La Chartreuse de Parme

250px-StendhalCharterhouseParma01Comme toujours au moment de parler d’un classique (et quel classique!) je me retrouve sans mot, sans verbe, sans voix… Que dire qui n’a pas été dit et fort bien sur ce fabuleux roman? Oui que dire?  D’autant que je ne me sens pas forcément qualifiée pour parler d’un livre dont Balzac, au hasard, pensait tant de bien. D’un autre côté je suis plutôt heureuse d’avoir sorti ce roman de la pile où il prenait la poussière depuis plus d’un an.
Alors résumons nous, Fabrice del Dongo est né près de Milan avec le don de se faire aimer des femmes. Sa mère, ses soeur et surtout sa tante ne peuvent rien lui refuser, avec son père et son frère par contre l’entente est difficile. A 16 ans, le jeune Fabrice se précipite en toute candeur au secours de l’empereur Napoléon, il arrive à pied d’œuvre le jour de Waterloo. De retour en Italie, où l’empereur n’est guère en odeur de sainteté, il découvre que son frère l’a dénoncé aux autrichiens et qu’il est en danger… Heureusement sa tante, la très belle duchesse Sanseverina, a entre temps rencontré le comte Mosca, premier ministre du duché de Parme. A eux deux ils ont bien l’intention de donner à Fabrice la meilleure carrière qui soit, si seulement Fabrice ne plaisait pas tant à sa tante, si seulement Fabrice daignait se soucier de cet avenir qu’on lui prépare…
Voilà bien pauvrement résumé le fil conducteur de ce foisonnant roman. Fabrice del Dongo est-il réellement le personnage principal du roman? J’en doute. Pour moi la Sanseverina et Mosca sont bien plus riches, plus intéressants, plus intrigants, plus subtils, plus tout ! Fabrice n’a qu’une chose pour lui son aptitude au bonheur même dans les moments les plus étonnants. Quand à celle qui finira par capturer son cœur, la douce et sage Clelia (!), elle m’a semblé un personnage vraiment extraordinaire, totalement écartelée entre ce qu’elle considère comme son devoir et les aspirations de son cœur, ses choix et les raisons qu’elle se donne sont totalement hallucinants. Tous ces personnages s’épanouissent dans une intrigue aux multiples rebondissements, ils ne cessent d’aller et venir, toujours par mont et par vaux, toujours à ourdir de nouveaux projets, à combattre ici, manipuler là, intriguer tant et plus. Je pourrais aussi parler du style mais est-ce bien nécessaire,  j’ai peur de n’avoir que de pauvres choses à dire devant tant d’élégance.
dédicace à fashUn dernier point quand même, je me dois de remercier infiniment la so mysterious blogueuse  (la reconnaîtrez-vous, derrière cette édition de la Chartreuse en espagnol ?), grâce à qui je fais désormais officiellement parti des Happy few!
La chartreuse de Parme – 1839 – Stendahl
-2 (mais je ne pense pas vous parler du journal d’un vampire, trop ennuyeux) = 303
Ce contenu a été publié dans roman français. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

37 réponses à La Chartreuse de Parme

  1. Cuné dit :

    Attends, mais c’est trop dur de deviner, des cheveux frisés, de cette couleur, du rose, partie des happy fews, la chartreuse de Parme, une édition en espagnol, Sanseverina, non, ça ne me dit rien ;o))

  2. chiffonnette dit :

    Qu’est-ce que j’ai aimé! Le style, cette ironie de Stendhal toujours prompt à se moquer de ses personnages! Miam!

  3. Yohan dit :

    Un merveilleux roman que cette Chartreuse, avec des moments extraodianires comme cette bataille de Waterloo ou l’enfermement de Fabrice dans la Tour… Cela donne envie de s’y replonger, tiens donc !

  4. bladelor dit :

    On a prévu de lire en commun avec Karine (Québec), dommage, tu aurais pu te joindre à nous. En tout cas ton billet me donne envie !

  5. AFY dit :
    Bonjour a tous, 
    Je vous présente All For You, Concierge Privé une conciergerie qui réalise tous vos souhaites du jet privé en passant par le Yacht et la limousine avec chauffeur.
    Bonne Journée.
    <a title= »www.all-for-you.fr » href= »http//:www.all-for-you.fr/ » mce_href= »http//:www.all-for-you.fr/ » target= »_blank »>www.all-for-you.fr</a>
  6. choupynette dit :

    ah! j’attendais ce billet avec impatience! 🙂 ça à l’air plutot pas mal au final dis moi!

  7. Diane dit :

    Mais qu’est-ce qu’une Happy Few, stp? Je ne sais pas si ce roman me plairait… Une petite question subsidiaire : l’as-tu lu en espagnol ou en français? Car tu dis « La Sanseverina », comme le dirait une espagnole^^

    • yueyin dit :

      Stendahl a dédié son livre au happy few (aux quelques privilégiés) qui pourraient l’apprécier. Et  j’ai lu ce livre grace aux conseils éclairés d’une blogueuse archi fan qui a appelé son blog Happy Few (si tu ne la connais pas, le lien est dans la colonne de droite ;-)) voilà voilà voilà
      Je l’ai lu en français (ne ne parle pas espagnol) c’est stendahl lui même qu appelle souvent son personnage ainsi, le vrai nom devrait être duchesse de Sanseverina-Taxi et puis elle change de nom 3 fois mais elle reste dans mon esprit LA Sanseverina 🙂

  8. lou dit :

     
    Il y a quelque chose sur le temps (il y a eu un échange entre Balzac et Stendhal, le premier aurait préféré un commencement à Waterloo, ce que Stendhal, après réflexion, n’a pas retenu pour une nouvelle version du roman).

    Le 15 mai 1796, le général Bonaparte fit son entrée dans Milan

    Et la couleur.

    il ne doit paraître à Parme qu’avec les bas violets
    C’est le comte qui parle à la duchesse (I, 5 ?).
    Les bas violets, c’est le titre affiché de Monsignore, une situation laïque.

    Seulement, je n’ai pas relu La Chartreuse depuis dix lustres 🙂 – je n’irai pas plus loin.
     

    • yueyin dit :

      Oui c’est ma première lecture de l’auteur mais j’ai vu que Balzac avait fait des remarques à Stendahl qui a commencé une seconde version avant d’abandonner l’idée. (10 lustres! ah quand même!)

  9. Neph dit :

    Je suis dans le camp de ceux qui préfèrent Le Rouge et le noir… Je n’ai jamais réussi à finir la Chartreuse !

  10. Leiloona dit :

    Je ne l’ai toujours pas lu, pourtant j’aime cet auteur. je sais, c’est honteux. :$

  11. Karine:) dit :

    Ne me dis pas que je vais devoir le déterrer illico presto de ma pile!!!!  J’ai drôlemenent le goût, en tout cas!

  12. kalistina dit :

    Ah, toi aussi tu l’as trouvé un peu con-con le Fabrice?
    Et quand on pense que Stendhal a écrit cette Chartreuse en deux mois… On n’est pas tous égaux, hein…

  13. Constance dit :

    Qu’est-ce que j’ai pu m’ennuyer en le lisant… Décidément, je suis plus Julien Sorel que Fabrice Del Dongo !!!

  14. Constance dit :

    je n’ai pas accroché et j’ai trouvé le temps long lors de cette lecture imposée. Je suis arrrivée au bout après de longs mois en ayant traîné le livre comme un boulet.
    Je t’engage par contre à rencontrer au plus vite le sieur Julien qui m’a fait passer d’excellents moments de lecture !!

  15. keisha dit :

    Vive Stendhal, la chartreuse, Sanseverina, et happyfew!

  16. Stephie dit :

    Un des plus beaux romans lus à l’adolescence. Il faudra que je le relise un jour

  17. Ys dit :

    Ah la Sanseverina, quelle femme ! Et tu t’en sors très bien avec ce billet, tu imagines si tu n’avais pas aimé ? Sûrement que c’est mieux de se taire dans ces cas-là… Bon, moi il me reste les Chroniques italiennes dans ma PAL, un jour peut-être…

    • yueyin dit :

      euh oui je crois que si je n’avais pas aimé j’aurais fait genre j’ai pas eu le temps de le lire mais heureusement le cas ne s’est pas présenté car j’ai accroché très vite 🙂 et oui la sanseverina quelle femme !!!!! J’ai armande moi qui m’attend, maintenant que je suis lancée hein 😉

  18. Florinette dit :

    Et dire que j’ai ce livre et que je n’ai jamais trouvé l’envie de m’y plonger. Serais-je chose faite ? 😉
     

    • yueyin dit :

      aaaahhhh peut-être 🙂 j’aimerai t’avoir donné envie, j’ai attendu trrrrès longtemps avant de me décider et je ne le regrette pas de m’être enfin lancée, ça c’est sûr !

  19. fashion dit :

    Nous sommes définitivement cyberjumelles pour la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *