Le village de l’allemand

En lisant le journal de son frère suicidé, Malich, un adolescent de banlieue plutôt frustre et indifférent au monde, se retrouve confronté à la fois à l’histoire de son père, cheikh allemand improbable d’un village berbère du fin fond de l’Algérie, à la descente aux enfers de son frère parti à la découverte des zone d’ombre de l’histoire familiale et, à travers leurs parcours, à tout un pan de l’histoire européenne, celle qui s’écrit avec du sang et une majuscule. Profondément ébranlé, Malich, va mettre à son tour sur le papier les sentiments tumultueux que ces révélations suscitent en lui, des révélations qui changeront totalement sa vision du monde et de la vie.

Magistral est le premier adjectif qui me vienne à l’esprit en pensant à ce roman, bouleversant aussi. Ce journal croisé de deux frères porte deux voix totalement différentes qui s’entrecroisent et se complètent sans jamais se confondre. L’une est celle d’un jeune homme éduqué, brillant, marqué par la réussite mais fragile qui va s’enfoncer dans le passé et dans une identification morbide au père, l’autre beaucoup moins chatiée, est bouillante, brute, pleine d’énergie mal canalisée et entièrement tournée vers le présent et l’avenir. Et ces deux voix à travers l’histoire d’un homme et de ses fils nous emmènent des camps de la mort et des techniques d’extermination de masse à l’islamisation progressive d’une cité de banlieue parisienne. La nouvelle grille de lecture de Malich lui permet en effet de voir et de comprendre différemment ce qui se passe dans son quartier – nous sommes dans les années quatre-vingt-dix – la surveillance constante, l’embrigadement, les mesures de retorsion, tout lui apparait sous un jour nouveau, un jour perturbant et dangereux qui doit clairement impliquer la résistance. Ajoutons à cet étonnant canevas, une langue parfaitement maitrisée et évocatrice et tout sera dit, lisez-le. Bousculant !

Le village de l’allemand – Boualem Sansal – 2008 – Gallimard

Lu dans le cadre du thème « un auteur du Monde arabe » du club lire et délires (et oui pour une fois, j’ai fait à la fois mes devoirs et mon billet, tout arrive !)

D’autres billets chez Anjie, Bluegrey, Alaure, Choupynette et Marie.

Ce contenu a été publié dans roman algérien. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

22 réponses à Le village de l’allemand

  1. anjelica dit :

    mon dieu, j’en reviens pas, ton billet est publié  je note ce roman !

  2. Le Papou dit :

    J’avais lu un billet qui ne m’avait pas emballé alors que là, c’est tentant. Comment un allemand peut-il être cheikh ? Je suppose qu’il faut le lire pour le savoir.

     

    Le Papou

  3. choupynette dit :

    tu m’as donné très envie de le lire…!!! tu vas le mettre dnas la liste de tes coups de coeur pour la prochaine rencontre?

  4. Bruno dit :

    Tu m’as donné envie de le lire à moi aussi. 🙂

  5. Je l’avais lu à sa sortie, et il m’en reste une très belle impression.

  6. BlueGrey dit :

    Hop ! Livre noté sur mon p’tit carnet ! Très envie de le lire celui-là…

  7. In Cold Blog dit :

    Un roman qui m’avait marqué par son propos et la hardiesse de ses analogies. Et tu l’as dit, une très belle langue.

  8. Ys dit :

    je n’ai pas été bien emballée par ma première expérience avec cet auteur (le livre de la chaîne des livres), mais je ne renonce pas à essayer un autre titre un jour…

  9. Stephie dit :

    Il va falloir que je le lise et que je réfléchisse à mes priorités de lecture, au final

  10. jeneen dit :

    j’ai très envie de le lire, ton billet me conforte dans cette voie ! beau billet :!!!!!

  11. nymphette dit :

    Malgré des passages extrèmement forts j’avais trouvé l’ensemble un peu « fouillis » trop de voix à suivre pour moi!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *