La porte

undefined Alors là je ne sais que dire ! Chimère m’a offert cet opuscule minuscule il y a peu et je l’ai croqué avec délice en moins de temps temps qu’il ne faut pour l’écrire. Mais en parler … Voilà bien un défi. Je pourrais dire qu’il s’agit des aventures philosophiques de deux loups garous bavards, hospitaliers, amateurs d’ecclesiastiques à la chantilly et rebelles à l’humour barbare. mais je ne suis pas sûre que cela rende justice au style particulier de cette farce jubilatoire (allez j’ose le mot !) de Karim Berrouka !

Alors la première page peut être :

La gueule barbouillée de sang, Premier Loup-Garou rugit en se frictionnant le museau. Deuxième Loup-Garou, affalé sur la table, ventre balonné et tête renversée, le regardait, une lueur glauque illuminant d’un éclat sirupeux ses yeux mi-clos.
« J’ai les dents du fond qui baignent. »
_ Considérant mon cher ami, ce que vous avez ingurgité ce matin, un passage au vomitorium n’aurait pas été un luxe. J’en suis à me demander par quel miracle vous avez réussi à rejoindre notre demeure. Estimez-vous heureux de n’avoir pas échoué au milieu du désert, incapable du moindre geste, pitance grasse pour les charognards, la gueule béante et les bras en croix.
_ Moquez-vous ! Moquez-vous. Vous persistez à ne voir en moi qu’un rustre personnage, un ventre ambulant dépourvu de toute faculté de tempérance, prompt devant la hampe et la bavette, mais dénué de toute subtilité quand il s’agit de chanter une fluctuation aurifère dans l’améthyste de l’aurore. Sachez que j’ai été Viking dans une vie antérieure, et non des moindres. Les aubes et les soleils couchants, je les ai repeints à maintes reprises d’une carnation sanguinolente, et pas une fois je n’y ai laissé mes tripes. La seule chose qu’alors je parvenais à vomir, c’était les armées ennemies. enfin, éphémèrement. La seconde suivante, j’en faisais des confettis !

Pour amateur de contes férocement dégondés (4e de couverture !). Réjouissant !

L’avis tout aussi réjoui de Chimère.

La porte – Karim Berrouka – Griffe d’encre 2007

Ce contenu a été publié dans SFFF. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

20 réponses à La porte

  1. goelen dit :

    ça m’a l’air bien drôle ce livre-là…

  2. Karine:) dit :

    Je suis dans une frénésie notesque, ce soir!!!  Un autre qui me tente beaucoup… et s’il est tout petit, même s’il se retrouve un jour dans ma PAL, ça ne compte pas vraiment, n’est-ce pas!

  3. Ce midi direction la FNAC et hop encore un … Il m’a l’air a la mesure de ce que j’aime ce petit opuscule !!!

  4. Nanne dit :

    Voilà un livre bien réjouissant comme on les aime …. Des loups garous amateurs d’ecclesiastiques à la chantilly !!!! Je prends de suite o)))

  5. Florinette dit :

    J’en ai pris note également, car je sens que je devrais passer un bon moment avec celui-ci ! 😉

  6. Lou dit :

    J’ai adoré et Fashion m’a parlé de ta critique dont j’étais à la recherche. « Jubilatoire », c’est bien le mot qui convient !

  7. fashion victim dit :

    Miam! Tu me le prêterais, dis ? :))

  8. So dit :

    Caramba, il semblerait que je me sois faite griller par Valdebaz, qui a été obligée elle aussi de passer le flmbeau… Bon, c’est pas grave, ça sera un double tag…

    ;oD
    C’est là que ça se passe : http://conjurationdeslivres.com/node/231

  9. fashion victim dit :

    J’ai adoré! Quelle poilade! (et billet en ligne vendredi) Merci encore! :))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *