Ô Verlaine

verlaine.jpg 1895, Paul Verlaine a un peu plus de cinquante ans mais sa vie l’a usé. Usé son corps qui part en morceaux, usée son âme qui semble avoir renoncé à tout, usée sa vitalité qui ne ressucite que dans ses accès de folie sexuelle, sanglante ou poétique. Autour de lui cependant, par la magie de son verbe, il rassemble des admirateurs qui deviennent ses amis. Sans doute faut-il ce mélange détonnant d’admiration sans borne et d’affection sincère pour supporter cet alcoolique violent, ingrat, désespérément débauché, imprévisible, autodestructeur, mais soudain  humain, tolérant, sensible, affectueux, sincère à sa façon…

Jean Teulé choisit de nous raconter les derniers mois de Verlaine à travers le récit de ses plus proches amis et d’un jeune paysan qui a tout quitté pour monter à Paris et y rencontrer l’auteur des poèmes qui le fascinent. L’amour extravagant que voue le jeune Cornuty au pauvre lelian sert de fil conducteur mais aussi d’apothéose sanglante à la déchéance inéluctable du poète dans l’atmosphère deliquescente de ce Paris littéraire de la fin du XIXe.« Je, François Villon », raconté à la première personne, tenait de l’épopée. La poésie y semblait aussi naturelle que l’eau du ciel ou le souffle du vent. Verlaine, vu à travers les yeux de ses proches, est d’une poésie plus urbaine, plus travaillée, plus intime aussi… Dans un style magnifique et fluide, l’auteur nous restitue l’inspiration « alimentaire », ordurière aussi bien qu’érudite, d’un Verlaine débarassé des oripaux aseptisés de la renommée ! Un hymne à la poésie, un rien dérangeant, magnifiquement écrit, profondément humain… du grand Teulé !Ô Verlaine – Jean Teulé – Julliard – 2004

Ce contenu a été publié dans roman français. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

23 réponses à Ô Verlaine

  1. Gambadou dit :

    je note tout de suite

  2. intoxinfo dit :

    Industrie comme une autre, l’édition ne peut être qu’économique pour en vivre. Ni philanthropique, ni caritative. Le poids de la mise en œuvre physique et commerciale ne le permettrait pas. Beaucoup qui écrivent et ne sont pas connus ne peuvent être retenus. Pour eux, je voudrais ouvrir un site sur lequel ils déposeraient leur prose que des lecteurs viendraient parcourir. Certains peut-être rencontreraient un public, l’impression numérique n’exige guère de quantités… Vous qui lisez et analysez ce que de vrais auteurs écrivent, je crois que ça m’aiderait si vous passiez faire un tour pour me dire vos idées D’ors et déjà, sans préjuger, je vous en remercie André

  3. Florinette dit :

    Je fais comme Gambadou, je l’avais repéré, mais j’hésitais…maintenant je n’ai plus aucune raison ! 😉

  4. Anne dit :

    Dans ma LAL Jean Teulé est noté sans précision de titres: à vous lire tout est bon chez lui !

  5. chiffonnette dit :

    J’avais été échaudée par Balade pour un père oublié mais tu te montres très convaincante! Je note! Surtout que j’aime bien Verlaine, le seul qui ait échappé à ma verve anti-poésie adolescente! DPepuis je me suis calmée!

    • yueyin dit :

      ô Verlaine comme Je, françois Villon sont très différents de la balade, je pense qu’ils peuvent te réconcilier avec l’auteur… et te faire retrouver Verlaine pour le dernier 😉

  6. Naïk dit :

    Bon…. eh bien je ne vais pas être originale puisque je le note également dans ma liste ! j’hésitais également, mais ton avis  me donne vraiment envie de découvrir ce roman  🙂 

  7. serj dit :

    je m’apprête à acheter "je, François villon" de Jean teulé. l’avez vous lu ? qu’en pensez vous ? J’ai entendu une critique sur France inter qui m’a bien plu…
    à l’occase, passez voir mon blog. je viens de commencer, et  toute visite est la bienvenue.
    serj

  8. Nanne dit :

    J’apprécie beaucoup Jean Teulé, que je considère comme un très bon écrivain. Il sait allier la petite et la grande histoire, mêler la réalité historique à la fiction la plus crédible. J’ai dans ma liste "Je, François Villon" que je dois lire bientôt (!!!). Je note "Ô Verlaine", car j’adore ce poète maudit … Merci pour ce beau billet Yueyin.

  9. Lou dit :

    cela fait longtemps que je veux découvrir l’auteur… ce livre sur Verlaine me semble tout indiqué !

  10. Musky dit :

    Wouah !! Tu en parles très bien !!  J’avais des réticences sur ces deux livres mais tu as réussi à me donner envie de les lire !! Rien que pour ça, chapeau ! Et cette critique est en plus très bien écrite !! Je les note donc !! Merci Yue Yin !! ;))

  11. Thom dit :

    du grand Teulé !

    Surtout qu’en plus, Teulé, en vrai, est un géant 🙂

    PS : vivement la critique de Roth :))

  12. Flo dit :

    Je vais donc le mettre à mon programme à la place du Rimbaud 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *