Là où s’étendent les ombres

Pourchassé par un gang qui a mis un « contrat » sur lui, un policier bostonien d’origine islandaise, Magnus Johnson, se retrouve bon gré mal gré consultant en « crime grave » pour la police de Reykjavik histoire de se mettre au vert. A peine arrivé, il se retrouve associé, au grand dam de ses homologues, à l’enquête sur le meurtre d’un professeur de littérature islandaise. Très vite le mobile parait tourner autour d’une saga inconnue, d’antiques manuscrits et d’acheteurs peu scrupuleux répondant à d’étranges pseudonymes tel qu’Isildur ou Gimli… Magnus se rend bientôt compte que des liens forts existent entre amateurs de saga et lecteurs de Tolkien et que les admirateurs du Seigneur des Anneaux sont beaucoup plus nombreux et pour certains beaucoup plus fanatiques qu’il ne l’imaginait…

Évidement avec un tel titre, un tel thème, de tels personnages (Isildur non mais vraiment !) ce roman ne pouvait que m’attirer mais fort heureusement il ne se limite pas à cela. Non seulement l’intrigue tient bien la route, intégrant des éléments historiques et littéraires sans jamais tomber dans l’excès ou la pédanterie. Mais de plus les personnages sont bien campés, les difficultés d’une double culture traitées avec subtilités et le cadre, disons exotique, de l’Islande actuelle, durement ébranlée par la « crise », exploité avec une certaine poésie. L’évocation des paysages désolés du Mordor m’est apparue évidente mais je ne pense pas qu’elle soit gênante pour qui ne connaîtrait pas le seigneurs des anneaux plus que cela. L’action est fluide, nerveuse, le contexte fascinant, un bon polar pour tous avec un zeste de Tolkien pour ceux qui aiment. Efficace !

 

Là où s’étendent les ombres – Michael Ridpath – 2010 – traduit de l’anglais par Paul Benita – First Editions

 

Un grand merci à Babelio et à l’opération masse critique


PS : Le coup de la carte du sud-ouest de l’Islande façon Terre du milieu en frontispice, j’adore!

PPS : Les quelques allusions à la « liberté sexuelle » islandaise vue par « l’américain moraliste » sont les seuls moments qui m’ont fait lever les yeux au ciel pendant ma lecture… Rien de grave, du détail, mais ce genre de dédouanements bidons, limite colonial type ma tonkinoise, commence à être récurrent et m’agace un tantinet.

PPS : Je n’en ai rien dit mais il est beaucoup question d’un anneau. Non ? Si, et d’un volcan aussi… je vous laisse imaginer…

Ce contenu a été publié dans Polar. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

22 réponses à Là où s’étendent les ombres

  1. Isil dit :

    Argh! Tu l’as eu par Babelio? Mais je ne l’ai pas vu! Argh! On aurait pu se faire une lecture commune 🙂

  2. Joelle dit :

    Tu m’as convaincue avec ton billet 🙂

  3. Chimère dit :

    Si tu veux toujours des références au Seigneur des anneaux puis je te suggérer la trilogie de romans noirs Le maître des agneaux : Les compagnons du loup, L’adoration des bergers, La brebie galeuse de Stephanie Benson.

    Tous les chapitres paraphrasent ceux du Seigneur des anneaux, la première phrase du premier tome c’est : Il était une fois un junkie dans un trou (si ça te dis quelque chose) et un des personnages fait nettement référence à Aragorn en citant le poème bien connu sur ceux qui errent et qui ne sont pas perdus.

    A part ça, c’est désespérement noirs comme sujets et pas très joyeux.

  4. Valentine dit :

    Je suis également convaincue, le titre passe directe dans ma LAL.

     

    Merci 🙂

  5. Choupynette dit :

    tu as déjà reçu ton livre pour Babelio.. bon sang, mais pour moi ça traine dis donc!

  6. Isil dit :

    Une lecture commune du « maître des agneaux », ça te dit? 😀

  7. Karine:) dit :

    C’est horriblement tentant, tout ça!  Faudrait presque que je relise le seigneur des anneaux avant si je ne veux rien manquer…

  8. Turquoise dit :

    Pffffff, moi j’attends toujours qu’on m’envoit le petit livre qui m’a été attribué via Babelio…

  9. Marie dit :

    Génial ! Ce roman a tout pour me plaire ! Ce titre rejoindra très vite ma pal…  😉

     

  10. Constance dit :

    j’ose à peine avouer que je suis réfractaire à Tolkien (un ennui mortel !!!) malgré mon amour de la fantasy. Donc quand je l’ai vu j’ai pensé qu’il n’était pas pour moi. Ton enthousiasme me donnerait presque des regrets.

    • yueyin dit :

      Oser dire qu’on aime pas Tolkien chez moi témoigne d’un certain courage en fait :-)))) bon pour le polar ça n’a rien à voir avec le style de Tolkien mais seulement avec certains de ses fans donc je ne sais que te dire (Tolkien rules !)

  11. Constance dit :

    C’est tout moi, courageuse version téméraire et inconsciente !!!
    Il fallait bien une petite voix discordante ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *