Les aventuriers de l’or bleu

Il n’y a pas très longtemps, on m’a reproché de ne jamais faire de critique négative. C’est vrai je suppose, j’écris parfois des billets mitigés mais pas plus. En fait je ne lis que des livres qui me plaisent. Dès qu’ils m’ennuient, je les abandonne à leur triste sort. Je les reprends parfois plus tard, je persévère un peu si le style ou l’intrigue me semble receler quelques promesses mais c’est tout. Je lis pour le plaisir et un livre inachevé pour cause d’ennui, je ne le chronique pas. En plus, l’avouerai-je, je n’aime pas tellement lire les critiques négatives. Trop souvent cela se résume à « ça ne m’a pas plû donc c’est mauvais »: si on est d’accord cela n’apporte pas grand chose et si on ne l’est pas c’est limite vexant. Il y a des exceptions bien sûr, des articles qui parlent du ressenti du lecteur ou qui savent être constructifs dans le négatif mais cela reste un exercice difficile.
Tout cela pour dire que, une fois n’est pas coutume, Je dois parler d’un livre que je n’ai ni aimé ni fini parce que je l’ai promis à Monsieur Babelio dans le cadre de masse critique et que je repousse le moment depuis trop longtemps
L’idée pourtant me plaisait bien au départ, trois jeune scientifiques spécialistes dans la problématique de l’eau se sont lancés dans une sorte de tour du monde qui devait leur permettre (qui leur a permis ?) de faire vivre un site internet d’informations, de reportages et d’ateliers à destination des écoles. Généreuse idée, beau projet, sympathique aventure humaine.
L’eau est en effet un sujet tout à fait passionant. Malheureusement dans le cas présent j’ai eu l’impression que pour ne pas faire trop lourd ou trop didactique, les auteurs ont carrément oublié d’en parler, se contentant la plupart du temps de dire qu’ils s’étaient renseignés ici ou là mais sans restituer d’informations ni de réflexions autour, ce qui m’a pour le moins frustrée.
La cohabitation des trois chercheurs dans leur fourgonnette aménagée et leurs rencontres à travers plus de trente pays était un autre aspect intriguant du projet. Mais je ne sais pourquoi ce qui aurait pu être une reflexion sur la perception de l’eau et de ses problème d’un continent à l’autre ou même simplement une suite d’anecdotes intéressantes sur les globe-trotter d’aujourd’hui m’a semblé se limiter à l’exposé d’une suite de problèmes administratifs (particulièrement ennuyeux je le confirme) et d’organisation. Les auteurs font bien allusion à des expériences humaines riches ou troublantes mais ils ne les exposent jamais repartant tout de suite sur la description en détail du nombre de fois où ils ont dû faire la queue à tel consulat, à quelle heure ils y sont arrivés, ce qu’ils ont mangé entre temps… je n’ai pas compris, je suis restée dehors !
Bien que je me sois accrochée au début en espérant quelquechose, je n’ai pas pu dépasser la moitié du livre. Je le regrette, le projet était sympathique, leur site une belle idée qui j’espère a bien marché et marche encore mais pour le livre, je n’ai pas pu ! Mea culpa !

livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

Les aventuriers de l’or bleu – F. Groud – T. Pennel – M. de Rostolan – Presse de la renaissance – 2007

Ce contenu a été publié dans essais. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

22 réponses à Les aventuriers de l’or bleu

  1. sylire dit :

    J’ai mis en ligne en début de semaine un compte-rendu mitigé sur un livre lu dans le cadre du programme de Masse critique. Ce n’est pas plaisant mais c’est toujours mieux que d’être hypocrite.
    Heureusement, il y a des livres qui ont été très appréciés dans ce programme ! Cela fait donc une moyenne avec ceux qui ont moins plu.

    • yueyin dit :

      j’ai vu ton billet (même si ma réponse à ton comm a mystérieusement disparu pendant quelques heures…) je crois que d’autres ont eu plusd e chance avec masse critique 🙂

  2. Choupynette dit :

    C’est sûr qu’après l’épouvanteur, c’est moins rigolo!

  3. Stéphanie dit :

    c’est dommage car effectivement le sujet semble passionnant
    j’ai eu plus de chance que toi avec mon livre masse critique

  4. Karine:) dit :

    C’est dommage, un billet négatif « obligé ».  Je ne suis pas particulièrement tentée par le thème… et s’il y a des longueurs administratives, etc… je vais passer!

  5. Anne dit :

    Un billet négatif s’il reste respectueux ne doit pas être culpabilisant…

  6. La liseuse dit :

    Comme toi, j’ai souvent des avis positifs sur mon blog. c’est peut-être aussi parceque je dépense beaucoup en livres et que je fais un sacré tri pour être sûr de ne pas me louper dans mes achats. Je ne vois pas pourquoi on devrait te reprocher quelquechose. Bref, voilà la chose réparée, tu as un avis négatif. Bonne fin de journée YueYin.

  7. BlueGrey dit :

    On m’a fait la même remarque qu’à toi sur les critiques négatives quasi-inexistantes sur mon blog, et j’ai fait la même réponse ! En effet, moi aussi je lis peu de livres qui ne me plaisent pas (sélection drastique avant lecture) et les livres que je n’aime vraiment pas, je les abandonne en cours de lecture… Alor, déjà qu’ils m’ont ennuyé à leur lecture, je ne vais pas me rajoutter une couche d’ennui en m’obligeant à en écrire un commentaire (autre et plus argumenté que « je n’ai pas aimé ») !
    Doooonc… je te comprends et t’approuve !  ;o)

  8. Nanne dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, Yueyin, et comme beaucoup de bloggueurs et bloggueuses j’essaie de lire des livres dont les sujets me parlent ou me donnent envie de découvrir l’auteur et son style. Je ne vois pas l’intérêt d’une critique négative, parce que je ne suis pas payée pour cela n’étant pas critique littéraire ;o))) Cela me rassure presque … Je me sens moins seule, maintenant !!!

  9. Gaël dit :

    Mais qu’est-ce que vous avez toutes contre les critiques négatives??? C’est super-fun. Et en général, beaucoup plus drôles. Si tu n’aimes pas les critiques négatives, ça expliquerait pourquoi tu ne passes pas souvent par chez moi… 😉
    Par contre, je ne suis pas super convaincu par le programme de Masse Critique (rien que le titre!). En gros, c’est « vous les blogueurs, ça vous dit pas de faire la promo de nos livres, parce que nous, on a un peu la flemme de faire notre boulot! » Je ne dis pas que ça ne cache que de mauvais livre, mais l’intention me paraît curieuse. Et qu’est-ce qu’ils font si tu ne postes pas de critique d’un de leurs livres? Ils t’envoient le FBI au train?

    • yueyin dit :

      hin hin ben voyeons, je suppose qu’il ne ‘en offre plus :-))))
      Et je veisn sur otn blog c’est même pas vrai, j’ai beaucoup apprécié ta dernière critique négative d’ailleurs :-))))
      Je préfère les critiques positives ou même ambigue parce qu’elle (ou lorsqu’elle) me donne envie de partager une lecture… Je peux apprécier les critiques négatives quand elles sont bien foutues, constructives et qu’elles ne sousentendent pas un truc du genre vous pensez bien sûr comme moi si vous êtes un tant soi peu intelligent et/ou cultivé !
      Cela dit je n’aime pas trop en écrire tout simplement parce que j’écris pour le plaisir et que cela ne m’en donne pas 😉

  10. michel Guedin dit :

    Bonjour

    ce livre de voyage a reçu le prix trait-d’union Crédit Agricole de la région centre 2008. Certes çà ne fait pas tout, mais il ne mérite pas la seule critique négative de ce site. Il y a des passages forts et instructifs, et même drole, même s’il peut y avoir des longueurs plus ennuyeuses. La perception différente des 3 auteurs est également intéressante. Comme le dit Corinne Lepage dans la préface, il faut rendre hommage aux « aventuriers de l’or bleu »

    Michel

  11. Loula dit :

    C’est vrai que c’est pas marrant de rédiger une critique négative et en plus je suis obligée de le faire régulièrement pour le boulot. Alors ça me parait normal d’avoir envie de parler des lectures qu’on aime sur nos blogs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *