Enquête sur la disparition d’Emilie Brunet

couvbello.jpgEmilie Brunet, riche héritière, a mystérieusement disparu. Son mari, qu’elle était en passe de quitter, est le coupable tout désigné. Tout le monde s’accorde là-dessus, lui-même d’ailleurs ne prend pas la peine de nier. Rien de bien mystérieux donc et l’affaire devrait être vivement pliée. Malheureusement la police se heurte à une telle absence de preuve – à commencer par le corps, qu’elle ne voit de salut que dans la consultation de son plus fin limier – Achille Dunot – aujourd’hui à la retraite. Un écueil cependant et de taille, Achille est atteint d’amnésie antérograde, en clair depuis un accident survenu quelques années plus tôt, son cerveau n’enregistre plus et chaque période de sommeil efface irrémédiablement la journée écoulée. Qu’à cela ne tienne, notre détective, charmé d’être encore utile, utilisera un journal de bord pour ne rien perdre de son enquête. De plus il a deux alliés de poids, le plus grand détective (du moins à son avis) de tous les temps, Hercule Poirot, dont il connait chaque enquête sur le bout de ses synapses intactes et sa créatrice la très sagace dame Agatha Christie dont les techniques d’investigation policière n’ont aucuns secrets pour lui. A eux trois, viendront-ils à bout de cette trop simple affaire ? cela reste à voir…

Que voilà un étrange OLNI (Objet littéraire non-identifié), est-ce un Whodunit (en français, un roman policier à énigmes) ou un pastiche du genre ? Est-ce un hommage au-dit genre et à son incontournable zélatrice ou plutôt une parabole sur l’insoutenable intangibilité de la réalité, entièrement dépendante du filtre de nos perceptions ? Et si énigme il y a, est-ce bien celle que l’on imagine ?

Dans ce roman à tiroirs, truffé de références christiennes, le lecteur s’interroge et s’interroge encore tout comme le narrateur auquel il en vient à s’identifier puisque tout comme lui, il n’a de contact avec l’affaire que par l’intermédiaire du journal – seul réalité tangible pour l’un comme pour l’autre. Ces notes, rédigées, télégraphiques, raturées, ne trouvent souvent leur explication qu’au détour d’une page ou le scripteur s’explique enfin pour nous dire juste après que le matin même, il s’est longuement interrogé sur la signification de ces allusions et biffures. De cet emboitement à l’infini nait un roman intrigant, au style volontairement simple, comme Agatha dit-il mais là je regimbe un tantinet, à l’histoire finalement surprenante (un tour de force quand on y pense bien) et d’une lecture fort agréable.

Alors je pourrais pinailler sur le côté un peu démonstratif des références à la dame du crime mais je suis peut être victime d’un biais personnel, dans la mesure où les connaissant déjà fort bien, je n’avais pas besoin de tant d’explications. Plus grave nous n’avons pas les mêmes préférences en la matière (personnellement j’aime beaucoup Carte sur table et La plume empoisonnée non mais !). Affaire de goût certes, mais quand on rencontre quelqu’un d’aussi obsédé que soi par un auteur, on aimerait qu’il partage nos prérérences, c’est humain non? Christien !

Enquête sur la disparition d’Emilie Brunet – Antoine Bello – 2011 – Gallimard

L’avis de monsieur Papou qui a été un peu frustré s’attendant à un polar que ce roman n’est effectivement pas… tout à fait 🙂

PS : Une seule référence m’a laissée perplexe, La disparition de monsieur Davenheim – après recherche je n’en ai réellement aucun souvenir. Bien que l’intrigue semble avoir quelques rapports avec l’aventure de la cuisinière de Clapham, ce sont deux nouvelles distinctes. Shame on me… et de la relecture en vue !

Ce contenu a été publié dans roman français. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

22 réponses à Enquête sur la disparition d’Emilie Brunet

  1. Le Papou dit :

    Je te redonne ma conclusion que tu avais dûe lire : Je suis donc passé à côté de quelque chose, mais de quoi ?

     

    Le Papou

    • yueyin dit :

      Oui d’ailleurs j’ai mis le lien vers ton billet, ce que j’avais oublié tout à l’heure, je pense juste que tu t’attendais à un vrai polar 🙂 et le quatrième t’a enduit d’erreur car c’est un policier sans l’être et je crois que tu n’aimes pas beaucoup le mélange des genres 🙂 moi j’ai aimé mais je m’attendais à plus, cela dit 🙂

  2. Yspaddaden dit :

    J’ai beaucoup aimé ce livre, et d’ailleurs tous les autres livre d’Antoine Bello que j’ai lus. Ce sont des jeux littéraireis toujours stimulants.

  3. Emeraude dit :

    Je ne suis absolument pas une pro de Agatha Christie et j’ai adoré ce livre. Et comme Ys d’ailleurs, j’ai aimé tout ce qu’a fait Antoine Bello (quoique je n’ai pas lu le dernier, mais ça va venir, bien que l’intrigue me laisse perplexe…)

  4. Yspaddaden dit :

    Eloge de la pièce manquante est un truc complètement bizarre qu’il me faudra relire. Par contre, je n’ai pas été tentée par son dernier, sur un joueur de foot 🙁

  5. In Cold Blog dit :

    J’ai failli l’emporter avec moi la semaine dernière en vacances. Et puis je lui ai préféré La théorie des nuages, de Stéphane Audeguy. Du coup, il a retrouvé la poussière de sonétagère.

    J’imagine qu’on peut apprécier ce roman sans être incollable sur l’oeuvre de dame Agatha parce que j’ai beau l’avoir lue intégralement, ça date quand même de plusieurs décennies maintenant et à part quelques « incontournables », tous ne m’ont pas laissé une trace indélébile.

    • yueyin dit :

      et alors la théorie des nuages ? Je te rassure, je pense qu’on peut tout à fait apprécier le roman sans connaitre Agatha plus que ça 🙂 (ça faisait deux ans que lon exemplaire dévcantait tranquillement dans sa pile, limite je l’avais oublié, heureusement de temps à autre je dois consolider les tas pour éviter les éboulements 🙂

  6. Liliba dit :

    Pas lu de Bello depuis des siècles… mais j’en ai un bon souvenir !

  7. Il me faisait de l’oeil à sa sortie, mais les différents avis mitigés m’ont refroidis.

  8. anjelica dit :

    J’ai bien envie de découvrir cet auteur mais je pense que je débuterais ma découverte pas un autre de ces romans. 

  9. Liliba dit :

    Un peu de respect pour les vieilles, hein !!!!

  10. dasola dit :

    Bonjour Yueyin, j’avais beaucoup aimé ce roman mais j’ai ressenti une certaine frustration quant à la fin. L’écrivain m’a laissée sur ma faim. Mais c’est un roman qui se lit agréablement. Bonne journée.

  11. Stephie dit :

    Je m’étais drôlement régalée !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *