La joueuse d’échecs

Sur la petite ile grecque de Naxos, Eleni mène une vie tranquille, peut être un peu ennuyeuse, entre son mari, ses enfants et la routine immuable d’un village où tout le monde se connait. Seul son travail de femme de chambre dans un hôtel pour touristes lui ouvre parfois une fenêtre sur le monde, une occasion de rêver un peu en imaginant les endroits d’où viennent les clients. Un matin dans la chambre d’un couple parisien – ville qui l’a toujours fait rêver – elle bouscule une pièce d’échec et se trouve incapable de la replacer. Intriguée, Eleni offre un jeu d’échec à son mari pour son anniversaire et sa vie, calmement, bascule…

Ce petit roman nous offre ici une bien jolie variation autour de l’émancipation féminine. Eleni a été une enfant douée à l’école mais depuis longtemps son quotidien s’est rétréci. En s’intéressant peu à peu aux échec, elle retrouve le plaisir de faire fonctionner son esprit, d’apprendre, de se mesurer à elle-même et à d’autres mais se faisant elle égratigne son image de mère de famille normale et inquiète son entourage, incapable de comprendre cette dérangeante excentricité. Contre toute attente, Eleni, pour la première fois de sa vie, ne se laisse pourtant pas dicter sa conduite. Sans éclat ni revendication elle campe sur ses positions, refusant d’abandonner cette part d’elle-même qu’elle vient de découvrir. Dans un style fluide Barbara Henrichs nous brosse ici une savoureuse galerie de portraits dans un cadre pittoresque tout en abordant par petites touches, sans drame ni grandiloquence, le délicat sujet de la libération d’un esprit. Limpide !

 

La joueuse d’échecs – Bertina Henrichs –   Liana Lévi – 2005

 

PS : Personnellement j’ai particulièrement apprécié l’inventivité des cachettes d’Eleni pour son jeu d’échec…

PPS : L’auteure allemande a écrit ce roman si grec en français… Je suis censée le classer où moi ?

Ce contenu a été publié dans roman français. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

24 réponses à La joueuse d’échecs

  1. Joelle dit :

    Le problème de classement pour ce roman s’était posé aussi à la biblio 😉 Il avait reçu le prix Inter comités d’entreprises il y a quelques années et je l’avais lu pour pouvoir voter mais à l’époque, je n’avais pas été emballée, surtout comparé aux autres titres qui étaient proposés. Mais c’est vrai que je ne raffole pas de jouer aux échecs alors tout ce qui avait trait à ce jeu dans le roman m’a plutôt ennuyée 😉

  2. **Fleur** dit :

    J’ai beaucoup aimé ! Tu as vu aussi l’adaptation ciné? Elle est pas trop mal…

  3. In Cold Blog dit :

    Lu dans le cadre du Prix des lecteurs Livre de poche il y a quelques années. Je m’étais ennuyé à mourir, ne comprenant pas très bien le fonctionnement intime de cette femme.

  4. Le Papou dit :

    Ça à l’air bien tentant et pour le classement peut-être dans un nouveau chapitre : le roman » européen » ou roman  »marché commun ».

     

    Le Papou

  5. Chimère dit :

    difficile à classer  certes. La lecure remonte à quelques années et je ne me souviens plus très bien pourquoi j’avais aimé à la lecture.

     

     

  6. Ah, les éternels problèmes de classement… Je le mettrais en français, comme l’auteure utilise cette langue. Tu as l’air conquise, en tout cas.

  7. In Cold Blog dit :

    Ta réponse m’a fait comprendre que je m’étais mal exprimé : ce que je voulais dire, c’est que je n’ai pas compris pourquoi elle n’a pas entrepris cette émancipation avant. La fait d’avoir nettoyé la chambre d’un couple me semble une bien mince explication…

  8. jeneen dit :

    j’avais très envie de lire un billet sur ce livre, tu me tentes. mais le dernier (le jardin) , bien que touours fluide, ne m’a pas pssionnée…

  9. Karine:) dit :

    Je sens que si je lis ce roman, je vais avoir le goût de retourner en Grèce… je me trompe?

  10. Anjelica dit :

    je dois voir le film …

  11. Le Papou dit :

    Ne pas savoir où classer  »La joueuse d’échecs » parceque germano-greco-franchouillard n’est pas une raison pour que l’auteur n’apparaisse pas dans l’index des auteurs. NON MAIS !

    Bisous

     

    Le Papou

  12. Stephie dit :

    J’avais beaucoup aimé mais son dernier est bien moins bon par contre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *