La Soeur de Judith

Été 68, c’est la révolution tranquille au Québec. Les temps changent, l’église perd de son emprise, les femmes veulent plus d’espace, plus d’éducation, plus d’influence mais aussi des jupes plus courtes et pouvoir s’amuser. Pour la meilleure amie de Judith, sa voisine en fait, c’est l’été charnière – adieu l’école primaire, à la rentrée ce sera le secondaire, ses peurs et ses mystères. En attendant, elle observe, s’ennuie et surtout admire la soeur de Judith, première personne de son entourage à aller jusqu’à Montréal ; une fille « dans le vent », qui se maquille, passe des concours de danse, est fiancée au fils d’un docteur. Celle à qui elle aimerait tant ressembler, elle, la petite boulotte qui aime trop lire, a honte de sa mère – trop excentrique et coléreuse pour être une bonne maitresse de maison, et doit s’occuper de ses frères et soeurs plus jeunes…

Un été « plate » (ennuyeux donc) où tout va de travers, voilà ce que la narratrice nous dépeint mais en même temps c’est la fin d’une enfance et la fin d’une époque. Car en arrière-plan, c’est le Saguenay des années soixante, son petit monde coloré, fortement hiérarchisé, loin du tumulte des grandes villes mais dans le vent du changement qui souffle sur l’occident. Et ces remous nous sont contés dans le langage étonnament bien rendu d’une fillette de onze ans qui analyse tout à l’aune de ses rêves et de ses lectures. L’écriture de Lise Tremblay, d’une simplicité trompeuse, quasi magique,  nous entraine en douceur à travers le temps et l’espace dans le Chicoutimi d’une période pas si lointaine mais qui nous parait aujourd’hui un tantinet exotique. Parfum d’enfance !

La soeur de Judith – Lise Tremblay – Boréal – 2007

L’avis de miss Karine qui a grandi dans la même région voire la même ville que notre jeune narratrice…

PS : De la même auteure, j’ai plus qu’aimé La héronière et je ne compte pas en rester là, c’est simple je veux tout lire d’elle voilà !

PPS : Dernier billet du Québec en septembre karinesque de cette année (mais nous espérons bien le retrouver l’an prochain)…

Ce contenu a été publié dans roman québécois. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à La Soeur de Judith

  1. Karine:) dit :

    Je suis contente que tu aies aimé!  J’avais moi aussi vraiment apprécié!

  2. Michel dit :

    En souvenir d’un repas avec Karine, 😉

     

  3. Venise dit :

    C’est un roman tout simple mais que j’ai tellement aimé ! Je l’ai trouvé astucieux dans sa simplicité. Contente que tu l’aies lu.

    • yueyin dit :

      je suis tout à fait d’accord, c’est très rare que le ton d’un enfant soit si bien rendu et si prenant en même temps 🙂 j’ai vraiment beaucoup aimé… j’aimerais vraiment lire d’autres romans de cette auteure !

  4. Tiphanie dit :

    Le début du résumé me tente bien, donc pouruqoi pas 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *