La grosse femme d’à côté est enceinte

Après avoir lu Un ange cornu avec des ailes de tôle, je savais que j’allais continuer avec Tremblay, obligée ! J’ai donc filé vers La Traversée du continent, son dernier roman, une pure merveille dont je vous parlerai bientôt et puis j’ai décidé de remonter aux sources en lisant ces fameuses Chroniques du plateau Mont-royal, oeuvre dont j’entends parler depuis fort longtemps.

La grosse femme d’à côté est enceinte, premier opus de ces chroniques, est  également un des premiers romans qui a réellement mis à l’honneur le joual, la langue parlée québécoise ou, dans ce cas précis, le parlé populaire de l’est de Montréal. Trente ans après sa sortie, ce roman a gardé toute sa fraîcheur et sa magie.

Autour de la grosse femme, seul personnage sans nom, figure de mère universelle immobilisée par sa grossesse et son obésité, gravite tout un microcosme, la famille proche qui vit sous le même toit, les voisins qui partagent la même rue, le quartier enfin tout autour. Sous son regard un peu tutélaire, un peu distant par la force des choses mais éminement compréhensif, se jouent les mille petits drames, les mille petits bonheurs du quotidien. Sans complaisance mais avec une sorte de gaité foncière, Tremblay trace le portrait d’une  famille ouvrière plutôt pauvre, à la fois unie et déchirée, protectrice et angoissante, cruelle et joyeuse.

Ce qui frappe le plus bien sûr dans cette oeuvre c’est l’importance que l’auteur accorde à la langue. Langue parlée bien sûr, ce joual qui est la langue de son enfance, mais aussi langue chantante, fluide, imagée qui procure un réel plaisir de lecture. Plus encore, langue comme personnage principal au coeur de cette histoire où sept femmes sont enceintes en même temps mais où une seule semble pouvoir le vivre dans le bonheur. Car si la grosse femme est heureuse d’attendre ce nouvel enfant malgré son âge réputé trop avancé ou sa famille qui cache mal sa honte, les voisines enceintes, elles, ignorent plus ou moins complètement autant ce qui se passe en elle que ce qu’il va leur arriver et n’ont personne vers qui se tourner. Sur ses sujets en effet les langues sont scellées, par la pudeur, la décence, la honte, la religion, l’ignorance… C’est au cours d’une veillée, moment parlé s’il en fut, que la grosse femme finira par rassembler autour d’elle ses jeunes mères perdues et sous couvert de les faire profiter de son expérience leur rendra la parole. Et c’est bien ce que fait Tremblay lui aussi, rendre vie et parole aux acteurs de son enfance. Superbe !

La grosse femme d’à côté est enceinte – Michel Tramblay – 1978 – Acte sud

Allez pour faire bonne figure dans la LC Tremblay de québéc en septembre, je réédite un billet du 7 octobre 2008 (grand tolkien tout ce temps déjà) histoire de faire un peu partager ma passion pour Tremblay…

Ce contenu a été publié dans roman québécois. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

76 réponses à La grosse femme d’à côté est enceinte

  1. Chimère dit :

    Tu sais que tu viens de lire le premier tome d’une série merveilleuse ? veinarde

  2. Karine:) dit :

    Tu en parles vraiment, vraiment très bien!  J’ai les « chroniques » complètes chez moi… et je n’ai toujours que le premier de lu… mais qu’est-ce que j’attends!!! 🙂

  3. Anne dit :

    Ces chroniques-là ne m’ont jamais tentée, alors que d’autres titres de M.Tremblay sont notés dans ma LAL. A cause de cette langue parlée, qui pour les romans français me rebutte.

  4. Florinette dit :

    Pour les mêmes raisons exposées ci-dessus par Anne, cette chronique ne me tente pas vraiment…

  5. Gambadou dit :

    J’ai failli le prendre à la bibliothèque cette semaine, mais c’était un énorme livre avec toutes les chroniques et du coup j’ai reculé… Je vais allez le rechercher !

  6. Rien qu’avec le titre de ce livre, je crois que je pourrais imaginer pendant des heures ce qui pourrait se passer dans ce roman. Jolie invitation à la lecture.

  7. BlueGrey dit :

    Tu en parles vraiment bien ! Je l’avais déjà noté sur ma LAL, mais après ton avis, le voilà souligné !   😉

  8. choupynette dit :

    que d’enthousiasme pour cet auteur!!! crois-tu que cela me plairait?

  9. Suzanne dit :

    Du pur bonheur que ces Chroniques du Plateu Mont-Royal de Tremblay. Un écrivain qui n’a pas son pareil.  Un petit mot concernant la langue parlée dont Tremblay fait usage dans les Chroniques. Il ne pouvait écrire en un français impécable car son histoire aurait été faussée tout simplement parce qu’à l’époque où se situe l’intrigue cette famille parlait joual. De plus ce n’est pas ainsi tout au long des Chroniques alors…..

    • yueyin dit :

      Oui j’y pensais justement Suzanne, en fait toute l’histoire joue sur ce monde clos et le décallage qu’il peut y avoir entre ces quartiers populaires et les autres, c’est très marqué dans le second que je suis en train de lire ou le contraste entre la langue des élèves et celles des religieuses est source d’incompréhension, de mépris, de complexes d’infériorité d’un côté et de supériorité de l’autre enfin tout ça…

  10. chiffonnette dit :

    J’avais adoré L’ange cornu, mais je n’ai pas encore ue l’occasion de lire celui-ci! Je crois que je vais me laisser tenter de nouveau!!

  11. Chimère dit :

    Je crois que c’est dans le dernier tome que lle prénom de la grosse femme est dévoilée…raaah ce sixième tome, tellement chargé d’émotions…(sourire béat)

    • yueyin dit :

      Là j’avoue je le connais son nom 🙂 La traversée du continent que j’ai lu juste avant parle du voyage d’une petite fille d’origine Cree du Saskatchewan à Montréal au tout début du xxe siècle :-)) celle qui un jour… C’est assez émouvant qu’elle soit une telle source d’inspiration…

  12. stephanie dit :

    Comme Anne, j’ai un peu peur de cette langue parlée.
    Peut-être, un jour

  13. Lucile dit :

    Oulala! Tu es vraiment enthousiaste sur Michel Tremblay!! Va vraiment falloir que je le lise celui-là! 🙂

  14. coeurdechene dit :

    Et hop, je t’ai tagué :p
    Ouuuh, que je suis méchant 😀

  15. kesalul dit :

    Je viens de finir le deuxième tome, « Thérèse et Pierrette à l’école des Saint-Anges », et il est aussi fabuleux que le premier.
    Je te le recommande…

  16. Turquoise dit :

    Zut, alors, ici aussi j’ai été grillée au poteau ! Enfin…Je vou lais juste te dire, Yueyin…Je t’ai taguée, moi aussi !!! Sans le moindre scrupule !!! ;-D

  17. sylire dit :

    Je n’ai toujours pas lu Michel Tremblay ! Impardonnable…

  18. Jules dit :

    Je rougis de honte à chaque fois que je tombe sur un billet de cet artiste fétiche de ma province québécoise!  Parce que je n’ai absolument rien lu de lui!!!  Je dois remédier à cela subito-presto!

  19. choupynette dit :

    j’aime bien ton truc « en passant »… comment qu’on fait dis? comment??? ;o)))

  20. Naïk dit :

    Je n’ai pas encore lu Michel Tremblay, mais je suis de plus en plus curieuse de le découvrir… et je suis intriguée par cette utilisation de la langue orale/écrite !

  21. Mirianne dit :

    Je suis Québécoise et Tremblay est sûrement l’auteur que j’ai le plus lu!J’ai lu au complet ses chroniques (sauf le dernier qui est: Un objet de beauté). Ma chronique préférée est : Le premier quartier de la lune! Un petit bijou!

  22. Mo dit :

    La grosse dame m’attend depuis plus d’un an… Mais si tu as aimé l’ange cornu, tu peux essayer bonbons assortis, d’autres récits sur la découverte de la lecture et des mots!

    • yueyin dit :

      Oh oui j’ai très envie de lire ceux-là aussi, bonbons assorties et les petites vues ou quelques choses comme ça… mais à la médiathèque j’ai trouvé les chronique alors ….

  23. Mirianne dit :

    yueyin : je crois que tu parles de : Les vue animées

  24. Orchidée dit :

    la grosse dame est dans ma PAL…

  25. Étienne Labelle dit :

    Bonjour,

    Je suis un peu mal prit je n,arrive pas a trouver les principaux thèmes de ce récit de Michel Tremblay donc si quelqu’un pourrait m,aider j’en serais très reconnaissance. C’est pour mon exam de lecture de fin d’année de 5ième secondaire.

    Merci

    • yueyin dit :

      Désolé je ne l’ai jamais étudié et bien que je l’ai beaucoup aimé, je l’ai lu il y a trop longtemps pour t’être d’une quelconque aide… bonne chance !

  26. Étienne Labelle dit :

    Merci quand mêm

  27. jaclyn dit :

    c’est quoi le nom de la grosse femme enfin? je l’ai besoin pour une question de bonus dans la class de français 🙂

  28. jaclyn dit :

    merci beaucoup 🙂

    est-ce que vous savez qui elle était??

    c’est la question posez par mon prof

  29. JainaXF dit :

    Oui, la langue est clairement le point fort du roman…Après, pour moi, il manque une vraie intrigue, des changements, plus de conflits… j’ai fini par m’ennuyer lors de ma lecture à cause de ça !

     

     

  30. DENIS dit :

    oui un excellent livre que j’ai lu aussi pour la LC

    un style exceptionnel !!

  31. claudialucia dit :

    Deux avis très différents pour ce livre dans notre LC! Mais tu me donnes envie de le découvrir!

    • yueyin dit :

      Oui j’aime bien les avis contrastés (même si on aime que les autres apprécient nos chouchous) ça a quelque chose d’authentique 🙂 et puis ça permet à ceux qui ne l’ont pas encore lu d ce faire une meilleure idée 🙂

  32. Aifelle dit :

    C’est décidé, je continuerai à lire Michel Tremblay avec ce titre-là  Depuis le temps que je voulais découvrir cet auteur, c’est enfin fait et c’est jubilatoire. Merci les filles pour votre lecture commune qui m’a botté les fesses.

  33. Valentyne dit :

    Dans cette LC , que de découvertes , je renote 😉

    Merci pour la découverte 

    J’aime quand tu dis « C’est au cours d’une veillée, moment parlé s’il en fut, que la grosse femme finira par rassembler autour d’elle ses jeunes mères perdues et sous couvert de les faire profiter de son expérience leur rendra la parole.  »

    Bonne journée 😉

    • yueyin dit :

      C’est une des choses qui m’a frappée, ces femmes tellement angoissée et ignorante, ligotée par le silence, et cette grosse femme genre de divinité maternelle qui la leur redonne 🙂

  34. BlueGrey dit :

    Oh oui, oh oui, oh oui ! Qu’est-ce que je l’ai aimé celui-ci !!!  🙂

  35. Ys dit :

    Ah, tu donnes envie, vraiment. Je n’ai encore rien lu de cet auteur découvert grâce à la blogosphère, mais j’ai dans ma PAL La nuit des princes charmants qui remonte d’un cran grâce à ton billet.

  36. Quelle chance de démarrer cette série magique. En plus de tout ce que tu dis très bien, je trouve chez Tremblay un petit côté Garcia Marquez (excusez le peu !) dans son utilisation d’un certain réalisme magique. Et tous les romans de las série sont excellents. certains plus sombres, d’autres plus drôles, mais tous excellents.

    • yueyin dit :

      Voilà qui présage toutes sortes de bons moments… c’est bien les livres quand même ! Je crois que je vois ce que tu veux dire pour le réalisme magique et c’est vrai que cela donne à ses roman une touche particulière qui me séduit totalement

  37. Claire jane dit :

    Un peti passage pour te souhaiter un bon week-end !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *