Le lézard noir

l--zard-copie-1.jpg Une mystérieuse femme en noir organise l’enlèvement d’une jeune fille dans un hôtel de luxe. Déjouée par le célèbre détective Akechi Kogoro, l’inquiétante lézard noir, ainsi surnommé d’après son impressionnant tatouage, promet que rien au monde ne lui fera renoncer à la rançon de la jeune Sanae : le plus gros diamant du japon propriété du père de celle-ci.
A partir de là, les rebondissements s’enchainent en une rocambolesque course poursuite entre la diabolique collectionneuse et le tenace détective jusqu’à l’apothéose dans un extravagant musée des horreurs.
Edogawa Ranpo (1894-1965) était un grand fan de polars occidentaux. Son pseudonyme serait d’ailleurs une transcription phonétique du nom de son auteur favori Edgar Allan Poe. On retrouve bien dans ce roman  l’inspiration des polars début XXe, Maurice Leblanc notament. Femme fatale fascinée par les bijoux, détective as du déguisement, coups de théatre et escamotages en série tout y est. Dans un style épuré et bondissant, un bon petit polar classique qui se lit tout seul. Je regrette simplement que les personnages restent trop superficiels à mon goût et le décor trop peu présent.
Il semble que  le lézard noir soit en particulier célèbre pour son adaptation cinématographique de 1968 avec un célèbre travesti dans le rôle titre et Yukio Mishima dans un second rôle. Ce dernier en fit d’ailleurs lui-même l’adaptation théatrale. J’avoue que j’aimerai assez voir le film réputé culte et kitsch. Distrayant !


Lettre E

Le lézard noir – EDOGAWA Ranpo – 1929 – traduit du japonais apr Rose-Marie Makino-Fayolle, Picquiers poche 2000

Ce contenu a été publié dans roman japonais. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

20 réponses à Le lézard noir

  1. Stephanie dit :

    je note 🙂
    et dommage, cela aurait peut être plus à ma swappée noir c’est noir, mais j’ai déjà acheter les 3 livres :D   

  2. freude dit :

    En tant que fan de polars, policiers et thrillers en tout genre, ça me dit bien et puis ça change des anglo-saxons, et des nordiques (que j’adore ne nous méprenons pas…). Je note !

  3. Karine:) dit :

    Pour être originale… je note aussi!!!  Ca semble complètement  bizarre et j’aime les trucs complètement bizarres!!!!

  4. Soïwatter dit :

    Alors Edogawa t’a plu visiblement. Je note « Le Lésard Noir », un petit policier délirant ça me fera du bien ces prochain temps… Mais à ce que tu écris, il semble très différent de « La Chambre Rouge »…

  5. Moustafette dit :

    Ce soir les lézards sont de sortie ! je reviens de chez Papillon où il est aussi question d’une curieuse bestiole mutante !

  6. Tietie007 dit :

    Merci pour ce compte rendu !

  7. Florinette dit :

    Je vois que ton challenge Asie avance bien et j’aime bien les livres que tu nous fais découvrir, ça promet… ;-o))

  8. Gaël dit :

    D’ailleurs, en parlant de challenge, vous les trouvez où, ces défis intéressants?
    Pour en revenir au roman, je dois dire que rien que la couverture donne envie.

    • yueyin dit :

      Le abc traine un peu partout j’ai seulement choisit le thème et les oeuvres, le nom de la rose vient de chez Grominou (du moins les contraintes, la liste est de moi aussi) et la Klassik list de chez fashion, mais Flo a découvert un site ou il y a toutes sortes de challenges proposés (dont le fameux celebrate the authors qui fait fureur en ce moment)… finalement j’ai été assez sage avec seulement trois moi 😉

  9. Gaël dit :

    Merci de l’info, mais finalement, en remontant dans ton blog, j’ai eu toutes les infos que je voulais. 😛

  10. fashion victim dit :

    En parlant de kistcheries cultes, as-tu vu « La diablesse aux mille visages » qui met en scène une voleuse qui a pour pire ennemie une fliquette secondée par un journaliste ? Du grand art!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *