Une rançon

Depuis neuf jours, Achille debout, inconsolable, sur son char, va et vient sous les remparts de Troie, trainant dans la poussière le corps nu et saignant d’Hector. Mais pas plus que la mort de l’ennemi, la profanation de son corps n’amène le repos à son esprit ravagé par le deuil. Depuis neuf jours, du haut des murailles, Priam grand roi de Troie contemple en souffrance le corps de son fils jour après jour profané et souillé. Et puis au cours d’une nuit d’insomnie mêlée de mauvaise somnolence, une vision le trouble et lui fait entrevoir l’ombre d’une issue…

David Malouf revisite donc ici la célèbre visite de Priam à Achille – un père en chemise dépourvu de tout attribut royal venu supplier un autre père de lui rendre son fils mort contre un trésor de métal devenu sans valeur – et fait d’un des plus émouvants passages de l’Iliade une sublime méditation sur la vie, le temps, la vanité des apparences et de la place de chacun en ce monde – De la peine cruelle jusqu’à devenir inexprimable de ces archétypes, le roi et le héros, nait la sagesse, l’acceptation, de deuil, l’homme enfin, dépouillé de ses oripeaux d’apparat et soudain nu devant l’autre si semblable à lui-même. De quoi nous parle exactement l’auteur ? Je me suis souvent posé la question pendant ma lecture et toutes sortes d’idées se sont bousculées et se bousculent encore dans ma tête, de la guerre certainement – vain divertissement de dieux cruels aux dépens de mortels abusés, l’entêtement des apparences qui mène à la souffrance et aux regrets, l’aveuglement né de postures qui font passer à côté de l’essentiel, bien d’autres encore qui font de ce bijoux de livre écrit (et traduit) dans une langue magnifique un inépuisable sujet de réflexion et de plaisir. Préparez-vous à goûter la tranquillité fragile d’une journée de trêve, le froid de l’onde, la chaleur du soleil, l’âpreté de la poussière, en bringuebalant doucement au rythme d’une carriole menée par deux vieux hommes aussi différents et semblables que possible. Magnifique !

 

Une rançon – David Malouf – traduit de l’anglais (Australie) par Nadine Gassie – 2013 – Albin Michel  

 

PS : Deux questions se posent, pourquoi diable n’ai-je pas plus entendu parler de cette merveille de la rentrée ? et comment ai-je pu passer jusqu’ici à côté d’un auteur australien à l’écriture aussi sublime ? Je DOIS lire autre chose de lui…

Ce contenu a été publié dans roman australien. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

26 réponses à Une rançon

  1. In Cold Blog dit :

    Comment résister à ton enthousiasme si communicatif ? Je note avec empressement espérant le croiser bientôt sur mon chemin.

  2. Le Papou dit :

    Question que vont se poser beaucoup de lecteurs dont

    Le Papou

  3. Cuné dit :

    C’est clair qu’on se sent obligé d’aller voir ça par nous-mêmes 🙂

  4. Choupynette dit :

    ce n’est donc pas son premier roman?? inconnu au bataillon pour moi en tout cas!

  5.  

    Dix romans, des nouvelles, de la poésie, du théâtre, des livrets d’opéra…

    Moi non plus, je ne connaissais pas, mais c’est normal, on ne me dit jamais rien.

    J’ai donc noté pour plus tard.

     

  6. Coccinelle dit :

    Oh, tu me fais envie avec cet auteur que je ne connais pas, je le note illico presto sur Libfly 

  7. Sujet étonnant de la part d’un auteur australien.

  8. diffusion dit :

    Un beau cadeau pour Noël

     

    Voici l’ouvrage Emma et Nathan: Le vœu d’Emma qui a séduit l’ensemble des membres du comité de lecture de « la société des écrivains » appartenant au célèbre groupe d’édition « Le Petit Futé ».

    Cet ouvrage s’inscrit donc dans le cadre de leur sélection « Coup de Cœur » et est imprimé en France.

     

    format papier 12€

    format numérique 6,49€

     

    http://www.societedesecrivains.com/librairie/ebooks/genre.php?id=4

     

    http://www.societedesecrivains.com/librairie/genre.php?id=4

     

    déjà disponible sur Amazon: http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85Z%C3%95%C3%91&url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=emma+et+Nathan

     

    et sur la fnac: http://recherche.fnac.com/ia2737598/Nathalie-Poupi

     

    Emma et Nathan sont des enfants qui dorment, tous les samedis soirs, chez leurs grands-parents. Leur Mamie Marie adore, avant d’aller au lit, leur raconter une histoire ayant un lien directe avec un fait de la journée. Cette fois-ci, elle leur raconte « le vœu d’Emma » car Mamie Marie voudrait que sa petite-fille et son petit-fils apprennent qu’il ne faut pas se décourager quand la vie nous met des obstacles. En choisissant cette histoire, Mamie Marie leur montre qu’en persévérant nous pouvons surmonter les difficultés afin d’obtenir ce que nous voulons.

     

    Nathalie Poupi (anthropologue) revisite un mythe indien pour notre plus grand plaisir et celui des enfants. Illustrée magnifiquement par Amandine Picaut (artiste-peintre, Grenouille Art), cette histoire d’Amour entre Emma, une princesse au fort tempérament et son prince est une très belle leçon de courage, d’abnégation, de dévouement et nous prouve qu’il n’existe pas de fatalité contre laquelle on ne puisse lutter.

  9. Ouh dis donc, ça fait envie ! 

  10. Leiloona dit :

    Ah ben rien que le sujet m’intéressait, alors si en plus tu dis que l’écriture est sublime, je ne peux que succomber. 😉

  11. Theoma dit :

    en effet… je n’en ai pas entendu parler non plus. Tir corrigé, merci !

  12. anjelica dit :

    Et bien, tu donnes envie ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *