Le cimetière de Prague

Dans un petit appartement sombre au fond d’une impasse parisienne, un homme s’éveille amputé d’une partie de ses souvenirs. Pire, il a l’impression qu’un autre occupe son appartement quand il dort, un prêtre apparemment, lui qui n’aime guère cette engeance. Pour remettre un rien d’ordre dans son esprit quelque peu égaré, il décide de transcrire ses souvenirs depuis l’enfance. Une solution soufflée par un certain docteur Froïde avec qui il se souvient avoir partagé quelques repas malgré sa répugnance pour cette sorte de gens. Quand il s’endort c’est l’Autre, le prêtre, qui prend la relève et complète les parties de son passé qu’il semble avoir occulté. Le résultat est un étrange parcours de vie à quatre mains. Un parcours saugrenu et mouvementé, vécu sous le signe de la haine et de la falsification, de l’escroquerie et de la tromperie, de l’espionnage à la petite semaine, des trahisons en tous genres et autres coups tordus, tous sélectionnés strictement en fonction de ses intérêts personnels – sans doute le seul principe que cet homme d’un cynisme absolu ait jamais respecté. Mais le grand oeuvre de sa vie que le lecteur découvre peu à peu, c’est un faux document qu’il mitonne longuement et qui va réaliser à terme, ses aspirations les plus noires…

Dans ce roman, Umberto voulait, je cite, « démonter (démontrer ?) les mécanismes de la haine » et mettre en scène « le personnage le plus cynique et le plus exécrable de toute la littérature » et en ce qui me concerne il y a réussi de main de maître. Sur le modèle d’un de ces romans feuilletons si en vogue à l’époque, le – à moins que ce ne soient les – narrateurs nous entraînent à travers l’histoire du XIXe siècle des expéditions de Garibaldi, à la Commune en passant par le Second Empire et nous convie de falsifications en mystifications à assister à la construction des monuments de haine qui allaient atteindre leur apogée au XXe siècle (du moins espérons que c’en était l’apogée). Misanthrope absolu, détestant français et italien avec équité (ses deux ascendances), méprisant les allemands et les autrichiens, haïssant les femmes qui le dégoûtent, les jésuites qui l’ont élevé, les francs-maçons à moitié juifs à moitié jésuites, les homosexuels dieu sait pourquoi et les juifs bien sûr par héritage grand paternel, sans parler des autres qui ne valent pas grand chose, Simonini est une sorte de symbole du chaos, ne croyant en rien si ce n’est la haine de l’humain, n’aimant rien si ce n’est la table, semant la violence sans y porter la main sauf nécessité. Fourbe, matois, intelligent et relativement instruit aussi, indispensable dans son métier de faussaire, il sait ce qui marche et ne se fait pas défaut d’inventer les mises en scène les plus abracadabrantes pour faire rêver le crédule, incorporant à ses manifestes, escroqueries et inventions un matériel sans cesse réutilisé et à peine remanié qu’il puise autant dans les romans d’aventures et les feuilletons qu’aux racines même des peurs inconscientes – satanisme, messe noire, rituels ésotériques mystérieux et le diable sait quoi encore. Partant du principe que même exagérée jusqu’à l’outrance, la médisance ne peut que laisser des traces et que les gens ne sont jamais plus prêts à vous croire que lorsque vous leur racontez ce qu’ils pensent déjà savoir

Entraîné par le rythme plutôt allègre des aventures de ce cynique, on se prend à sourire de ses inventions rocambolesques tout en grimaçant à l’idée de l’horreur absolue qui se profile dans son ombre. Je n’en dirais pas plus car j’ai apprécié, une fois n’est pas coutume, de découvrir petit à petit où m’emmenait l’auteur, sans doute justement parce qu’il n’y a pas de suspens. A mesure que l’histoire avance, on retient son souffle car nous savons, nous, comme l’auteur que c’est bien une chose de ce genre qui s’est produite et ce qui en résulté. J’ai cru comprendre qu’il y avait eu polémique à propos des intentions de l’auteur, pourtant son propos est clair : le diable, quel qu’il soit, profitant des faiblesses humaines (peur de la différence, crédulité, avidité, goût du pouvoir…) a orchestré le chaos en utilisant l’intoxication à la haine ordinaire. Un bon avertissement car il y a des choses qui ne doivent être ni oubliées ni reproduites. Grandiose !

Le cimetière de Prague – Umberto Eco – 2010 – admirablement traduit de l’italien par Jean-Noël Schifano – Grasset

Une lecture commune avec Isil (mon indispensable partenaire ès lecture commune pas vraiment commune mais presque ou disons à peu près) et Efelle

PS : Je précise pour ceux auxquels le maestro (Tino pour Isil et moi) ferait un peu peur, que ce roman est tout aussi accessible que Le nom de la rose (que j’ai personnellement lu un nombre incalculable de fois) et même plus car il n’y a pas de passages en latin (que de toutes façons on peut passer en vertu du droit du lecteur à sauter les passages écrits dans une langue qu’il ne comprend pas – d’ailleurs cela ne nuit en rien à la compréhension de l’intrigue !)

PPS : « Tous les personnages de ce livres sont réels, nous dit l’auteur, sauf le narrateur lui-même. » Forcément c’est le diable (où selon une formulation plus à mon goût, un avatar du côté obscur).

PPPS : J’aime Umberto !

PPPPS : Merci à Anne-Laure qui me l’a offert pour mon anniversaire : il était aussi bien voire encore mieux que ce que j’espérais !

 


Ce contenu a été publié dans roman italien. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

28 réponses à Le cimetière de Prague

  1. Le Papou dit :

    Joli billet, je comprends pourquoi tu es longue à les écrire…. en plus, ça a l’air bon et c’est bientôt que je rajeunis.

     

    Le Papou

  2. ALaure dit :

    Je suis ravie qu’il t’ait plu !!!

  3. Anjie dit :

    Et bien voilà un cadeau qui a atteint sa cible 

    Ah Umberto, on vous aime !

  4. maijo dit :

    Il est dans ma PAL, tu me donnes envie de le faire remonter.

  5. Choupynette dit :

    je sens qu’il finira par passer par la case Choupynette… 😀

     

  6. Grominou dit :

    Je fais partie de ceux qui n’ont pas réussi à lire LNDLR… Sans doute parce que j’avais déjà vu et revu le film alors il n’y avait plus aucun suspense pour rendre supportable les pages de dissertations théologiques!

    Parlant d’Umberto, je viens de lire ses entretiens avec JC Carrière (cf mon blogue), je te les recommande si tu ne les as pas déjà lus!

    • yueyin dit :

      Euh oui en fait ce n’est pas vraiment un livre à suspens (ça tombe bien je déteste le suspens) et l’enquête est beaucoup plus complexe et subtile dans le livre mais le film est réussi je trouve… Umberto ne peut pas plaire à tout le monde… merci pour tra recommandation, je suis très tentée (il faut que j’aille faire un tour sur ton blog, ça fait trop longtemps)

  7. Bruno dit :

    J’ai adoré Le Nom de la Rose et tu m’as donné envie de lire celui-là aussi 🙂

  8. Suzanne dit :

    Quel beau billet! Je vais lire assurément ce roman. beau dimanche.

  9. maggie dit :

    Il me tente beaucoup pour son ambiance roman feuilleton…

  10. Je lui préfère ses livres + théorique et pas ses romans. Je les trouve, bizarrement, plus abordables.

    • yueyin dit :

      J’aime beaucoup ses essais et ses edito mais ce roman-ci est abordable… bon je n’en ai lu que deux pour le moment le nom de la rose et celui-ci et les deux m’ont semblé très lisible. Certains autrs ont une autre réputation…

  11. Noukette dit :

    J’avoue…, je n’ai jamais lu Le nom de la rose, c’est grave docteur ?

  12.  

    En cherchant où tu avais parlé d’un écrin, j’ai obtenu les pages répondant à la rubrique « roman italien ». Il y a un écrin dans L’amour est à la lettre A. En tête de page, le plus récent, probablement : Le cimetière de Prague.

    Un peu après toi, j’en ai donné une chronique sur le fil « cuisine des terroirs ». Il s’agit effectivement d’un roman gourmand, tu l’as sûrement vu, et je me réserve, aujourd’hui encore, une étude d’autres fils, ou en tout cas une proposition sur Les Protocoles des Sages de Sion – ou plus exactement sur « l’affaire » des Protocoles.

    Non, il ne s’agira pas de la énième page cherchant à établir qu’il s’agit d’un faux. Quoique… il s’agit bien d’un faux, mais qui est le faussaire ? A qui profite… ? Epivardez, épivardez, il en restera toujours quelque chose… J’en ai déjà trop dit, Ciel !

    Puisque tu aimes les romans et l’Italie, je te conseille le prochain Libellus, ce mardi.

    Je ne sais pas encore comment t’intégrer au prochain Thérondelle. Il faut que je te fasse revenir du Québec aux Caraïbes. Mais j’ai déjà la bande à Mimile à importer. Tu crois qu’il pourrait faire escale à Montréal ? Même une heure dans ce pays un rien prude – on connaît les Québécoises…

     

    • yueyin dit :

      J’aimerais beaucoup lire un de tes billets sur le protocole, ce serait sans doute cryptique mais enfin… 🙂

      la bande à mimile ? je derais ça dépend… que vas-tu donc donner à écouter ????

  13.  

    Il s’agit de Mimile et de ses copains !

    http://www.libellus-libellus.fr/article-le-therondelle_17-chez-mimile-113481887.html

    Il y aura les dames en rose et en bleu, les familles… Depuis le 1er janvier 2013 il s’est passé deux ans et demi.

    Là, nous grignotons quelques tartines – du Beluga avec un Dom Pérignon ’53, à bord du bel Oiseau Blanc de Matthieu-Simon, le fils de la dame en bleu, tu suis, il est dans les affaires… Montréal est encore à deux ou trois heures, nous regardons un bon film de détente :

    http://www.gentside.com/embed/QgxOl6FznT87MHX0-fbIGCkwQ23ukLXf1wiWmFCQdCc

    J’espère que tu ne seras pas en retard, on redécolle aussitôt vers… les cocotiers.

    Je sais, à l’arrivée il nous faut 2 750 m et la piste ne fait que 2 300 m, mais ! je te ferai dire qu’à Poitiers, où nous sommes passés chercher Monsieur Mimile et sa bande, on n’avait que 2 350 m. On a quand même fait changer les plaquettes de frein.

    C’est pas trop chalinoux par là-bas ?

     

  14. Florinette dit :

    Tout ce que tu en dis donne vraiment envie de se plonger dans ce livre ! Bises et bon dimanche Yueyin !

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *