Poèmes d’été


Je mourrai d’un cancer de la colonne vertébrale

Je mourrai d’un cancer de la colonne vertébrale
Ça sera par un soir horrible
Clair, chaud, parfumé, sensuel
Je mourrai d’un pourrissement
De certaines cellules peu connues
Je mourrai d’une jambe arrachée
Par un rat géant jailli d’un trou géant
Je mourrai de cent coupures
Le ciel sera tombé sur moi
Ça se brise comme une vitre lourde
Je mourrai d’un éclat de voix
Crevant mes oreilles
Je mourrai de blessures sourdes
Infligées à deux heures du matin
Par des tueurs indécis et chauves
Je mourrai sans m’apercevoir
Que je meurs, je mourrai
Enseveli sous les ruines sèches
De mille mètres de coton écroulé
Je mourrai noyé dans l’huile de vidange
Foulé aux pieds par des bêtes indifférentes
Et, juste après, par des bêtes différentes
Je mourrai nu, ou vêtu de toile rouge
Ou cousu dans un sac avec des lames de rasoir
Je mourrai peut-être sans m’en faire
Du vernis à ongles aux doigts de pied
Et des larmes plein les mains
Et des larmes plein les mains
Je mourrai quand on décollera
Mes paupières sous un soleil enragé
Quand on me dira lentement
Des méchancetés à l’oreille
Je mourrai de voir torturer des enfants
Et des hommes étonnés et blêmes
Je mourrai rongé vivant
Par des vers, je mourrai les
Mains attachées sous une cascade
Je mourrai brûlé dans un incendie triste
Je mourrai un peu, beaucoup,
Sans passion, mais avec intérêt
Et puis quand tout sera fini
Je mourrai.

Boris Vian

Ce contenu a été publié dans poèmes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Poèmes d’été

  1. Soïwatter dit :

    On reconnais bien là la prose de Boris Vian dans ses moments les plus noirs, dans ces roman édités sous le nom de Vernon Sullivan… C’est magnifiquement macabre… Un vrai hiver villonesque…
    Encore une merveille que tu partages avec nous.

    Mais n’est-ce pas un peu morbide pour un poème d’été?

  2. anjelica dit :

    Rien qu’en lisant le titre, je me suis dit cela ressemble à du Boris Vian 🙂

  3. Georges F. dit :

    Superbe poème, merci. Je ne crois pas l’avoir déjà lu. C’est là que je me rens compte que trop écrire, c’est ne plus assez lire.

    • yueyin dit :

      MAlgré tous mes efforts et pourtant je n’écris pas sauf sur mpon blog, je n’arrive pas à tout lire… et pourtant j’aimerai… Boris Vian est le premier poète dont j’ai acheté les recueils  » de mon plein gré » et il a toujours gardé une place à part dans mon panthéon poétique personnel 🙂

  4. L3D4V dit :

    ben voila ça c’est un poème qui me va mieux…il m’avait un peu échappé celui la alors merci à naïna qui par son commentaire a piqué ma curiosité

  5. fashion dit :

    C’est bien beau tout ça, Boris Vian, la poésie, la kulture, bla bla bla, mais moi j’attends autre chose, m’ame Yueyin, hein ? :)))

  6. Ys dit :

    Je mourrai d’amour dans un lit

    Quand il m’aura tout donné

    Je mourrai d’amour dans un champ de trèfle

    Á jamais inassouvie

    Je mourrai d’amour dans un coin

    Un jour il ne voudra plus de moi

    Je mourrai d’amour comme un chien

    C’est l’oubli qui me tuera

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *