La part de l’homme

Salme se voit comme une femme simple et droite, son mari et elle ont travaillé comme merciers dans un village toute leur vie, ont élevé trois enfants qui réussissent bien et jouissent maintenant d’une retraite bien méritée. Bien sûr elle ne comprend guère la nouvelle Finlande mais qu’importe si ses enfants s’y trouvent bien. Lors d’une sortie avec sa fille ainée, Salme engage la conversation avec un écrivain, par définition un métier qu’elle réprouve, considérant toute fiction comme de un tissus de mensonges à condamner absolument. A ses yeux seuls les manuels et les livres techniques, « qui apprennent quelquechose » trouvent grâce. Seulement l’écrivain en question est séduit par la verve de Salme et lui propose beaucoup d’argent simplement pour l’écouter raconter sa vie. Or cet argent, bien qu’elle refuse de dire pourquoi, Salme en a besoin…

Je suis très partagée au sujet de ce roman, le début m’a beaucoup plu, la voix de Salme est savoureuse et sa façon de voir le monde réjouissante. L’analyse de la parole et de sa signification par rapport à la vérité, le travail, l’action, la vie même est vraiment intéressante et les échanges entre Salme et l’écrivain sont d’excellents moments de lecture. Là où j’ai eu plus de mal à adhérer c’est quand la parole glisse vers les enfants de Salme, sans que l’on sache s’il s’agit  de la réalité ou d’une vision fantasmée de l’écrivain. Quoiqu’il en soit, trop c’est trop ! Le malheur pour le malheur a tendance à me fatiguer et l’apitoiement sur soi à m’agacer. La Finlande file peut être un mauvais coton, je ne saurais dire, mais ces personnages-là n’ont rien qui puisse attirer une quelquonque sympathie de ma part. En fait j’ai même eu du mal à imaginer que des enfants élevés par Salme aient pu tous devenir à ce point veules, faibles et sans ressort. Cette surenchère a gaché pour moi la seconde partie du livre, à laquelle j’ai eu beaucoup de mal à m’intéresser. Dommage !

 

La part de l’homme – Kari Hotakainen – traduit du finnois par Anne Colin du terrail- 2011 – JC Lattès

 

Les avis beaucoup plus enthousiastes de Cryssilda, Shlabaya, Emma, Cathulu

 

Lu dans le cadre de la semaine nordique (prolongée) de Cryssilda et Emma

Ce contenu a été publié dans roman scandinave. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à La part de l’homme

  1. Le Papou dit :

    Ouf ! Enfin un qui ne grossira pas ma Lal qui prend des proportions gargantuesque .

    Au fait bon retour M’âme Yue Yin, avez-vous passé de bonnes vacances ??

     

    Le Papou

  2. Choupynette dit :

    avis mitigé donc.

    Sinon, je pensais à Sinclair et Wilde. 😀 pour le TTT du wednesday

  3. Joelle dit :

    J’avais hésité chez Cathulu mais là, tu m’as convaincue de ne pas le noter !!!

  4. Emma dit :

    C’est vrai que la deuxième partie m’a moins plue aussi. C’était bien parti, et ensuite, c’est devenu très glauque.

  5. Karine:) dit :

    J’étais super tentée.  Mais bon, tu me refroidis un peu.  Surtout que moi aussi, malheur pour malheur… ça m’énerve!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *