Le joueur d’échec

Ma toute première expérience en matière de livre audio ayant été mitigée, j’ai, pour continuer mon initiation, mieux réfléchi à mes critères de choix. J’ai donc sélectionné un livre relativement court (moins de deux heures de lecture), jamais lu, d’un auteur que je découvre mais qui me plait de plus en plus et last but not least servi par une voix que je connais et apprécie. Car je l’avoue les voix sont très importantes, pour moi et celle d’Edouard Baer m’enchante donc…

Ensuite il a fallu choisir le lieu, j’en ai testé plusieurs, en conduisant (je n’apprécie pas), dans le métro (ça va mais les annonces couvrent parfois mon livre), dans mon lit (très agréable) mais ce que j’ai préféré c’est en marchant. Lancée, je pourrais faire des kilomètres en écoutant Edouard me lire Stefan, vous pouvez m’en croire. Quant à l’ouvrage lui-même, c’est un bijou bien sûr. Certes je m’y attendais, c’est l’une des oeuvres les plus célèbres de Zweig et je n’en avais eu que d’excellents échos mais autant le dire tout de suite, je ne fus pas déçue.

Deuxième guerre mondiale, Embarquant sur un paquebot à destination de l’Argentine, le narrateur apprend que le champion du monde d’échecs voyage à bord. Curieux il décide d’aborder cet homme qui a la réputation d’un rustre absolu, sans grand succès cependant jusqu’à ce qu’un autre passager offre de l’argent à ce dernier pour jouer une partie. Lors de cette rencontre, les choses tourneront tout autrement que prévu lorsqu’un discret spectateur se révèlera être un joueur de la trempe du maître…

Ici, je m’apperçois qu’il est extrèment difficile de résumer Le joueur d’échec, tant cette nouvelle est la perfection même dans sa concision. Et ce tant sur la forme, le style est une pure merveille, que sur le fond. Le récit que Monsieur B. fait des circonstances de sa conversion aux échecs, l’affrontement des deux joueurs, l’attitude des spectateurs tout, dans cette oeuvre coule de source, tout est chargé de signification, tout invite à la méditation. Zweig nous parle de guerre, d’oppression, d’impuissance, de renoncement, de solitude et de folie… tout ce qui le conduira quelques mois plus tard au suicide. Ce face à face de ces deux intelligence si différentes, l’une brillante et déliée, l’autre pragmatique et brutale sonne peut être comme une allégorie de la victoire du nazisme sur l’humanité mais garde une angoissante actualité. Magnifique !

Et si j’avais quelque appréhension, redoutant que l’audition m’empêche d’apprécier le style de l’auteur à sa juste valeur, Edouard Baer les a balayé de belle façon en mettant merveilleusement en valeur ce bijou. Une très belle expérience sur les deux plans.

 

Le joueur d’échec – Stefan Zweig – 1943 – Audiolib (que je remercie)

Ce contenu a été publié dans roman allemand. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

22 réponses à Le joueur d’échec

  1. Karine:) dit :

    Zweig, Zweig, Zweig.. peut-être que pour lui, je pourrais tenter le coup des livres audio.  mais j’aurais du mal à trouver un endroit pour écouter par contre. 

  2. Le Papou dit :

    Le livre-audio ???? va-t-on un jour abandonner le livre papier ? ouais je sais, je suis négatif et …vieux (menfin pas tant que ça) mais j’ai trop vu les décideurs nous obliger à acheter ce qu’on ne voulait pas parce qu’ils avaient abandonné la production de ce qu’on aimait… C’est beau un livre.

    Pour Sweig tout le monde en parle, moi, connais pas mais souhaite essayer avec  »Marie Antoinette »

  3. Une expérience qui fleurit en ce moment sur la blogo.

  4. Pimpi dit :

    Hiiiii, je suis contente que tu aies aimé Le Joueur d’Échec!!!

    Karine : dans ton bain, ce serait un endroit génial pour écouter un livre audio, non? Comme ça, tu pourrais avoir les bras au chaud, sous l’eau!

    Moi, j’écoute les livres audio la nuit, pour m’endormir. Mais je n’écoute que des romans que je connais déjà! En fait, je n’écoute que P&P… ok, je sors! 🙂

  5. bladelor dit :

    Moi j’ai commencé à écouter ce matin en voiture Le goût des pépins de pomme et je pense que je ne vais pas continuer l’aventure en voiture, trop dangereux, je rentre dans l’histoire et oublie que je conduis. Vais me réserver l’écoute pour des activités moins dangereuses, genre le repassage ! 😉

  6. Pimpi dit :

    Je l’ai eu gratuitement sur Internet… Librovox! Il y a tous les romans de JA plus plein d’autre!! 🙂

  7. Nanne dit :

    La magie d’un texte magnifique, « Le joueur d’échec » de Zweig, servi par une voix belle et sensuelle à la fois, celle d’Edouard Baer, font que l’on ne résiste pas longtemps à ce genre de roman à écouter ! Même moi, qui n’apprécie pas trop ce genre, je dois reconnaître que j’y cèderais volontiers … Parce que c’est Zweig et qu’il le vaut bien, aussi !

  8. solenzara dit :

    Zweig quelle merveille !! je me suis prise à son oeuvre et  beaucoup lu de ses livres.

    Le livre audio est pour moi une façon d’occuper mes trajets quotidiens en voiture ; dès fois 3 heures de conduite dans la journée ; alors j’écoute un livre, ce qui me fait rouler moins vite. Parfois je suis arrivée et je ne descend pas de suite de la voiture pour écouter la suite… pas trop sovent quand même parce qu’l me tarde de rentrer. Dernièrement j’ai écouté « mes nuits sont plus belles que vos jours » de Khadra lu par Fany Ardent – Top – Bravo pour ton blog…

  9. Luna dit :

    Je viens tout juste de découvrir Stefan Zweig à travers son livre le joueur d’échecs : c’est vraiment un livre donc les mots sont d’une grande beauté et puissance… Je n’ai pas aimé l’histoire, mais bon, l’écrivait SAiT écrire, c’est certain !
    Je viens d’ailleurs de publier mon avis sur « le joueur d’échecs » sur mon blog…

    Joli article, je reviendrais 😉
    Bonne continuation !!

  10. Ys dit :

    C’est le moment qu’il faut que je trouve, quel est le bon moment pour écouter un livre lu ? Et marcher pendant deux heures, misère…

  11. Liliba dit :

    En marchant, c’est pas mal du tout ! Parce que j’écoute au volant, mais il ne faut pas q’uil y ait trop de circulation, ni de neige !!!

    Quant à Sweig, une merveille ! Et avec la voix de Stéphane Baer, ça doit être … hum… pas mal du tout …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *