Baise m’encor…

Bon je ne me résous pas à abandonner Louise si vite, je crois que je vais repartir pour trois tours et autant de dimanche…


Baise m’encor, rebaise-moy et baise ;
Donne m’en un de tes plus savoureus,
Donne m’en un de tes plus amoureus :
Je t’en rendray quatre plus chaus que braise.

Las, te pleins-tu ? Ça que ce mal j’apaise,
En t’en donnant dix autres doucereus.
Ainsi meslans nos baisers tant heureus,
Jouissons-nous l’un de l’autre à notre aise.

Lors double vie à chacun en suivra.
Chacun en soy et son ami vivra.
Permets m’Amour penser quelque folie :

Tousjours suis mal, vivant discrettement,
Et ne me puis donner contentement
Si hors de moy ne fay quelque saillie.


Louise Labé (1524-1566)

Sonnets

Ce contenu a été publié dans poèmes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à Baise m’encor…

  1. katell dit :

    Je comprends que tu ne puisses l’abandonner trop vite: quelle belle écriture, sensuelle et délicate 🙂 J’en redemande aussi!

  2. lou dit :

     

    Ah ! celui-là, je l’attendais.

    Quel art de la progression !

    (pédagogique)

    Et en orthographe d’époque, c’est dire que ce n’est pas du copier-coller et que ce n’est, pour le moment, nulle part ailleurs que chez Yueyin.

     

    Vivement dimanche ! ou plutôt (si on préfère Audiberti à Michel Drucker, tous les goûts sont dans la nature), Dimanche m’attend.

     

     

    • yueyin dit :

      Oui j’imagine bien que tu savais que ce sonnet arriverait un jour, comment y résister… Je les préfère en écriture d’époque que veux-tu et grâce à mon très beau livre, je peux !

  3. Gambadou dit :

    Tu nous diras combien tu as eu de connexion suite à ce post !

  4. Homéo dit :

    Je savais que les livres étaient une drogue pour toi mais là visiblement tu passes aux drogues dures 😉

  5. Celsmoon dit :

    J’aime la lire tous les dimanches chez toi 🙂

  6. Gaelle Nohant dit :

    Ah j’ai vraiment un gros faible pour Louise Labé et pour ce poème en particulier. Tout de grâce, de délicatesse, de féminité. Merci !

  7. Schlabaya dit :

    Même chose, cette poésie est délicieuse !

Répondre à katell Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *