La balle du néant…

Et si finalement les choses tournaient bien. Et si l’humanité réussissait à vaincre ses démons, limitant au minimum les actes de violence, crimes et autres vols ? Certes il resterait toujours quelques bricoles à éclaircir pour un détective, surtout un fan de la littérature d’avant la Grande Terreur primitive et en particuliers d’un certain détective du milieu du XXe siècle prénommé Nestor. Et c’est tout justement le cas de Tem, qui dispose de surcroit d’un don parapsychique particulier, la transparence…
Les gens ont bien du mal à s’apercevoir de sa présence et encore plus à se souvenir de lui, sa mère elle même à toujours besoin d’un temps de réflexion pour se souvenir qu’elle a un fils et les fichiers informatiques, films et autres paperasses ne peuvent retenir son existence, Temple Sacré de l’aube radieuse, de son vrai nom, membre de la troisième tribu a tendance à « glisser à travers les mailles de la réalité ». Dans un monde où la notion de tribu « volontaire » a remplacé toutes les appartenances sociales ou ethniques et où la Psychosphère s’insinue de plus en plus dans la réalité, Tem va donc apprendre peu à peu à mener l’enquête et accessoirement à rester suffisamment à l’esprit de ses clients pour être payé…
Cette toute première enquête des « Futurs Mystères de Paris » est assez basique à vrai dire, mais les codes du genre sont respectés et l’hommage à Léo Malet appuyé par de multiples clins d’oeil. Et ce qui  fait réellement tout l’intérêt de ce roman, c’est ce monde passionnant qui s’esquisse et dont on s’attend à voir la description se ramifier au cours des prochains tomes, le personnage très attachant de Tem, marginal par essence puisque toujours aux confins de la réalité de l’autre, et son inséparable Gloria, intelligence artificielle multi-support, bien décidée à veiller sur lui et à défendre ses  propres droits… Amusant, épatant, rafraîchissant !
La balle du néant – Les futurs mystères de Paris tome 1 – Roland C. Wagner – 1966 (nouvelle parution chez J’ai lu 2009)
Et merci à Chimère qui m’a fait connaitre cette passionnante série
PS Je suis moi même une inconditionnelle des Nouveaux mystères de Paris et de Nestor Burma – celui des romans de Léo malet, j’ai donc littéralement raffolé des nombreuses références dont Roland C Wagner a parsemé son roman…
PPS Si vous ne connaissez pas encore Nestor, je ne saurais assez vous conseiller de faire sa connaissance dans 120 rue de la gare, ou même Brouillard au pont de Tolbiac (y’a rien comme la rue Watt) ou Les eaux troubles de Javel ou…
Ce contenu a été publié dans SFFF. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à La balle du néant…

  1. bladelor dit :

    As-tu reçu mon email à propos d’Abeille ?

  2. Karine:) dit :

    C’est vraiment vilain de me tenter comme ça…. avec une série en plus!!!! 

  3. Marie dit :

    J’ai eu récemment quelques lectures plutôt tristes. Ce roman me ferait du bien ! Je note ce titre…

  4. Karine:) dit :

    Vu que t’as pas fait de billet spécial… je te souhaite ici une très bonne année Yue!  En espérant te revoir encore l’an prochain!!

  5. bladelor dit :

    Pas reçu de message…

  6. SBM dit :

    Voilà un bout de temps que j’ai lu ça, mais comme toi, j’ai trouvé l’idée marrante et le personnage pour le moins original.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *