How to marry a Marquis

A la mort de ses parents, Elizabeth Hotchkiss, tout juste dix-huit ans, a réussi à garder sa famille unie en prenant en charge ses deux jeunes soeurs et son petit baronnet de frère. Depuis elle travaille comme demoiselle de compagnie de l’atrabilaire mais bienveillante comtesse Danbury. Cinq ans plus tard cependant, les problèmes d’argent se font pressants et Lizzie ne voit plus qu’une solution pour assurer à son frère l’éducation d’un gentleman, se marier et se marier avec un homme riche. D’autant que dans la bibliothèque de son employeuse elle est tombée sur un étrange petit livre relié de cuir rouge et intitulé « Comment épouser un Marquis ». Lizzie va donc tenter de suivre les règles édictées par ledit manuel en s’exerçant tout d’abord sur James Siddons, nouveau régisseur de lady Danbury et homme des plus séduisants quoique hélas trop pauvre pour prendre correctement en charge la famille d’un baronnet désargenté de huit ans. A moins bien sûr que James Siddons ne soit pas du tout celui qu’il parait être, mais bien plutôt un marquis…

Contrairement à mes charmantes et merveilleuses amies (mes jumelles de coeur pour ainsi dire), je ne suis pas si férue de romance simplement je me laisse aisément tentée et disons que pour ce roman la tentation fut trop forte. Entre Pimpi, devenue une fan absolue de l’auteure, Fashion qui a trouvé celui-ci hilarant et fort bien construit et jusqu’aux fans inconnus de Julia Quinn (car cette célèbre écrivaine de romance a de très nombreux fans semble-t-il), qui, dans un « casting idéal » des couples de l’auteure, ont attribué le rôle de James Siddons à nul autre que Matthew M., incarnation qui l’a rendu immédiatement irrésistible à mes yeux (Je sais, c’est incompréhensible pour la plus grande partie de l’humanité, mais comme dit le poète (éventuellement moldave), tous les goûts sont dans la nature), je ne pouvais résister. Et bien m’en a pris, cher lectrice (j’imagine qu’à ce moment du billet, tous les hommes ont abandonné), car à ma propre surprise, je me suis régalée !

L’action, quoique parfaitement prévisible (c’est la loi du genre) est allègrement menée, le cadre charmant, la mise en scène, si j’ose dire, du plus haut comique, les dialogues drôlatiques et les personnages bien typés et véritablement attachants (car les personnages sont ce qui pêche pour moi dans les romances, trop de clichés tuent le cliché dit-on mais à mes yeux cela ne fait que le rendre plus indigeste). Assaisonnons le tout de quelques joyeux clins d’oeil à Jane Austen (oui l’héroïne s’appelle Lizzie, elle est entêtée comme personne et va se marier fort probablement (je ne voudrais pas spoiler) au dessus de sa condition, qui donc cela peut-il me rappeler ?) et voici un cocktail romantique sauce XIXe parfaitement réussi et propre à ensoleiller de trop longues soirées d’hiver. Réjouissant !

 

How to marry a Marquis – Julia Quinn – Avon – 1999 (paru en français sous le titre « Comment séduire un marquis ? »

 

J’ajoute que ce roman boucle mon challenge, lire en VO, car c’est bien le douxième lu par moi cette année dans la langue de Will (oui il reste deux autres billets à écrire mais où donc avez-vous vu que je fais les choses dans l’ordre) et qu’il s’inscrit dans le mois anglais (justement) car bien qu’écrit par une américaine, il est tout ce qu’il y a de plus british dans l’esprit et se passe dans le Surrey. Ah !

 

Ce contenu a été publié dans Roman américain. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

26 réponses à How to marry a Marquis

  1. Tina dit :

    C’est marrant, je l’ai lu en français et effectivement le marquis en question avait les traits du beau brun susnommé….

  2. Tina dit :

    Ahhhhhhhh ! Ca y est ! Je peux enfin à nouveau te mettre des commentaires. Ca marche !

  3. Karine:) dit :

    C’Est vilain, je veux le lire, maintenant.  J’ai limite peur de ma prochaine commande!

  4. Lou dit :

    C’est une question importante qui est soulevée là 🙂 Moi j’ai bien essayé mais bizarrement ça n’a pas marché hehe

  5. erzie dit :

    Je suis faible aussi – je l’ai acheté récemment, suite aux éloges des délicieuses lectrices de romances que nous fréquentons 🙂

    Je me le garde comme un bonbon pour les fêtes de Noël !

  6. Chimère dit :

    J’ai cédé à l’appel des sirènes moi aussi, mais pas avec le même titre, bon j’espère ne pas tomber dans une addiction qui me ferait fondre dans la guimauve et le sirupeux dégoulinant, j’ai une réputation de cynique à toute épreuve à maintenir moi 

  7. JainaXF dit :

    Je l’ai lu aussi il y a peu (sous l’influence des deux mêmes bloggueuses !) et j’ai bien aimé, il y a beaucoup d’humour et les personnages sont effectivement réussis !
    J’ai trouvé la fin un peu longue, par contre !

  8. Marie dit :

    Tu te justifie si joliment sur le choix de ce roman parce que tu sens poindre le bout du nez d’une addiction sévère pour ce type de lecture ?…

  9. Chimère dit :

    D’autant que c’est bon la guimauve comme les bananes…mangez en ! (en cette période de l’année c’est même traditionnel) 

  10. maijo dit :

    Bon, et la même tentatrice me l’a mis entre les mains, figure-toi, et je viens de le finir. J’ai beaucoup aimé, pour les mêmes raisons (à part Mafiou, parce que je ne le retrouve pas dans le personnage du marquis).

  11. Claire dit :

    Je n’ai pas lu celui-ci de Julia Quinn mais the duke and I.

    Je ne suis pas spécialement fan de romances mais comme j’avais vu pas mal de très bonnes critiques sur des blogs, je me suis laissée tenter et franchement, je dois avouer que j’ai passé un très bon moment!

    Je pense que je me lancerai même peut-être dans la suite…

    • yueyin dit :

      The Duke and I c’est le premier de la série des Bridgerton ça 🙂 je l’ai bien aimé aussi ert j’ai les suites en attente mais je ne peux pas lire trop trop de romances d’un coup, je fais des indigestions de guimauve :-). Mais de temps à autres je me régale, surtout avec les romance régence en fait ! How to marry a marquis fait suite (enfin ça se lit bien séparément) à To catch an Heiress qui est mignon aussi 🙂

  12. Titine dit :

    Je ne connaissais pas du tout car je ne suis pas très romance mais tu finirais presque par me convaincre !

  13. Stephie dit :

    Bon, en français, peut-être, histoire de comprendre un peu de quoi vous causez parfois 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *