Trafic d’or sous les Tangs


J’ai déjà dans le passé écrit un
long billet pour clamer à la face du monde et des blogs mon admiration pour Robert Van Gulik et son juge Ti qui ont su comme personne nous faire voyager dans la Chine du VIIe siècle. Or il se trouve que c’est une chose que je partage avec  Thom  et mon estimé frère en blog et moi-même avons décidé cet été de relire toutes les aventures dudit juge en parallèle. Voilà, comme ça, une idée, une pulsion… tranformée en Golden Challenge. Nous les relisons dans l’ordre et nos billets paraitront, si Tolkien le veut, en même temps.
Commençons donc cette revue de détail par Trafic d’or sous les Tangs, première aventure du juge Ti lors de sa toute première prise de poste en tant que magistrat de district. En fait il semble que ce soit le quatrième juge Ti écrit par Van Gulik, mais chronologiquement c’est bien le début de la série. Au départ le diplomate sinologue qui écrivait pour le relaxer entre deux tâches plus absorbantes (dixit !) pensait écrire un ou deux romans. Devant un succès auquel il ne s’attendait pas,  il décida un peu plus tard de mettre en scène les débuts de son héros.
Sous les Tangs les magistrats remplissaient des fonctions très étendues, responsables aministratifs, enregistrement des naissances, morts, mariages, héritages, ils étaient également chargés du maintien de l’ordre. Pour cela ils avaient à la fois compétences de police, menant les enquêtes et instruisant les affaires, et compétences juridiques présidant les procès, prononçant les condamnations et procédant à l’exécution des sentences. Les enquêtes du juge Ti couvrent donc en général toutes les étapes d’une ou plusieurs affaires jusqu’à l’exécution des sentences, à moins que le crime soit assez grave pour que des autorités plus haut placées prennent les choses en main ce qui arrive parfois. Normalement les magistrats étaient mutés tous les deux ou trois ans. Après quelques postes les plus efficaces étaient promus, d’autres pouvaient rester juge de district toutes leur vie
Ti Jen Tsie a donc une trentaine d’année lorsqu’il arrive à Peng lai, première étape d’une carrière qu’il espère florissante mais surtout l’occasion de mettre à l’épreuve ses connaissances sur des hommes et non sur ce qu’il appelle lui même de la paperasse. Plusieurs affaires s’imposent à lui et s’entrecroisent. En l’espèce il s’agit de meurtres, dont celui de son prédécesseur, de contrebande d’or, de disparitions inexpliquées, d’attaques de Tigres et de troubles frontaliers avec la Corée récemment envahie…
L’atout principal de l’histoire est bien sûr l’utilisation que fait Van Gulik de thèmes chinois traditionnels, une méthode d’empoisonnement retorse, des appartitions de fantômes réels ou non, des tigres-garous (parfaitement vous avez bien lu), des devinettes, un brin de théatre et toutes sortes d’ingrédients propres à épicer une intrigue au demeurant des plus solide. Le tout écrit dans une langue fluide et agréable où certaines traductions du chinois sonnent sans doute un peu désuètes mais alors agréablement désuètes.
L’autre point positif à mettre au crédit de ce tome-ci est plus personnel je pense. Notre juge y fait en effet la rencontre de deux chevaliers des vertes forêts, des bandits de grands chemins pour parler clair, qui vont devenir ses « fidèles lieutenants », personnages récurrents de la série, et pour lesquels j’ai un faible.
Une belle intrigue, des personnages attachants, un décor aussi fidèle historiquement que dépaysant… Voilà, c’est du Van Gulik !

Trafic d’or sous les Tangs – Robert Van Gulik – 1959 – Traduit de l’anglais par Roger Guerbet – 10/18

Chronologie des enquêtes du juge Ti par Robert Van Gulik (publiés chez 10/18)

Le juge Ti est née en 630 à Tai-yuan, province de Chan-si. il y passe avec succès ses examens littéraires et devient fonctionnaire. Après quelques années passées dans la capital Tch’ang-ngan, il est nommé magistrat provincial en 663. Voici la liste de ses enquêtes :

En poste à Peng-lai (proche de la frontière coréenne) : « Trafic d’or sous les T’ang », « Le paravent de laque » (en voyage)

En 666, il est nommé à Han-yan : « Meurtre sur un bateau de fleur », « Le matin du singe » dans « le singe et le tigre », « Le monastère hanté »

En 668, il est nommé à Pou-yang : « Le squelette sous cloche », « Le pavillon rouge »(en voyage), « La perle de l’empereur », « Le collier de la princesse » (en voyage), « Assassins et poètes » (en voyage).

En 670, il est nommé à Lan-fang :  » Le mystère du labyrinthe », « Le fantôme du temple »

En 676 il est nommé à Pei-tchéou : « L’énigme du clou chinois », « La nuit du tigre » dans « Le singe et le tigre »

En 677, il devient président de la cour métropolitaine de justice et s’installe dans la capitale : « Le motif du Saule » « Meurtre à Canton »

Il meurt en 700

A ces titres il faut ajouter deux recueils de nouvelles « trois enquêtes résolues par le juge Ti », et « Le juge Ti à l’oeuvre » et pour clore le tout « Van gulik : sa vie son oeuvre » Wetering 10/18 1987.

Ce contenu a été publié dans Polar. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

36 réponses à Trafic d’or sous les Tangs

  1. L3D4V dit :

    Ben courage ma vieille…

    ça te fait quelques heures de lecture en perspective …Par contre faut que tu m’expliques le lien entre la volonté de tolkien et ton joli challenge doré et bridé ???

    Parce que ou je suis fatigué ou idiot mais j’ai pas capté : Van gulik est une réincarnation de tolkien ???

  2. Michel dit :

    Je pense lire cette série quand j’aurai diminué ma PAL.

    Je viendrrai donc voir chez toi l’ordre dans lequel le lire , car il y a il me semble une nouvelle série du juge Ti par Lenormand fréderic !

    sais ti quel lien ? 

    • yueyin dit :

      Oui absolument j’en ai critiqué un d’ailleurs, il était plutôt bon mais je n’ai pas continué, peut être qu’il manquait un je ne sais quoi ou peut être que je suis de parti pris… va savoir mais j’en ai un deuxième qui attend sagement dans ma pal 🙂
      J’espère que les juge ti te plairaont Michel et en fait je crois qu’il y a de grande chance 😉

  3. Mo dit :

    J’aime beaucoup ce challenge, qui me rappellera des souvenirs de plage…Mais il me reste encore beaucoup d’enquêtes à lire!

  4. Karine:) dit :

    Je sens que je vais beaucoup aimer suivre ton challenge!!!  Bon, c’est bien connu à présent, je suis une inculte, donc, je n’avais même jamais entendu nommer cet auteur!  Mais continue comme ça et je sens que je vais faire plus que connaître son nom!

  5. Chimère dit :

    Oh comme cela tombe bien, ton billet va beaucoup m’aider pour ma liste du challenge abc 2009. Bon challenge alors.

    • yueyin dit :

      ah bon, tu vas ajouter quelquechose à tes V… tu ne connaissais pas mon petit juge (enfin petit c’est une façon de parler, je ne crois aps qu’il apprécierai d’ailleurs ;-))

  6. Andromède dit :

    oh que ça m’intéresse O___O ! Je note ! C’est exacteent le genre d’histoire qui me fait couiner, et si en plus c’est une série longue… Yummy o/ ! Bon courage pour ce challenge 😉

  7. Chimère dit :

    Oui il me faudrait un titre pour la lettre V j’ai d’autres candidats bien sûr mais on ne sait jamais.

  8. Brize dit :

    J’en ai lu je ne sais combien : j’aimais beaucoup cette série !

  9. Nanne dit :

    Super challenge, Yueyin, avec un juge dont j’ai aimé les aventures à leur sortie. De bien bons souvenirs de lecture … à reprendre ultérieurement. J’attends (patiemment) tes articles pour ce challenge ;-))

  10. lou dit :

    Bonsoir yueyin,
    j’ai lu ton petit mot élégant chez moi et j’y ai répondu.

    Je passe ici simplement pour dire à Thom que les deux articles, le sien et le tien, ne sont pas « différents ».
    Le tien est excellent, lui.
    😉

  11. Naïk dit :

    En général, j’aime beaucoup les séries publiées par cette collection et pourtant je n’ai pas encore lu les enquêtes du juge Ti ! Une lacune qu’il faut absolument combler ! Avec ce que tu écris, je doute d’être déçue 😉

    • yueyin dit :

      ah non pas de déception possible, ce juge est un incontournable pionnier de la collection grand détective :-)) En fait il a été publié aussi dans d’autres collections mais ceci est une autre histoire…

  12. Gaël dit :

    你早
    Cette série m’a en effet l’air tout à fait alléchant!!!

  13. Armande dit :

    Après avoir dévoré les enquêtes du juge Ti, j’ai découvert les nouvelles enquêtes du juge Ti de Frédéric Lenormand. Les trois premiers tomes sont très (trop) fidèles à l’univers de Van Gulik. En revanche, à partir de « Madame Ti mène l’enquête », l’auteur s’éloigne du style du « maître » et nous offre des romans bien ficelés et surtout très drôles !

    • yueyin dit :

      Ah tu fais bien de me le dire car je me suis arrété au premier Lenormand, le trouvant bon mais effectivemetn presque trop fidèle à l’original… j’essaierai donc madame Ti 😉

  14. Monsieur de C dit :

    Bonjour
    Je me suis fait l’écho, dans mon blog, de ce sympathique défi à quatre mains. Peut-être arriverez-vous, à vous deux, à me donner envie de redonner une chance à Van Gulik de m’inviter à le suivre sur les pas du juge Ti ?

    Salutations cordiales.

    • yueyin dit :

      Merci !  il faut très certainement retenter le juge Ti… Je prends beaucoup de plaisir à cette relecture et je suis sûre que d’autres pourraient apprécier eux aussi 🙂

  15. fashion dit :

    Bon, ça ne va pas te surprendre mais je les ai tous lus… :))) Sacré challenge, dis donc! Bon courage! :))

  16. Isil dit :

    Tu prêches une convertie. J’ai bien aimé les deux que j’ai lu (parmi les derniers chronologiquement d’ailleurs). Une excellente série policière sur fond de culture chinoise traditionnelle.

  17. Thom dit :

    Super !!! Comme je m’y attendais, nos textes sont très différents, et donc parfaitement complémentaires !

    Je sens que ce challenge va être SUPER INTERESSANT 🙂

    (hé, Fash, si tu veux peut jouer 😉

  18. uncoindeblog dit :

    J’adore tout simplement et les ai tous lu également. J’ai découvert Van Gulik au cours de mon premier stage professionnel en Bib. Municipale (la responsable a pensé, à juste titre, que cela devrait me plaire).
    J’ai une excellente bio qui lui est consacrée (Janwillem van de Wetering aux ed Christian Bourgeois) si cela t’intéresse Yue-Yin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *