La lionne blanche

Il y a quelque années j’avais commencé à lire Mankell, Le guerrier solitaire, Les meurtres de la saint jean, La cinquième femme et La muraille invisible m’avaient bien plû… J’aimais le côté chaotique des enquêtes de Kurt Wallander, jamais sûr de rien, toujours angoissé, lançant des vérifications dans tous les sens, explorant la moindre piste. Certes la récurrence des tueurs en série était un peu lassante mais j’étais accrochée et je guettais le suivant avec impatience… Et puis il y eu Les chiens de Riga et une longue parenthèse dans ma fréquentation de l’auteur. J’ai trouvé ce roman ennuyeux, dépassé et pour tout dire sans intérêt. C’était en fait un des premiers Mankell, écrit largement avant les romans déjà parus en France..

Aujourd’hui je renoue avec l’auteur et non ! Décidement je ne retrouve rien de ce qui me plaisait. Encore une fois c’est un ancien Mankell traduit sur le tard ! Chronologiquement si j’ai bien suivi il se situe entre Les chiens de Riga et L’homme qui souriait (tout juste traduit) – deux ans avant Le guerrier solitaire.

L’action se déroule à la foi à Ystad en Scanie, à Stockholm et dans plusieurs villes d’Afrique du sud. Nous suivons les pensées d’au moins cinq narrateurs et cela devrait constituer un superbe tableau croisé d’une situation complexe avec pour origine la transition Sud-Africaine après la libération de Mandela. Ouf ! Malheureusement j’y suis resté totalement insensible. J’ai trouvé le procédé laborieux, les personnages robotisés à la limite du stéréotype, le déroulement de l’enquête suédoise totalement invraisemblable et les considérations géopolitiques, euh… disons sommaires. Bref j’ai eu du mal à finir et pour un polar n’est-ce pas la pire chose qui soit ?

Bof…

La lionne blanche – Henning Mankell – 1993 – éditions du seuil – traduit par Anna Gibson 2004

Ce contenu a été publié dans Polar. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

25 réponses à La lionne blanche

  1. pom\' dit :

    je suis en train de lire les morts de la st jean,  je le trouve plutot bien, je te remercie pour tes avis sur les autres de H Mankell, j\’ai apparemment choisi un des meilleurs, je vais noté tes autres préférences.

  2. Florinette dit :

    Du mal à finir !!! oh oui alors, surtout,comme tu le dis, pour un polar ça devrait être tout le contraire !

  3. pom' dit :

    j’ai fini les morts de la St Jean , j’ai bien aimé , l’enquête  et la découverte des éléments se font à chaque chapitre, on apprends un peu plus à chaque page sans se douter de la fin, il n’y a qu’au 3 derniers chapitres que ça s’accélèreet où on comprend tout , l’histoire personnelle de K.Wallander et surtout ses problèmes de santé est par contre lassante.

  4. Gambadou dit :

    Un polar ou l’on n’est pas agrippé à son livre…. Hum, hum, je saute mon tour….

  5. Nina dit :

    Je bosse dns une bibliothèque et si j’oublie d’acheter un Mankell c’est grave j’ai des reproches des lecteurs et d’une de mes collègues !!!  je n’ai pas encore lu et je pensais que c’était une grave lacune et je voulais y remédier sans tarder, du coup super ça me laisse du temps!!!  moi j’ai bien aimé l’auteur norvégien  Gunnar Staalesen édité chez Gaia, j’aime bien le privé qui fait l’enquête avec son coté un peu décalé et paumé, il y a aussi un regard intéressant sur la société norvégienne.

    • yueyin dit :

      Je note la référence Nina ! Je comprend que tu ai des protestations,  il parait que Henning Mankell s’exporte mieux qu’Ikea c’est dire… Le succès suédois dans de nombreux pays…

  6. Moustafette dit :

    Je retrouve toujours avec plaisir Wallender, et je lui pardonne tout. J’attends avec impatience la sortie en poche du dernier " le retour du professeur de danse", la fille prend le relai du père, de quoi relancer peut-être ton enthousiasme Yue Yin !

    Vous avez remarquer comme ils sont tous désabusés, pour ne pas dire dépressifs ces flics,surtout les nordiques; "de l’influence du climat sur le moral de la police" ?  Du climat social, oui ! J’en ai découvert un grec qui est logé à la même enseigne.

    • yueyin dit :

      Peut être, en tout cas si j’en lis un autre je vérifierai la date de parution et effectivement je choisirai un roman écrit parès mespréférés… mes incursion dans le passé ayant été un fiasco. Pourquoi pas Linda en effet…

  7. Gaelle dit :

    Bon ça ne donne pas des masses envie de s’attaquer à celui-ci ! Je ne connais pour ainsi dire pas cet auteur, mais aurais-tu des bons livres de lui à me conseiller ?:-)

    • yueyin dit :

      J’avais beaucoup aimé le guerrier solitaire, la cinquième femme et les morts de la Saint-jean. Cela dit je ne les ai pas relus depuis un bon moment… Il parait que meurtrier sans visages est très bon aussi mais je n’arrive pas à me souvenir si je l’ai lu ou pas… oups !

  8. valdebaz dit :

    Je n’en ai lu qu’un de cet auteur qui a priori me plaît… celui-ci est dans ma PAL, il va peut-être attendre du coup… J’avais entendu dire qu’effectivement les livres ne sont pas édités dans l’ordre. Mais je ne désespère pas, j’en lirais d’autres 😉

  9. Caro dit :

    J’ai lu tous les romans policiers d’Henning Mankell. Et je trouve son écriture magnifique.  Il faut dire que je suis une accro de polars (quelques auteurs à ne pas rater : Fred Vargas, Thierry Maugenest, Thierry Jonquet, Jean-François Coatmeur, Jean-Christophe Grangé, Graham Hurley, Arnaldur Indridason) mais c’est quand même Mankell qui est au premier rang. Je crois qu’aucun de ces romans policiers ne m’a déçu même si quelques uns sont plus lents que d’autres. Je vous recommande vivement de lire les autres.

  10. choupynette dit :

    J’avais lu Le guerrier solitaire et pas du tout accroché… je ne retenterai pas l’expérience

  11. BMR dit :

    On vient de lire "Le retour du professeur de danse" et on a repris avec plaisir la lecture de Mankell.
    Kurt Wallander passe la main (et c’est peut-être pas plus mal).
    On a été enchanté par ce nouveau roman.

  12. thérèse dit :

    je n’ai lu que deux romans de Mankell et j’ai eu l’impresion de lire la même histoire! un crime « horrible » et un flic qui ne comprend pas comment les gentils suédois ont pu en arriver là!  Bon jusque là c’était pas des suédois les criminels… ouf! ..mais bon il fait un temps de m.. ds leur pays à ce qu’il semble même eux ils en souffrent!!… mais bon c’est vrai que ça se lit et qu’on a envie d’arriver au bout, mais on a aussi envie de lui dire au commissaire « arrête de déprimer et pose toi des questions sur toi t’es pas une victime innocente! » bon j’en ai peut être pas assez lu pour comprendre bien la psychologie du personnage central…

    • yueyin dit :

      Et bien il y a de ça je dirai…. cela dit c’est un peu récurrent dans les polars de ce genre… mais j’avais plutôt bien accrocher jusqu’à ce que je lise celui-ci et les chien de riga ! là j’ai saturé et depuis je bloque !

  13. Nicolas dit :

    C’est drôle, La lionne blanche est mon Mankell préféré. Il est un peu atypique, avec beaucoup de suspense. Le meilleur de Mankell, avec Les morts de la Saint Jean.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *