Un cantique de noël

Scrooge est un vieillard richissime, solitaire, égoïste, méchant et, par dessus tout, avare. La nuit précédent noël, il reçoit la visite du fantôme de son défunt associé, Marley, qui semble tout sauf heureux dans l’au-delà et lui annonce la visite de trois fantômes, ceux des noëls passé, présent et à venir… Terrorisé Scrooge se prépare à vivre de bien curieuses épreuves qui vont changer son regard sur noël et par là même sur la vie.
A Christmas Carol, traduit en français tantôt sous le titre de Chant de noël tantôt sous celui de Cantique de noël est un conte plein de magie, de merveilleux et de bons sentiments… dans le bon sens du terme. Scrooge lui-même est un personnage que l’on retrouve très souvent cité au détour d’un roman anglosaxon, c’est un peu l’équivalent d’Harpagon en terme de caractère et il a servi de modèle au célébrissime Picsou de Walt Disney du temps où celui-ci était encore un personnage négatif. La tendance plus ou moins récente à faire de Picsou le héros qui a réussi et de Donald le looser a tendance à me rester en travers de la gorge mais je m’égare. Bref autant vous dire que j’étais ravie de rencontrer enfin la source de toutes ces références et ces clins d’oeil. Un chant de noël est un très beau conte, original dans sa forme, magnifiquement écrit et, en fait, beaucoup plus facile à lire que je ne l’aurais pensé. décidément il faut que je me débarasse de mes préjugés poussiéreux envers Charlie.
Si je l’ai lu ces derniers temps c’est bien entendu à cause du film de Robert Zemeckis qui a fait un tabac pendant les fêtes. Je l’ai peut être déjà raconté (peut être !!) mais je ne peux résister à l’idée de voir les adaptations des romans que je lis et inversement de lire les romans à l’origine des films que je vois, une manie, une habitude, une passion, un hobby, une pulsion… choisissez le terme qui convient le mieux. En ce qui concerne le dit-film donc, le moins que je puisse dire c’est qu’en plus de ses qualités esthétiques, il est extrèmement fidèle au roman. Les personnages, le découpage, les situations, tout est parfaitement réussi et respecte l’esprit et la lettre du roman. Si j’avais un bémol paradoxal ce serait qu’il est justement si fidèle qu’il n’apporte pas grand chose de plus mais je reconnais qu’on frôle le pinaillage. La 3D, en plus de m’avoir fait pleurer comme une malheureuse, permet de magnifiques images bien qu’elle ne soit peut être pas réellement intégrée à la réalisation. En résumé, un beau film qui met à la portée de tous un indémodable classique dickensien.


Un cantique de noël (A christmas Carol) – Charles Dickens – 1843
Le drôle de noël de Scrooge (Disney’s a Christmas Carol) – Roger Zemeckis – 2009


2/2

1/?

Ce contenu a été publié dans roman britanique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

28 réponses à Un cantique de noël

  1. Isabelle dit :

    Il est dans ma PAL, dans une jolie édition des éditions de l’Aube en plus, mais je n’ai pas encore pris le temps de m’y plonger…

  2. Joelle dit :

    Il faut vraiment que je me décide à le lire mais j’ai peur de me gâcher un peu le plaisir tellement je connais l’histoire par coeur avec toutes les adaptations faites pour le ciné ou la télé ! Et pourtant, j’aime beaucoup Dickens !

  3. Karine:) dit :

    J’ai beaucoup aimé aussi, autant le livre que l’adaptation (à part une genre de course poursuite!)  Ah, Dickens!

  4. Pimpi dit :

    J’ai pas trouvé le moyen de me bouger pour aller au ciné voir le film, mais j’avais aussi beaucoup aimé le conte!
    Et puis, on en parle dans Doctor Who!!!!

  5. Etoiledesneiges dit :

    Je l’ai lu récemment, pas vu le film mais en tout cas, j’ai beaucoup aimé le livre! Dickens a un style formidable, ce n’est que le deuxième que je lis de lui, mais j’ai hâte d’avoir le temps d’en lire d’autres!

  6. choupynette dit :

    Tu pinailles, toi?? noooon :)))

  7. Pimpi dit :

    Eh bien dans l’épisode de Dickens, c’est A Christmas Carol qu’il déclame sur scène avant que le fantôme ne commence à faire des siennes… et dans l’épisode d’Agatha Christie avec Donna, Donna « it’s like meeting Charles Dickens at Christmas surrounded by ghosts » ou quelque chose comme ça!

  8. Pimpi dit :

    mais de rien!!! ça m’a fait sourire, ces références… surtout de voir Dickens lui-même raconter l’apparition de la tête de Marley sur la porte de Scrooge!!!

  9. Gaelle Nohant dit :

    Ah ben justement j’avais très envie de le voir ! le problème c’est que je comptais y aller avec les enfants, mais l’aînée a 8 ans et apparemment c’est trop effrayant pour les petits. Donc je suis restée sur ma faim. Mais ton billet me donne très envie d’y aller seule.

    • yueyin dit :

      Je suis un peu étonnée, j’ai vu beaucoup de petits dans la salle quand nous y sommes allés, ce n’est vraiment pas un film qui fait peur et encore nous l’avons vu en 3D… je pense que tu pourras le montrer à tes choux dès qu’il sortira en DVD :-))))

  10. Gaelle Nohant dit :

    La vache… on m’avait dit que ça faisait beaucoup trop peur pour des enfants ! (on m’a dit la même chose de Max et les Maximonstres d’ailleurs). Mince alors, sinon je les y aurait emmenés ! En plus j’adore le Conte de Noël, c’est vraiment une une des histoires favorites.  Bon ben oui, on le verra en dvd 🙁

    • yueyin dit :

      Ecoute je suis surprise mais en même temps si même Max et les maximonstres paraissent trop effrayant à certains… j’ai certes une certaine tolérance par rapport à ce que je montre aux enfants (enfin montrait parce que maintenant j’ai plus grand chose à dire sauf pour vraiment des extrèmes) mais là quand même c’est vraiment un dessin animé pour enfant, le pire qui pourrait se passer c’est qu’un miniloup ne comprenne pas quelquechose mais voilà…

  11. Gaelle Nohant dit :

    Je suis comme toi, par ex j’ai deux petits loups qui ont 5 ans et ils regardent les films de Myazaki, dont le voyage de Chihiro, qui fait quand même un peu peur aux enfants mais ils adorent ! En fait j’ai toujours lu et montré à ma fille des histoires qui faisaient un peu peur, parce que je pense qu’avoir un peu « pour de faux » peur permet d’apprivoiser ses peurs bien réelles.

    • yueyin dit :

      Le voyage de Chihiro a causé une des rares crise de terreur de mon fils, il regardait le seigneur des anneaux sans battre un cil mais n’a pas supporter la transformation des parents de chihiro en cochon 😉 les peus des enfants ne sont pas forcément els notres. il aime toujours le film mais pas trop cette scène là 🙂

  12. Marie dit :

    Ahhh ! Toi aussi tu as craqué sur ce conte ! C’est ce qui m’a donné envie de découvrir l’oeuvre de Dickens…

  13. Gaelle Nohant dit :

    Tiens moi c’est pareil, c’est la scène des cochons qui a terrorisé ma fille !!  Elle ne l’aime toujours pas non plus !

    • yueyin dit :

      Je crois que là on touche aux terreurs les plus profondes des enfants : perdre ses parents, se retrouver en position inversée avec la charge de les sauver brrr j’imagine mais j’avoue que la première fois ça m’a pris par surprise…

  14. Ys dit :

    C’est ton livre que tu as photographié ? Quelle belle éditions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *