La resquilleuse

resquilleuse.jpgMatilda la cinquantaine, veuve de fraîche date, a tout rangé, nettoyé la maison de bas en haut, vidé les ordures. Il ne lui reste qu’à verrouiller la porte, glisser les clés sous le paillasson, empoigner son panier pique-nique et partir vers la plage dont elle n’a pas l’intention de revenir. Une façon finalement plaisante de mettre un point final à une vie devenue sans objet. Seulement rien ne se passe comme prévu pour ce dernier voyage, comme si le sort s’acharnait à l’empêcher d’agir à sa guise. Jusqu’à ce que son chemin croise – cerise sur le gâteau – l’ennemi public numéro un, le matricide dont toute l’angleterre parle et qui non seulement semble lui aussi décidé à en finir mais de surcroit pourrait bien, par maladresse, se faire prendre. Chose que que Matilda – éternelle sauveuse d’animaux perdus, ne peut sur le moment envisager de laisser faire…

La resquilleuse est le premier roman pour adulte de Mary Wesley et semble-t-il le plus sombre. Et il est vrai que Matilda, femme rongée par une culpabilité universelle et une colère qu’elle ne s’avoue pas tout à fait, est un personnage qui pour être doué d’un certain humour n’en ai pas moins tragique à sa façon ou disons tout simplement triste. Des autres personnages, on ne saura que bien peu, et toujours à travers les yeux de Matilda qui justement semble avoir une compétence particulière pour s’aveugler, rater l’important, effacer ce qui l’arrange. Mary Wesley signe ici, de sa plume piquante, un roman plus amer que doux sur le veuvage et, à l’heure des « comptes », la douleur de faire face à ce qu’on a préféré écarter toute sa vie. Poignant.

La resquilleuse – Mary Wesley – 1983 – traduit de l’anglais par Michèle Albaret

De Mary Wesley, je ne saurais trop vous conseiller la Pelouse de camomille, un de mes grands coups de coeur…

english month
Lu dans le cadre du mois anglais des dames Cryssilda, Lou et Titine


Ce contenu a été publié dans roman britanique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à La resquilleuse

  1. Le Papou dit :

    Je note la pelouse de camomille, la resquilleuse me parait bien sombre pour un vieux petit coeur tendre.

    Le Papou

  2. J’ai lu ce livre il y a quelques temps et j’en garde un assez bon souvenir. J’avoue que le personnage de Mathilda m’a laissé une impression plus positive qu’à toi. En tout cas, il m’a plu suffisamment pour me donner envie de lire d’autres romans de cette auteure 🙂

    • yueyin dit :

      Ah mais j’ai bien aimé le roman hein, ler personnage de Matilda est à la fois sympathique par bien des côtés et agaçant dans son aveuglement volontaire 🙂 mais j’adore Mary Wesley 🙂

  3.  

     

    Courir après une veuve, moi non plus, et puis je n’aime pas la plage – mais, à lire, ça paraît appétissant.

     

  4. Titine dit :

    J’ai beaucoup entendu parlé de « La pelouse de camomille » mais je n’ai toujours pas lu cet auteur. Tu me conseillerais lequel ?

  5. jerome dit :

    Va pour la pelouse de Camomille alors. Si je dois un jour découvrir cet auteur, ce sera avec ce titre.

    • yueyin dit :

      Voilà tu me diras, une de mes amies a été cjhoqué par quelque chose dans ce roman que je n’avais pas remarqué… je me demande si c’est moi ou si c’est général 🙂

  6. Karine:) dit :

    Ravie que tu aimes mon auteure chouchou!  Pour la pelouse, plein de gens ont été choqués par la même chose mais moi, je trouvais que c’était dans le ton… du coup, dans un roman… je n’ai pas tilté plus que ça. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *