La traduction est une histoire d’amour

  Marine, c’est un peu Maureen, le nom de sa mère dont elle a hérité les cheveux roux et les taches de son d’irlandaise. De retour à Québec depuis peu, elle fait la connaissance, près de la tombe de sa mère, d’un vieil écrivain qu’elle connait pour avoir entrepris de traduire en anglais un de ses roman, la piste de l’Oregon. Entre eux une relation étonnante va se nouer, faite d’amitié et d’amour, à la fois intime et distante, lui vivant de mots dans sa tour du vieux Québec, elle dans un chalet de l’ile d’Orléans avec des chats, des chevaux et des hérons bleus… Leur connivence se resserre encore le jour où Marine recueille un petit chat noir avec ce mot accroché à son collier : « Je m’appelle Famine, je suis sur la route parce que ma maitresse ne peut plus s’occuper de moi. » Tous deux vont tenter de retrouver l’auteur du message…

Le style de jacques Poulin est une merveille, en particuliers quand il s’attache aux paysages du Québec qu’il connait (et aime) si bien. Les deux personnages qu’il met en scène ici sont de plus extrèmement attachants – l’un d’eux semble bien être une sorte d’écho de lui-même – et on se prend à souhaiter les accompagner un peu plus longtemps. La traduction est une histoire d’amour est un hymne au temps et à l’amitié amoureuse, à l’ile d’Orléans, au chant des mots, à la traduction qui épouse la pensée de l’autre, un peu aux chats aussi… c’est beau et léger comme un été sur l’Ile d’Orléans. Solaire !

 

La traduction est une histoire d’amour – Jacques Poulin – 2006 – Acte sud/Léméac

P.S. On me dit en régie qu’il existe une « plus ou moins » suite, L’anglais n’est pas une langue magique, comme ça tombe – hop dans ma pal québécoise 🙂

PPS : Les yeux bleus de Mistassini qui est censé se passer un peu avant m’a moins plu par contre, Marine m’a manqué !

PPPS : De cet auteur je recommande aussi La tournée d’automne, une petite merveille dont je ne retrouve pas la chronique, de la à dire que j’ai oublié de l’écrire…

Ce contenu a été publié dans roman québécois. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à La traduction est une histoire d’amour

  1. Le Papou dit :

    Je le note, je pense que cela va me changer des polars, vampires et autres thrillers et j’en ai besoin.

  2. Suzanne dit :

    Aaaah quel beau commentaire d’un roman à lire, à découvrir. Poulin est un auteur dont les mots accrochent et vont là où ça touchent vraiment.  (Psitt, je dépose ce lien sur  «J’aime la plume québécoise sur mon blogue). merci de ta participation.

     

    @ Un petit mot pour Pyrausta: Tu peux trouver les écrits de Poulin chez La Librairie québécoise à Paris. (Ils ont aussi leur site internet).

    • yueyin dit :

      Merci Suzanne, Jacques Poulin a vraiment une plume merveilleuse, j’ai très envie de lire volkswagen blues qui serait le ameux livre que Marine traduit ici :-)))

  3. Le Papou dit :

    Un index à jour ne serait pas du luxe…tu dis  »La tournée d’automne » ?

     

    Le Papou

  4. Kitty dit :

    Ooooh <3 un auteur chouchou ! Pour moi, l’idéal, pour la majorité des livres de Poulin, c’est entrer dans un de ses livres allongée au soleil alors qu’il fait 30 degrés, un petit vent frais… bref, une journée d’été !

    Ahh, messemble que j’ai envie de relire Volswagen blues… Ça donne tellement le gout de voyager en road trip ! <3 <3 <3

  5. Bien sûr « la tournée d’automne », mais toujours pas lu….

  6. Marie dit :

    Je note le titre, il sera bientôt lu !!!!!!!!!  

    J’ai craqué une première fois pour cet auteur avec La tournée d’automne, mon titre préféré pour l’instant. J’ai également beaucoup aimé Les grandes marées, et puis aussi Le vieux chagrin, Les yeux bleus de Mistassini…

     

  7. Marie dit :

    Les yeux bleus de Mistassini est celui que j’ai le moins aimé moi aussi. C’est sans doute dû à la relation très ambigüe du frère avec sa soeur.

     

  8. pyrausta dit :

    j’arrive du blog de Papou qui m’a fort obligemment donné ton adresse.

    je note ce titre en esperant pouvoir le trouver en France.

    • yueyin dit :

      Bienvenue Pyrausta, on le trouve en France, il est publié par acte sud (j’ai vérifié sur zozone), sinon je l’ai trouvé à la bibliothèque moi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *