L’autobus

undefined Dans un coin perdu d’Argentine, le seul lien du village avec le monde extérieur c’est l’autobus qui s’arrête chaque soir. Lorsqu’un jour de poussière, l’autobus accélère pour traverser le village manquant écraser ceux qui l’attendent, chacun se pose des questions. Le chauffeur est-il devenu fou ? Et d’abords est-ce le « bon » chauffeur ? Comment savoir ce qui se passe, sauf en questionnant le conducteur justement, quand l’autobus s’arrrêtera le lendemain.
Seulement le lendemain l’autobus ne s’arrête toujours pas. La voie ferrée est coupée, la barrière du passage à niveau reste baissée… A mesure que les jours passent, les villageois se livrent à toutes sortes de réflexions et de suppositions nourries des informations étranges de la radio, des nouvelles qui filtrent et du caractère de chacun.

Eugénia Almeida réussit ici un étonnant huis-clos en plein air. Les réactions des différents personnages induisent une tension palpable mais officiellement ignorée. Les effets de la dictature pèsent comme un couvercle de plomb fait de peur, de non-dit, d’ignorance… Un beau roman tout en finesse, d’une grande puissance d’évocation ! Prenant !

L’autobus – Eugénia Almeida – 2005 – Metailié – traduit de l’espagnol (Argentine) par René Solis 2007

L’avis de Flo, bluegrey, clarabel, cuné, Yvon

Ce contenu a été publié dans roman sud-américain. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

26 réponses à L’autobus

  1. BMR dit :

    je viens de voir ce livre chez Blue Grey et chez toi.
    tout ça me semble bien prometteur, et hop, bientôt dans la PAL !

  2. BlueGrey dit :

    Un petit livre qui n’a l’air de rien avec sa petite centaine de pages… Mais, sans effets de style, il cache une grande force évocatrice!

  3. Anne dit :

    Je le note! J’ai déjà fait de belles découvertes avec « Métailié ».

  4. Moustafette dit :

    Il est déjà noté et me tente de plus en plus.

  5. valdebaz dit :

    Beaucoup de commentaires élogieux, il ne faut donc pas le louper cet autobus… je sais, c’est nul 😉

  6. Karine:) dit :

    Étant loin de ma liste, je ne sais plus trop si j’ai noté…  mais bon, je vais y remédier (sur une facture avant de transcrire!) au cas où ce ne serait pas le cas!!!!

  7. Florinette dit :

    Celui-ci fait déjà partie de ma LAL et en plus il figure sur le catalogue de la biblio, je le lirais certainement, mais avant j’ai des défis à relever !! ;-))

  8. Naïk dit :

    En général, j’aime beaucoup les ambiances un peu étranges, décalées ou absurdes, donc je note !

  9. Alors celui la il ne passe même pas par la case LAL mais il va directement rejoindre ma PAL dés demain midi… J’ai pour le plus grand malheur de mon portefeuille decouvert une fnac à coté du bureau…

  10. Gaelle dit :

    Je me sens totalement inculte quand je passe te voir, ma chère fille !
    Je ne connais pas tous ces auteurs passionnants dont tu parles et qui viennent de contrées étrangères. Un monde nouveau s’ouvre à moi. Seul pb : vu ma cadence de lecture et la taille de ma PAL, tu risques de voir les fruits de ton travail sur moi dans plusieurs années 🙁
    Non, j’essaierai d’aller plus vite, promis !

    • yueyin dit :

      C’est tout à fait l’impression que j’ai quand je lis vos superbes articles, Mère.  chaque fois je repars de votre café avec non pas un mais plutôt une liste de livres à lire dont je me demande bien comment j’ai pu les zapper jusque là et qui viennent enrichir mes piles (allez j’avoue tout, je n’ai pas une pal mais plusieurs !). c’est dangereux les blogs (et la famille) il y a risque d’éboulements de pal à tout moment. En tout cas ça fait drolement plaisir de vous relire ma petite mère chérie ;-)))

  11. Gaël dit :

    J’aime beaucoup le point de départ complètement incongru de ce roman. Et on note, on note!

  12. goelen dit :

    je l’avais déjà vu chez Flo il y a quelques temps.j’espère qu’il sera dispo bientôt dans ma bibli car un huit clos en plein air ça promet

  13. Flo dit :

    Suis contente que tu aies aimé toi aussi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *