Neverwhere

neverwhere.jpg « Londres est une ville monstre, une fusion désordonnée de villes plus petites, à laquelle l’élégant plan du métro confère une unité superficielle. Et si tous les noms bizarres des quartiers de Londres recouvraient une autre réalité ? « Recouvraient » au sens propre, puisqu’il existe une Londres en-dessous de Londres, une ville parallèle, habitée par les laissés pour compte, les marginaux, les magiciens, qui nous sont devenus invisibles ? Pour avoir écouté son instinct et avoir sauvé Porte, une étrange jeune fille couchée en sang sur le trottoir, Richard Mayhew va voir son existence basculer dans un univers dont il ne soupçonnait pas l’existence, découvrir la magie secrète de la Londres d’En-bas et rencontrer ses habitants, fabuleux ou terrifiants : le marquis de Carabas, l’ange Islington, Mr Croup et Mr Vandemar, assassins à gages, et la Grande Bête de Londres qui, depuis des siècles, patiente au fond de son labyrinthe oublié. »

11-10-98 la dedicace du traducteur

Avez-vous déjà eu l’impression qu’un instant fugace vu du coin de l’oeil venait de vous échapper, aussitôt vu aussitôt oublié ? Si oui, peut-être avez-vous croisé un de ceux d’en bas…
Une fois n’est pas coutume, je prends la liberté de recopier cette dédicace qui me semble un excellent aperçu de Neverwhere. Fable, conte fantastique ou fantasy urbaine, peu importe l’étiquette, le livre est là, inclassable, savoureux, irratontable : du Gailman quoi !

Il s’empare ici du Londres underground, celui du plan de métro mais aussi des vestiges urbains, impasses qui ne mènent nulle part, canalisations oubliées, batiments abandonnés depuis qui sait quand, et en fait son terrain de jeu. Il cré ainsi un univers à la fois étrange et familier avec son histoire, son mode de vie figé quelquepart au XVIIIe siècle, sa magie, ses dangers, son aristocratie, sa crasse, ses intrigues, sa géographie enfin, connue mais toujours surprenante.
Le nouveau venu doit apprendre à se méfier des noms de lieu et peut être même des noms de personne, earl’s court abrite bien un comte, un ange se dissimule au coeur de la ville, une jeune fille ouvre des portes là où il n’en existe pas et tous les mythes ont rendez-vous dans ces pages pour y faire la fête. Sans parler du marché qui apparait chaque fois à un nouvel endroit, des rats qui communiquent avec, et peut-être dirigent, les humains, des égorgeurs toujours avides de contrats saignants, de ressuscités et autres vampires au détour des chemins.
Des personnages forts, un monde foisonnant, de l’inventivité à revendre, un humour aussi omniprésent que cruel : une petite merveille à déguster toute affaire cessante ! Vous jetterez un autre regard à l’avenir sur les coins sombres et les ruines urbaines…


Neverwhere – Neil Gailman – 1998 – J’ai lu 2001 traduit de l’anglais par Patrick Marcel

Les avis enthousiastes de Passion des livres et de Gachucha,
Ceux moins convaincus de Hydromielle et Sandra

Ce contenu a été publié dans SFFF. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

46 réponses à Neverwhere

  1. Sandra dit :

    Je l’ai bien aimé mais je pense qu’il va falloir que je le relise pour mieux l’apprécier.

    • yueyin dit :

      Ce n’est pas un livre qui se lit vite, je suis d’accord mais cela fait parti de son charme pour moi et son univers et si riche que c’est un vrai plaisir de se perdre dedans… J’aime assez le fait que tout ne soit pas expliqué, on reste sur le bord du monde sans en percer tous les mystères… cela dit je compte bien le relire, il est beaucoup trop foisonnant pour en profiter à fond en première lecture 🙂

  2. Caroline dit :

    Il est dans ma LAL, j’ai encore plus envie de lire maintenant !

  3. lamousme dit :

    bon je dois d’abord relire stardust…because le film mais apres je lirais celui-là que je ne connais pas!!! comme tu dis bonjour les vacances!!! ;o)

  4. Florinette dit :

    Ouhla, c’est intrigant tout ce que tu dis là, je vais peut-être me laisser tenter par ce monde mystérieux…

  5. touffman dit :

    Ah ça me donne envie de le lire tiens!!! Mais bon je doit lire la stratégie Ender dabord 😉

  6. Gaël dit :

    Et dire que Stardust a failli être l’objet de mon mémoire de maîtrise en traductologie! Je vais aller vois le film dès que possible!
    Sinon, je vous conseille Tous malades!, un recueil de petites histoires sous forme de poèmes présenté par Neil Gaiman et Stephen Jones, ambiance macabre assurée. Dans la veine de La Triste Fin du Petit Enfant-Huître de Tim Burton…
    En tout cas, celui-là a l’air passionnant.

  7. Gachucha dit :

    J’ai adoré Neverwhere, c’était au départ pour la TV, il a fait le livre ensuite, j’aimerai bien savoir si quelqu’un a vu ça .

  8. ALaure dit :

    Hey, il ne serai pas un peu FUL ce livre là???
    Si oui ça me branche…

  9. Nanne dit :

    Merci Yueyin pour ce livre que je viens de noter illico presto dans la LAL. Je ne le connaissais pas, je viens de découvrir un peit chef d’oeuvre underground, comme je les apprécie. La vie de Londres, certes, mais par en-dessous … Il ne me reste plus qu’à le trouver et à le déguster, comme il se doit.

  10. Chimère dit :

    Ce qui m’avait sciée avec ce livre c’est que Gaiman créé un couple de méchant particulièrement effrayant et en même temps totalement hilarant. Ils ont les meilleurs dialogues du livre.

    • yueyin dit :

      Alors là tout à fait d’accord Chimère, Messieurs Vandemar et Croup (dont on se demande bien d’ailleurs ce qu’ils sont vraiment) on tles dialogues les plus hilarants et les plus percutants du bouquin… pourtant ils font peur sûr et certain !!!!

  11. Gachucha dit :

    Je ne sais pas du tout, mais je me dis qu’avec tous les fans de Gaiman on va bien trouver quelqu’un au courant !

  12. Gachucha dit :

    … Et je partage totalement l’avis de Chimère sur le couple de méchants !

  13. Et hop one again…Je vais finir par plus venir chez toi moi parce que ma maison commence a ressembler a une bibliothèque municipale…Et c’est de ta faute…C’est ta très grande faute !!!

    Bisouxxx ;-))))

  14. chiffonnette dit :

    Je me demande si je ne vais pas lui élever un autel… J’aime Neil Gaiman….  Neverwher a été le premier roman de lui que j’ai lu et je ne m’en suis jamais remise!

    • yueyin dit :

      Si tu lui élèves un autel chifonnette, je crois que nous serons un certain nombre à y faire nos dévotions… il n’y a pas si longtemps Fashion a dédié un article à Gailman qu’elle a intitulé : Un grand cri d’amour :-))))
      C’est vrai que ce livre est particuliers, j’ai beaucoup aimé American’s god aussi… maintenant Stardust !!!

  15. tina dit :

    Neverwhere est un de mes préférés, mais je dois le dire, après « de bons présages » que je relis très souvent.. Neil gaiman a aussi sévi en roman pour enfants (10/12 ans, je dirai). j’en ai vu un à la bibliothèque et rechercherai le titre si ça vous intéresse.

    • yueyin dit :

      Je préfère Neverwhere, De bons présages est himatrant mais trop « pratchérien » sans doute pour moi 🙂
      J’ai emprunté Coraline de Gailman au rayon ado, je n’ai pas eu le temps de le lire mais ma Blondientte m’a sobrement dit : ouais c’est bien ! (le plus que puisse faire la blondinette en la matière !)

  16. BlueGrey dit :

    Bien, bien, bien, le voici inscrit sur ma LAL !  😉

  17. Karine:) dit :

    J’ai ce livre dans ma pile, ainsi que « American Gods » du même auteur.  Ton avis me donne doublement hâte de le lire!  J’aime bien ce genre sombre et j’en ai lu beaucoup de bien!!!

    • yueyin dit :

      J’ai beaucoup aimé American gods également (en attente de critique, je suis très en retard !). il y a effectivement quelquechose de sombre dans Gailman qui équilibre le côté burlesque de ses dialogues, j’aime vraiment beaucoup…

  18. BlueGrey dit :

    Oh oui alors ! Merci de ta proposition ! Mais je pense qu’il vaut mieux attendre mon retour de Chine et mon déménagement, je ne vaudrais pas qu’il se perde en route parmi mes péripéties…

  19. Dad dit :

    Neverwhere
    Je reste très perplexe ! Voilà un livre que j’ai eu beaucoup de mal à lire et en même temps je n’ai pas décrocher.
    J’aime plutôt les situations simples du type un bon, un méchant et là ça foisonne de personnages bons qui sont des méchants et inversement.
    Finalement je n’ai pas trop aimer mais le fait d’aller jusqu’au bout montre que je n’ai pas haï.Compenne qui peut!

    • yueyin dit :

      J’ai beaucoup aimé moi.. mais c’est vrai que c’est un livre qui traite toutes sortes de thèmes et les personnages sont complexes mais pitoresques aussi… enfin y’a de vrais méchants aussi, les deux tueurs !!!!

  20. fashion victim dit :

    Ah oui, c’est un très bon roman! Bourré d’idées et une très belle histoire! Neil 4 ever!!!! (et Stardust est sorti aujourd’hui!)

    • yueyin dit :

      Stardust le film ????? c’est vrai  !!! Quel programme de ciné je vais avoir pour les vacances !!! ;-))
      Bon faut que je me trouve le bouquin quand même (je ne l’ai pas encore lu celui-là…)
      Je fais un badge Neil 4 ever alors ?!?!? Pour aller avec le Darcy !

  21. Mon Gaiman préféré, à égalité avec le génialissime « De bons présages » co-écrit avec Terry Pratchett. Et la lutte est dure entre ses romans, ses BD …
    J’avais particulièrement apprécié également sa façon, à la fois poétique et magique de rendre compte d’un fait assez sordide : comment la pauvreté et la misère nous deviennent invisibles, alors que nous la cotoyons tous les jours. Du grand art.

    • yueyin dit :

      Tout à fait d’accord et tu fais bien de le noter ! C’est le côté sombre de Gailman qui ressort toujours à un moment ou un autre mais qui et souvent masqué dans les critiques par le côté « humour » de ses romans… On se rend en effet vite compte que les gens d’en haut qui se retrouvent « en bas » sont « tombé » après une déchéance sociale, misère, perte de travail, de logement ou fuite d’un passé douloureux comme la jeune Anesthésie au tout début !!

  22. Isil dit :

    Je n’ai encore jamais lu cet auteur mais ça me tente bien.

    • yueyin dit :

      Il vaut le détour, évolue dans un monde bien à lui, est somme toute assez inclassable et pour une fan de SF comme moi, son inventivité fait l’effet d’une bouffée d’oxygène 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *