Le premier homme

Intercesseur : Vve camus
A toi qui ne pourra jamais lire ce livre*

Ce dernier livre d’Albert Camus a été retrouvé inachevé dans les débris de la voiture où il a trouvé la mort en 1960. Trente ans plus tard, sa fille s’est décidée à publier cette ébauche et comme elle a bien fait.

Tout commence par une nuit pluvieuse de 1913, un bébé nait dans une campagne reculée quelque part en Algérie. Quarante ans plus tard, Jacques Cormery se rend  pour la première fois sur la tombe de son père mort en 1914 et dont il ne connait à peu près rien. Il pensait être indifférent et le faire uniquement pour complaire à sa mère, mais devant la tombe il a une sorte de révélation, être le fils d’un homme tellement plus jeune que lui, fait soudain exister à ses yeux l’épaisseur de silence qui les sépare. A cet instant commence une quête un peu vague, un peu floue, une quête du père, de souvenirs, de racines, d’explications tout simplement…
Ce roman est une petite merveille d’emotions. J’ai lu souvent que la lanque n’en était pas parfaite, non corrigée, rédigée au fil de la plume. Cela m’a fait un peu le même effet que d’apprendre que Stendahl avait rédigé sa chartreuse en six semaines,  car enfin quoi, j’ai passé mon temps à en recopier des citations tellement ces phrases sonnent claires et justes, résumant en quelques formules concises, des idées lumineuses sur la famille, le souvenir, l’Algérie, le silence, toujours le silence entre les gens, entre proches. Ce silence épais tissé par l’ignorance et la misère autour de l’histoire de sa famille.
Certains moments m’ont plus particulièrement touchée, ainsi quand ce fils devenu homme revient questionner sa mère sur le père qu’il n’a pas connu comprend qu’elle est incapable de faire remonter les souvenirs qu’il demande : « Elle disait oui, c’était peut être non, il fallait remonter dans le temps à travers une mémoire enténèbrée, rien n’était sûr. la mémoire des pauvres est déjà moins nourrie que celles des riches, elle a moins de repère dans l’espace puisqu’ils quittent rarement le lieu où ils vivent, moins de repères aussi dans le temps d’une vie uniforme et grise ».
Cette sensation d’être « sans passé, sans morale, sans leçon, sans religion » est profondément liée à son Algérie natale, mais aussi à la pauvreté, à l’ignorance qui pèse comme un carcan, à la condition de ces populations déplacées, étrangères partout car sans famille ni histoire, tant d’autres thèmes qui s’entrecroisent autour de cet enfant solitaire, de ce premier homme. Impressionant !

Le premier homme – Albert Camus (vers 1960) – Gallimard 1994

PS : un grand merci à Lou qui m’a donné envie de lire Camus, perdu de vue depuis mon adolescence, m’a conseillé ce premier homme et qui a écrit de biens beaux billets sur Camus ici et et et encore

PPS : Le beau billet de Gaëlle sur Camus

*La mère de Camus qui l’a élevé avec sa grand-mère et son oncle lui même sourd et quasi muet, était illettrée, sourde et avait des difficultés d’élocution à la suite d’une maladie contractée dans son enfance.
Ce contenu a été publié dans roman français. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

30 réponses à Le premier homme

  1. kalistina dit :

    Je n’ai pas voulu lire ton billet trop en détail pour cause de roman dans ma PAL… Mais j’ai cru comprendre que tu l’avais beaucoup apprécié! J’espère que ce sera mon cas aussi, et tu me donnes envie de ne pas le laisser trop en bas de ladite PAL.

    • yueyin dit :

      Tu sais ce n’est pas vraiment une oeuvre à suspens, c’est même trop autobiographique pour être vraiment un roman :-)) belle lecture en tout cas, j’ai vraiment beauucoup aimé en ce qui me concerne!!!

  2. lou dit :

     
    Que dire ?
    Faut-il dire quelque chose ?

    C’est très beau.
    C’est de famille 😉
     

  3. Caro[line] dit :

    C’est vrai que moi aussi j’ai eu une période Camus ado et de lire ton billet, cela me donne envie de m’y replonger !!

  4. Anne dit :

    Je ne suis pas classique du tout, mais ce livre de Camus est une de mes lectures cultes.

  5. Alec dit :

    Ton billet est vraiment bien, il m’aurait vraiment donné envie de le lire si je ne l’avais déjà fait il y a quelques semaines!! Quel plaisir de redécouvrir Camus!! 😉

  6. Bénédicte dit :

    je prends plaisir à redécouvrir Camus et je lirai celui ci très prochainement Bonne soirée

  7. Mango dit :

    J’ai presque terminé ce livre! C’est vraiment une belle lecture! 

  8. Gaelle Nohant dit :

    Très beau billet qui rend justice à ce roman qui m’a terriblement émue moi aussi. Et je suis comme toi, je l’ai trouvé superbe, son style ! Je ne sais pas ce qu’il leur faut aux gens. Et bien d’accord aussi sur la force avec laquelle il parle de la misère, des siens, de là d’où il vient. Bon je vais lire les billets de Lou maintenant !

  9. Theoma dit :

    Voilà que tu me donnes envie de le relire à mon tour !

  10. Nanne dit :

    J’ai vu que ce livre de Camus venait de sortir chez Folio … Une belle occasion de me replonger dans les oeuvres de ce grand auteur qui a été un peu mis à l’écart au profit d’autres plus accessibles. J’aime particulièrement les essais de Camus, comme « Le mythe de Sysiphe » ou « L’homme révolté » et ses pièces de théâtre toujours si contemporaines malgré le temps qui passe ! Vraiment un auteur à redécouvrir d’urgence … Merci pour ce rappel, Yeuyin.

  11. Marie dit :

    Quel beau billet ! Ce livre est déjà noté dans ma liste. Il y a trop de livres de Camus que je n’ai pas encore lus…

  12. Un livre qui m’avait fortement impressioné à sa sortie. J’avais trouvé que le passage répété plusieurs fois lorsque le père arrache ses vignes était très fort.

    • yueyin dit :

      il a un style vraiment marquant, une puissance d’évocation qui s’adresse pourtant plus à la reflexion qu’à l’émotion et qui néanmoins touche le lecteur… impressionant !!!

  13. kouassi dit :

    Très belle oeuvre. en la lisant l’on découvre sinon redécouvre le grand écrivain que fut Albert Camus. Un roman vrai voire une autobiographie romancée. 

    ksylvanus22@yahoo.fr

  14. romanza dit :

    Sublime avis qui me donne horriblement envie de replonger (là tout de suite maintenant) dans le monde si intimidant, si grand, si unique de Monsieur Camus. 

  15. Lilibook dit :

    Ah oui, ça doit être une lecture émouvante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *