La Palatine dit :

    Je vais essayer de le lire pendant les vacances 🙂 J’aimerais bien voir l’adaptation aussi, tu l’as vue? 🙂

  8. Grominou dit :

    Décidément il faut que je découvre cette écrivaine!

  9. Grominou dit :

    Décidément il faut que je découvre cette écrivaine!

  10. Une auteure qu’il va falloir que je découvre.

  11. Titine dit :

    Nous avons exactement le même avis sur ce livre. Elizabeth Gaskell fait partie de mon panthéon et j’ai hâte de découvrir les livres que je n’ai pas encore lus.

Répondre à Joelle Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *