J’ayme qui m’ayme, autrement non

Et de nouveau, Charles…

 

J’ayme qui m’ayme, autrement non ;

Et non pour tant, je ne hay rien,

Mais vouldroye que tout fust bien,

A l’ordonnance de Raison.

Je parle trop, las ! se faiz mon !

Au fort, en ce propos me tien :

J’ayme qui m’ayme, autrement non,

Et non pour tant je ne hay rien.

De pensees son chapperon

A brodé le povre cueur mien ;

Tout droit de devers lui je vien,

Et ma baillé ceste chançon :

J’ayme qui m’ayme, autrement non,

Et non pour tant je ne hay rien.

 

Charles d’Orléans (1394-1465)

 


Ce contenu a été publié dans poèmes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à J’ayme qui m’ayme, autrement non

  1. bookworm dit :

    Dur retour au vieux françois…

  2. Cuné dit :

    J’aime le titre, il reste en tête. « J’aime qui m’aime autrement non », c’est beau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *