Memento mori

memento-mori.jpg

Dans les beaux quartiers de Londres, d’étranges appels téléphoniques viennent troubler la quiétude, à moins que ce ne soit pimenter la vie, d’une brochette de personnes âgées. Points communs, toutes ont plus de soixante-dix ans et toutes se connaissent et s’apprécient (ou se détestent cordialement) depuis de nombreuses années. Le propos est toujours le même : Souvenez vous que vous allez mourir ! Et chacun de réagir à sa façon, avec curiosité, courtoisie, inquiétude ou paranoïa, et chacun de se demander lequel d’entre eux s’amuse ainsi avec les nerfs des autres…

Muriel Sparks est une romancière anglaise prolifique dont j’ai souvent croisé le nom, le mois anglais m’a paru le moment idéal pour la lire enfin et disons qu’elle décoiffe un tantinet Dame Spark. Memento mori est une fable plus grinçante que comique sur le vieillissement, ses conséquences et ses effets sur les relations entre personnes. Entre Dame Lettie qui passe son temps à réécrire son testament, Charmaine effrayée par sa propre faiblesse et la dépendance qui en découle, sa nouvelle gouvernante en mal de captation d’héritage, Alec qui observe ses contemporains avec la méticulosité – et l’empathie – d’un entomologiste, Taylor, ancienne dame de compagnie de Charmaine, désormais clouée dans un lit d’hopital en compagnie d’une dizaine de vieilles dames parfois hautes en couleur et tant d’autres encore, le moins qu’on puisse dire est que nous sommes loin de la douce sérénité de la vieillesse… Dans un style sobre et efficace, Muriel Spark confère à l’environnement somme toute prosaïque qu’elle décrit la cruauté d’une danse macabre… avec un nuage de lait. Féroce !

Memento mori – Muriel Spark – 1959 – Stock 1993

PS : Un peu angoissant quand même, brrrr…

english month

Lu dans le cadre du mois anglais des dames Cryssilda, Lou et Titine

Ce contenu a été publié dans roman britanique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Memento mori

  1.  

    Je passe mon tour.

    Une « fable sur le vieillissement » ? Je vais plutôt m’offrir ‘Martine à la ferme’, édition d’origine, excellent état, 1,50 euros. Je ne dirai pas où : je le veux !

     

  2. Le Papou dit :

    J’ai bien noté un Sparks dans ma liste mais ce n’était pas une Sparks. J’sais plus !

    Le papou

  3. Karine:) dit :

    tu penses que j’y survivrais?  Parce que je suis quand même tentée!  Me semble que c’est mon genre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *