The Secret Adversary

1155Jeunes, enthousiastes, désargentés et passablement désoeuvrés dans le Londres de l’après première guerre mondiale. Tommy et Tuppence, deux amis d’enfance, décident de créer The young adventurers, une sorte d’agence destinée à louer leurs services pour toutes actions sortant un peu de l’ordinaire et surtout rémunératrices. Du moins c’était l’idée, car avant même qu’ils aient pu la réaliser, l’aventure leur tombe dessus au détour d’un salon de thé, les entrainant dans une aventure aussi rocambolesque que dangereuse…

Ah Tommy et Tuppence ! Évidemment j’aime beaucoup les célèbres détectives de Dame Agatha mais Tommy et Tuppence, qui ont en quelques sortes vieilli avec elles, occupent une place particulière dans sa bibliographie. The Secret Adversary met en scène leur première aventure, plus roman d’espionnage que policier au demeurant, c’est aussi le deuxième roman d’Agatha Christie. A mon avis moins maitrisé que La mystérieuse affaire de Style, il n’en est pas moins parfaitement réjouissant en vertu de ses personnages, admirablement croqués et dont les « types » reviendront régulièrement dans l’œuvre de la romancière. Tuppence, vive, active (elle a été infirmière pendant la guerre comme sa créatrice), émancipée et étonnamment moderne, Tommy, assez lent et sans imagination mais dont la valeur se révèle dans les coups durs, Julius, l’américain milliardaire si dynamique, sir James Edgerton homme public plus que brillant, à la réussite et au magnétisme incontestables, Mrs Vandermeyer femme fatale un peu fanée mais encore dangereuse, et ainsi de suite…  Tous ces personnages ont des pendants (multiples parfois) dans d’autres romans de l’auteure et il est assez drôle de reconnaitre ici les premières ébauches de ce qui deviendra la marque de fabrique christienne (si j’ose dire). Tout ce qui fera le succès de la dame se trouve déjà ici, des personnages attachants, un zeste de féminisme, trois grains de conservatisme, des dialogues enlevés, beaucoup d’humour, une intrigue agréablement tordue et cette atmosphère si particulière de l’Angleterre du début du XXe siècle qu’elle savait si bien recréer. Allègre !

wasp&unicornThe Secret Adversary – Agatha Christie – 1922 – (Mr Brown en français)

Lu dans le cadre du Challenge  For the love of The Unicorn and the Wasp, où il s’agit de relire dans l’ordre chronologique tous les romans de Dame Agatha auquel cet épisode de Docteur Who (saison 4  épisode 7 avec le so glamourous (aux yeux de certaines) David Tenant, suivez un peu) fait référence. J’adore cet épisode, so surprising…

Edit edit j’ai oublié mes partners in crime Chiffonnette, Fashion, Isil, Karine, Mo et Pimpi, Shame on me !

PS : Tommy et Tuppence sont les héros de cinq romans, The Secret Adversary donc (Mr Brown) 1922, Partners in crime (publié en français en deux volumes « Associés contre le crime » et « Le crime est notre affaire) 1929, N or M ? (N ou M) 1941, By the pricking of my thumb (Mon petit doigt m’a dit) 1968, et Postern of fate (Le cheval à bascule (1973)… quand je vous disais qu’ils l’avaient accompagnés toute sa vie….

PPS : Dans un moment de masochisme absolu, j’ai comparé quelques passages avec mon exemplaire en français dont la traduction date de 1948… C’est à pleurer, il manque des passages entiers, des précisions, certaines choses sont changées on ne sait pas pourquoi… J’espère qu’il en existe de plus récentes et de meilleures, en vérité je vous le dis !

Ce contenu a été publié dans roman britanique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à The Secret Adversary

  1. Choupynette dit :

    c’est une plaie ces vieilles traductions…

  2. Le Papou dit :

    comme primo je ne regardes pas  »docteur machin » et deuxio je ne sais oàu sont passés mais Agatha je ne peux pas la relire d’autant que je ne me rappelle même pas de ces deux p;ersonnages… c’est dur dur de vieillir.

  3. Joelle dit :

    Je l’ai lu mais comme je n’en garde aucun souvenir, il sera relu dans quelque temps, le temps qu’il me faudra pour compléter ma collection des oeuvres d’Agatha Christie 🙂 Par contre, je me rappelle encore très bien « Mon petit doigt m’a dit » !!!! Il m’avait marqué celui-là 😉

  4. Isil dit :

    C’est très vrai ce que tu dis des archétypes des personnages qu’on retrouve en permanence chez Agatha Christie. Je n’avais jamais lu ce titre avant (En fait, je crois n’avoir lu qu’une ou deux avantures de Tommy et Tuppence) et bien sûr, Tuppence m’a fait penser à Victoria dans Rendez-vous à Bagdad et Mrs Vandermeyer à plusieurs personnages du même type. Ce n’est pas mon intrigue préférée mais rien que pour les personnages et l’ambiance, j’adore.

  5. Nanne dit :

    A chaque fois que je viens sur ton blog pour y lire des billets, je suis sûre de faire quelques découvertes littéraires intéressantes … Et là encore, tu agrandis mes perspectives, tu m’ouvres les yeux sur d’autres personnages de Dame Agatha Christie que je ne connaissais pas ! Hormis les deux célèbres héros que sont Hercule Poirot et Miss Marple, mon univers christinien est plutôt limité ! Mais cela va changer, désormais grâce à toi ;-D Merci qui ?!

  6. Karine:) dit :

    Voilà.  On retrouve en effet plein de personnages qu’on revoit ailleurs.  Mais je n’ai pas une aussi bonne mémoire que toi, en fait… et je connais surtout beaucoup moins bien les romans!  C’est quand le prochain?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *