le vampire

Toi qui, comme un coup de couteau,
Dans mon cœur plaintif es entrée,
Toi qui, comme un hideux troupeau
De démons, vins, folle et parée,
  
De mon esprit humilié
Faire ton lit et ton domaine,
— Infâme à qui je suis lié
Comme le forçat à la chaîne,

Comme au jeu le joueur têtu,
Comme à la bouteille l’ivrogne,
Comme aux vermines la charogne,
— Maudite, maudite sois-tu !

J’ai prié le glaive rapide
De conquérir ma liberté,
Et j’ai dit au poison perfide
De secourir ma lâcheté.
 
Hélas ! le poison et le glaive
M’ont pris en dédain et m’ont dit :
«Tu n’es pas digne qu’on t’enlève
A ton esclavage maudit,

Imbécile ! — de son empire
Si nos efforts te délivraient,
Tes baisers ressusciteraient
Le cadavre de ton vampire !»

 

 

Charles Baudelaire – Les fleurs du  mal

 

Ce contenu a été publié dans poèmes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à le vampire

  1. Thom dit :

    Charlie. What else ? 😉

  2. Turquoise dit :

    Encore un vampire ??? Tu ne serais pas en train de virer monomaniaque ??? Je te taquine ! Blague à part, sous la plume de Baudelaire, ça a quand même de l’allure…

  3. Marie L. dit :

    Toujours très fort ce Baudelaire!

  4. Stéphanie dit :

    toujours aussi percutant…

Répondre à Stéphanie Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *