Le maître de fengshui perd le nord

CF Wong est maître de fengshui à Singapour. Au fond le vieil homme n’aspire qu’à une chose gagner assez d’argent pour pouvoir s’adonner en toute tranquilité à son grand oeuvre : un recueil entièrement  rédigé à la main de citations et d’anecdotes intitulé « quelques bribes de sagesses orientale ». Mais CF Wong a bien des contrariétés, à commencer par une secrétaire bruyante, querelleuse et inefficace, une jeune stagiaire occidentale extrèmement moderne et totalement incompréhensible, sans parler d’un fantôme dans un cabinet dentaire, d’un climatiseur disparu ou de l’intention affirmée d’un astrologue indien et d’une voyante chinoise (au demeurant de vieux amis) de l’embarquer dans une complexe affaire de mort annoncée, et ce gratuitement ! Il est parfois bien difficile pour un maître de fengshui de préserver un semblant de tranquillité et d’harmonie tout en gagnant sa vie.
Franchement il est du plus haut comique ce CF Wong, écartelé entre traditions raffinées et obligations terre à terre, nageant le plus souvent dans l’incompréhension totale des propos tenus autour de lui, encore que, sur ce point, il soit loin d’être le seul… Nury Vittachi fait vivre pour nous un Singapour cosmopolite, agité, bruyant et probablement aussi étrange aux yeux de ceux qui le vivent qu’aux nôtres, ce qui n’est pas peu dire. Tous les acteurs de cette enquête (ces enquêtes ?) se croisent, s’agitent, discutent sans jamais se comprendre, aussi étonnés d’aboutir à une quelquonque solution que nous de les voirs arriver où que ce soit sans le recours à un consultant quelquonque, un géomancien par exemple. Hilarant !

Merci Chimère pour cet ébouriffant cadeau.

Lu dans le cadre de mon

Ceci est mon 301e article depuis la création du blog…

Le maitre de fengshui perd le nord – Nury Vittachi – 2002 – traduit de l’anglais (Honk Kong) par Julie Sibony – Picquier poche 2005

Ce contenu a été publié dans roman chinois. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à Le maître de fengshui perd le nord

  1. Karine:) dit :

    Petit polar hilarant, qui se passe dans une partie du monde que je ne connais pas… c’est officiel qu eje note!

  2. amanda dit :

    ah je le note donc. J’aime ce qui est décalé, et j’aime l’Asie.

    Et bravo pour les 300 articles dépassés.;_)

  3. Fantômette dit :

    Effectivement, petit roman sympathique mais j’avais eu du mal à entrer dans l’intrigue, et je suis restée un peu sur ma faim pour ce qui est de la « consistance » de l’histoire.
    Divertissant ?

    • yueyin dit :

      JE me suis bien divertie, certes l’ambiance et les personnages y sont pour beaucoup mais finalement els intrigues étaient assez tordues non ? Savoir si dans les suivants, l’intrrigue se retrouve plus au centre ????

  4. Chimère dit :

    La suite constitue une série d’enquêtes diverses et variées mais toujours aussi loufoques. Seul le troisième tome a une intrigue complète sauf que comme d’habitude c’est du grand délire de bout en bout.

  5. tina dit :

    tu me le gardes au chaud ?

  6. fashion victim dit :

    301 ? BRAVO!!! (et je note le titre, c’est plus fort que moi:)))

  7. Naina dit :

    J’avais beaucoup aimé alors que je ne suis pas une fan des polars et autres romans d’investigation. Les personnages, le maître et la jeune Australienne, sont vraiment attachants et sympathiques. J’avais aimé mais je n’ai lu aucun des autres titres parus.

    • yueyin dit :

      ces deux personnages sont vraimetn très attachants effectivement mais j’ai beaucoup aimé aussi l’astrologue indien et la voyante chinoise, leur conversation sont limite suréalistes 🙂

  8. Je me rappelle avoir beaucoup apprécié celui-là.
    Par contre j’avais été assez déçu par les suivants, moins consistants, se contentant d’exploiter un filon, au demeurant excellent, sans trop se fouler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *