Faillir être flingué

Quelques part dans l’Ouest, une ville surgit de terre. De partout, ils convergent fuyant ou suivant, convoyant une solitude, une histoire, un désespoir, mais de l’espoir aussi. Celui d’une vie meilleure, ou peut-être simplement d’un ailleurs. Qui en chariot bâché, qui à cheval, à pieds, en groupe ou solitaires… ils convergent à travers la prairie vers l’endroit qui les accueillera. Zebulon, Gifford, Arcadia, Bird Boisvert, Eaux-qui-courent-ensemble, Jeff, Brad ou Xia Niu, les voilà, ils arrivent…

Alors soyons clair, ce livre est un western, que dis-je un western, c’est l’essence même du western. Tout y est, cow-boys, indiens, fermiers, saloon avec entraineuses au grand coeur, baignoires fumantes (On imagine le cavalier crotté cigare au bec et chapeau sur la tête, immergé jusqu’au coup, si si vous avez déjà vu l’image), barbier (Grand Ennio quelle scène, tout droit sortie d’un Sergio Leone de légende (qui trouvera lequel ?)), Chinois doués pour le massage (et la blanchisserie), bref tout y est. Peut être pas l’Ouest historique – je n’en sais rien – mais certainement l’Ouest mythique tissé de toutes les références qui nous ont fait rêver depuis l’enfance, quand nous voulions tour à tour être le cow-boy ou l’indien – le côté fermier façon petite maison dans la prairie ne m’a jamais fait vraiment rêver – selon le dernier programme télé. Pourtant malgré cet assemblage de clichés, on est loin de la parodie. Faillir être flingué est un vrai western, drôle voire à la limite du burlesque, plein de personnages attachants, de paysages grandioses, de vraie magie et de situations cocasses ou dramatiques. Céline Minard manie une langue efficace, fluide et légère comme le vent sur la prairie et la met au service d’un roman hardiment mené et pour tout dire jubilatoire. Sur une musique d’Ennio Morricone !

Faillir être flingué – Céline Minard – Rivages – 2013

Les avis de Cuné et de Blue qui en parlent superbement.

Ce roman peut très bien faire partie du Mois américain – il se passe au Far West, suivez un peu – ou d’un Challenge 1 % de la rentrée littéraire que je n’avais pas prévu de faire mais qui pourrait bien être réalisé quand même.

PS : Alors vous avez trouvé quel film contient une scène d’anthologie à base de barbier hum ?

PPS : Et la balnéothérapie façon cigarillos, ça vous rappelle quelqu’un ? Ah Clint, Clint…

Ce contenu a été publié dans roman français. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

32 réponses à Faillir être flingué

  1. Ah super je retiens ce titre, je connais quelqu’un à qui ça va beaucoup plaire!

    un passionné de western et si en plus c’est jubilatoire alors je fonce

  2.  

    Voilà de la bonne littérature. Et l’auteur est de l’Ouest ! Rouen, c’est bien à l’ouest ?

    Avec la musique :

    http://www.dailymotion.com/video/x8qqmp_ennio-morricone-le-bon-la-brute-et_music

     

    • yueyin dit :

      toujours plus à l’ouest 🙂 joli musique, (tu vois Tuco le monde se sépare en deux, ceux qui ont un revolver chargé et ceux qui creusent, toi…) mais la scène du barbier vient d’un autre film)  🙂

  3. clara dit :

    Il m’attend … ( le livre et non Clint :))

  4. Aifelle dit :

    Malgré les billets élogieux, il me tente de moins en moins, je n’ai pas l’impression qu’il me plairait.

  5. keisha dit :

    Mon billet est prévu vendredi! Mais j’ai adoré ce bouquin, rhaaaa l’ouest…

  6. Le Papou dit :

    Il m’attend mais pas tout de suite.

    Le Papou

  7. BlueGrey dit :

    Halàlà ! J’ai adoré !  Merci qui ?!  😉

  8. Bruno dit :

    Le barbier, ce n’était pas avec Clint 😉

  9. Valentyne dit :

    un western burlesque ? Why not ? 

    tu es convaincante 😉

  10. DENIS dit :

    j’avais remarqu » ce livre et je pense que je le lirai quand j’en aurai l’occasion

  11. Je l’ai acheté après le billet de Cuné, je ne vais pas tarder à l’ouvrir, j’ai hâte ! 

  12. Celui-ci est une belle réussite. Merci 🙂

  13. Sandrine dit :

    Je ne doute pas que tu aies très bon goût donc la scène de barbier, c’est forcément dans Mon nom est personne : Henry Fonda sur un tic tac de réveil.

  14. Ah oui, bien sûr, il ne faut pas oublier Moricone !

  15. jerome dit :

    Un excellent western, j’ai adoré cette ambiance parfaitement retranscrite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *