Du côté de chez Swann

du-cote-de-chez-swann.jpgDu côté de chez Swann est le premier tome de La recherche du temps perdu. Ce roman qui commence par le plus fameux incipit de la littérature française – Longtemps je me suis couché de bonne heure – se divise en trois parties distinctes. Dans la première – Combray – le narrateur, se remémorant les différentes chambres qu’il a connu dans sa vie, plonge peu à peu dans les souvenirs d’une enfance protégée et en particuliers de ses vacances de pâques qu’il passait à Combray – village à la prévisibilité rassurante – où le temps s’écoulait entre lectures paresseuses, diners familiaux, angoisses nocturnes et longues promenades. La géographie sensible du narrateur se scinde alors en deux directions, le côté de chez Swann – tout d’odeurs et de sensualité, et celui de de Guermantes incarnant réussite et mondanités. La seconde partie, roman dans le roman, détachée mais résumant et annonçant tous les thèmes de la Recherche, conte la dévorante passion de Swann – personnage récurrent de la première partie et double fantasmé – à moins que ce ne soit modèle – du narrateur – pour Odette, une « presque cocotte ». La dernière partie enfin, revient au narrateur et à ses longues rêveries de voyages s’enroulant autour de noms de lieux qu’il rêve de visiter…

Dis ainsi, cela vous parait-il ennuyeux ? Et bien cela ne l’est pas !

Il n’est guère de lecteurs francophones qui ignorent le nom de Proust et son goût pour les petites patisseries courtes et dodues – expérience de mémoire involontaire devenu symbole absolu du phénomène. Pourtant la rumeur conseille d’éviter l’homme aux phrases trop longues et, jusqu’au mois dernier, je n’en savais guère plus sur l’auteur et son oeuvre cathédrale. Certes je me disais de temps à autres, qu’un jour peut être… et puis vinrent les livres audio. Car tout a commencé ainsi… Un livre audio, un long trajet en voiture et la voix d’André Dussolier me lisant Sur la lecture – préface de Proust à l’une de ses traductions de Ruskin et premières réminiscences de Combray. Quel choc ce fut ! J’ai enchainé avec Du côté de chez Swann et comme André n’allait pas assez vite, je me suis mis à le lire en parallèle. Au rythme de mes trajets et de mes soirées, je lisais ce que j’avais déjà écouté, j’écoutais ce que j’avais déjà lu, je relisais, je réécoutais, je baignais dans ce monde lumineux et coloré, c’était magnifique – c’est magnifique. Peut être ai-je atteint l’âge de la nostalgie car je fut instantanément conquise. Pour ceux qui comme moi, ne se sont jamais approchés du monstre, c’est en effet de cela qu’il s’agit. Le temps perdu, c’est le passé qui ne revient plus, celui qui renferme les trésors de nos expériences, de nos sensations, de l’influence de l’art sur nos sens, le souvenir de l’amour, de la jalousie, de la souffrance, de la vie en somme. Une pure merveille qui se lit lentement car elle vous entraine et vous perd dans les méandres de ces longues phrases songeuses, précises, étincelantes qui vous poussent à la rêverie et la méditation à chaque détour de phrase. On dit que la Recherche est le premier roman moderne, c’est aussi un long poême en prose, une reflexion sensible sur l’humain, un monde en soi, et encore autre chose sans doute qu’il me reste à découvrir. Monumental et fantabuleux !

Du côté de chez Swann – Marcel Proust – 1913

PS : Depuis j’ai lu deux essais sur Proust, deux biographies, vu les trois adaptations cinématographiques tirés de la Recherche et j’en suis à la moitié du tome 3 – Du côté de Guermantes – et c’est toujours aussi bon 🙂

PPS : Je sens que je devais vous dire d’autres choses sur Vinteuil, sa fille et sa sonate, les aubépines, les asperges, Françoise et la Charité de Giotto mais il ya beaucoup trop à dire, je ne saurais même pas par où commencer… essayez donc !

PPPS : Je vous ai dit qu’il y a des passages franchement drôles et acides ?

PPPPS : Je sais j’ai l’enthousiasme… enthousiaste mais bon, vous me connaissez, obsessionnelle est mon deuxième prénom…

Ce contenu a été publié dans roman français. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

36 réponses à Du côté de chez Swann

  1.  

    Bienvenue au club !

    Tu as lu bien des choses sur Proust, mais connais-tu cette petite page ?

     

    http://www.libellus-libellus.fr/article-21307060.html

     

    « le passé qui ne revient plus, celui qui renferme les trésors de nos expériences, de nos sensations »

    Il en sera bientôt question dans Libellus, à propos d’un autre miséreux du temps perdu : Rousseau.

     

  2. Aifelle dit :

    Il n’attend que mon bon vouloir dans ma PAL ; j’ai écouté les quatre premiers CD du même enregistrement que toi, c’est .. berçant je dirais. Je lis en ce moment un petit livre amusant « chercher Proust », l’auteur est sans doute un fin connaisseur de la recherche.

    • yueyin dit :

      AH intéressant ? je vais voir si je le trouve… moi je me régale avec le dictionnaire amoureux de Proust et le musée imaginaire de Proust 🙂 (enfin y’a du Marcel à tous les étages en somme 🙂 )

  3. keisha dit :

    Dans mes bras!

    On se fait un club?

    Je suis à deux doigts de le relire (hier déjà j’ai feuilleté l’édition poche du côté de chez Swann dans mon super U)(parce que mon édition pléiade voyage mal dans le sac) 

    Continue donc, perso je trouve quelques trucs plus longuets dans La prisonnière, mais va jusqu’au bout, dans la foulée, Le temps retrouvé éclaire tout le reste (argh!)

    PS oui, en plus, il y a de l’humour, ça les gens ne s’en doutent pas.

    • yueyin dit :

      Ouiiiiiiiii un club, un club –  les proustinettes que les gens sentent quand même qu’on ne se la pète pas trop 🙂 On sent bien dès le d&part presque que tout va aboutir dans le Temps retrouvé – pas dans le sens d’une intrigue hein mais plutôt d’une boucle bouclée (bon le fait que j’ai vu les adaptations de Ruiz et Companez aident aussi à se douter 🙂 )

  4. keisha dit :

    Et les Verdurin, ils sont chic, hein?

     

  5. BlueGrey dit :

    Mais c’est qu’elle donnerait envie de découvrir Proust !  😉
    Très joli billet, et très bel enthousiasme, communicatif !  🙂

  6. romanza dit :

    Magnifique avis, très sensible et « vrai ». J’ai eu un début d’histoire compliquée avec Proust … J’ai narré tout cela dans mon chez moi. Puis ce fut l’illumination! J’ai lu les 7 tomes en une année … Il y a environ 4 ans !!!! 

    Encore bravo!

  7. Valou076 dit :

    J’ai « A l’ombre des jeunes filles en fleurs » chez moi, mais pas celui-ci…c’est ballot ! est-ce que le second peut se lire snas le premier. Judicieux ou pas ?

    Cet auteur est encore la grande inconnue pour moi !

    • yueyin dit :

      Je ne suis pas sûre, franchement je te conseillerais de commecner par Swann… le livre ne cesse de se référer à lui même, en commeçant par le deux tu risquerais de manquer des références car le livres faire énorment référence à lui-même si j’ose dire 🙂 Cela dit il est dans le domaine public, si tu as une liseuse, tu télécharger le premier tome sans problème 🙂

  8. Karine:) dit :

    Quel billet!  Magnifique!  On sent parfaitement ta passion pour le roman et exprime super bien l’état dans lequel il nous met!

  9. Tiphanie dit :

    ce billet enthousiasme, plus ceux de Valérie il y a quelques semaines me donnent vraiment envie de découvrir l’oeuvre de Proust!

  10. keisha dit :

    Je ne me souvenais pas du Temps retrouvé, pourtant je l’avais déjà lu (mais pas vu le film). Il faut dire que je démarre en 2003 et termine en 2011, entre temps j’avais abandonné le narrateur au moins deux ans dans le train vers la Normandie… Il s’agissait d’une relecture, tu l’auras compris. Et à chaque lecture ce sont des passages différents qui m’éblouissent.

    Continue ta découverte…

    Je me souviens de Romanza qui avait tout lu en un an, bluffant!

    • yueyin dit :

      le film est très sympa mais j’ai préféré l’adaptation de nina companez 🙂 je ne sais pas combiend e temps cela me prendra mais en tout cas j’y prends grand plaisir 🙂

  11. J’ai prévu de me lancer, un jour…..

  12. Noukette dit :

    Voilà que tu me donnerais presque envie de relire Proust, si, si !!

  13. Grominou dit :

    Encore une fois, Karine et toi allez m’avoir à l’usure…

  14. anjelica dit :

    Pas encore découvert ton monstre …

  15. anjelica dit :

    Oui, j’avais bien compris 

  16. keisha dit :

    Ayé, Aifelle se lance pour le premier volume, LC, je susi obligée de la suivre…

  17. C’est un magnifique billet, hyper bien écrit, que tu nous offres là. Je n’ai jamais lu Proust et je comprends parfaitement mon manque. Bravo pour ton enthousiasme et merci d’être obessionnelle !

  18. Cess dit :

    Mon dieu, tu me donnerais presque envie de tenter Proust. 
    Un exploit, crois-moi.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *