Bright Star

brightstar.jpg 1818, une jeune fille de bonne famille, à l’esprit vif, passionée de couture, de vêtements et d’accessoires croise le chemin d’un jeune poète sensible et quelque peu bohème. Rien ne devrait les réunir, mais peu à peu des liens se tissent entre eux jusqu’à devenir une intense passion romantique. Seulement John Keats n’est pas assez riche pour épouser Fanny Brawne et de toutes façon il ressent bientôt les premiers signes de la tuberculose qui a déjà emporté sa mère et son jeune frère.
L’histoire est d’une simplicité absolue mais le charme de ce film tient entièrement dans la poésie, inspiré de Keats, qui imprègne chaque image du film de Jane Campion. La lumière, les couleurs, les décors qu’ils soient intérieurs ou extérieurs, tout concourt à l’ambiance de ce film magnifique, dont j’ai paradoxalement ressenti la longueur mais comme un pur plaisir. L’interprétation est parfaite, les poèmes de Keats s’intègre harmonieusement aux dialogues et j’ai trouvé l’expression de la passion entre les deux jeunes gens particulièrement bien vue. Que du bonheur ! Certes, je fais rarement des billets cinématographiques mais ceci est un visionage commun avec Choupynette dont vous trouverez l’avis par ici


Bright Star – un film de Jane Campion, avec Abbie Cornish et Ben Whishaw – 2006

Ce contenu a été publié dans films et séries. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

22 réponses à Bright Star

  1. choupynette dit :

    Un beau film en effet… un plaisir de cinéma véritablement enchanteur! :))

  2. Anjelica dit :

    Si je comprends bien, une belle séance cinéma Je verrais sûrement ce film lors de sa sortie en DVD. J’espère qu’il me plaira aussi. Contrairement à beaucoup, la leçon de piano m’avait plu mais pas enthousiasmée.

    • yueyin dit :

      Je n’ai pas vu la leçon de piano (maintenant j’en ai bien envie), pour Bright Star il faut apprécier els rythmes lents mais je l’ai trouvé superbe…

  3. Joelle dit :

    Je vais attendre qu’il sorte en DVD … j’avais trop peur de pleurer en le regardant alors autant le visionner tranquillement à la maison !

  4. Maribel dit :

    Un gros coup de coeur! Je me suis achetée un livre sur Keats, j’ai hâte de le lire. ^^

  5. Maribel dit :

    C’est ce que j’ai acheté, une version bilingue 🙂

  6. freude dit :

    Même question que pour Choupy, cela te donne-t’il envie de lire Keats ?
    Et Le bibliothécaire, tu aimes ?

    • yueyin dit :

      Oui ça donne envie mais pour être honnête j’avais envie avant depuis que j’ai lu Hypérion… les livres qui parlent des livres, pour nous LCA c’est terrible !!!
      Le bibliothécaire c’est excellent comme thriller politique… un peu étouffant mais c’est normal, ça fait froid dans le dos aussi… J’adore sa définition des « faits fumeux », c’estune chose qui m’avait beaucoup surpris a momant des élections américaines et l’auteur els définit très bien :-))) Des choses publiquemetn sues mais qu’on arrive à garder hors sujet :-)))

  7. Tina dit :

    Ahhh ! Contente que tu soies allée le voir. Quelle merveille, ce film. Je crois que c’est mon coup de coeur de l’année… QUant à la leçon de piano, tu aimeras, sûr sûr sûr. On verra ce qu’on peut faire dès que je récupérerai mon ordi, en rade en ce moment (je squatte celui de F en priant que le mien ne soit pas définitivement mort…

  8. Gaelle Nohant dit :

    Bon ben moi j’avoue que j’ai fondu en larmes à la fin, sans m’y attendre du tout. Sans doute le chagrin de la jeune fille sonnait-il très juste et a touché en moi une corde sensible . Bref, sinon, bien d’accord avec le charme de ce film, vraiment traversé par la grâce.

  9. Constance dit :

    Même les bloggeurrs cinéphiles sont sous le charme… J’attendrai sa sortie DVD pour pleurer dans ma chaumière !!!

  10. Titine dit :

    C’est vraiment un film somptueux : l’esthétique, les acteurs, les poèmes, je me suis régalée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *