La maison des temps rompus

la-maison-des-temps-rompusIl convient de commencer par la fin. Par le début de la fin, qui est en soi un commencement : je voulais une maison. Et la maison qui lui convient, la narratrice l’a trouve en bord de mer, tout au bout d’un chemin caillouteux  peu praticable, une petite merveille de maison à l’ancienne nichée dans un fabuleux jardin. Très vite elle l’achète et s’y installe, malgré l’absence d’électricité et de téléphone – pas même de réseau disponible – et le comportement étrange de l’ancienne propriétaire. Seulement la maison semble étrangement vivante, les murs se rapprochent, les fenêtre rapetissent, le sommeil fuit et la nouvelle propriétaire, épuisée, se met à écrire. Une histoire de vie et de deuil, une histoire d’amour fou et d’abandon, une histoire d’amitié et de perte, une histoire enfin qui est peut être la sienne, peut être imaginaire, peut être même les deux…
Ce roman peut être un brin déroutant en début de lecture, les histoires s’entrelacent, on ne sait où se trouve la réalité ni quand le fantasme prend les commandes, notre raison se heurte à la fantaisie des personnages qui inventent, brodent, enjolivent, rêvent enfin. Inutile de s’accrocher à un fil narratif, vous risqueriez de vous perdre. Mieux vaut se laisser porter par les mots, flotter sur les phrases, l’écriture poétique de Pascale Quiviger nous enlace et nous entraine quelque part ailleurs, dans un réalisme magique étrangement lumineux qui se trouve être également un véritable hymne à l’amour maternel. Magique !
La maison des temps rompu – Pascale Quiviger – 2008 – éditions Boréal (Québec) et Panama (France)
L’avis de Karine
PS : J’ai l’édition française mais je préfère vous montrer la québécoise, tellement plus jolie… ben oui, je suis comme ça moi…
quebec14bis

 

Ce contenu a été publié dans roman québécois. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à La maison des temps rompus

  1. Anne dit :

    Je rêve de lire ce livre mais hier j’ai été un peu déçue par le stand de la librairie du Québec au Festival America : il n’y avait pas beaucoup d’auteurs représentés en plus de ceux qui étaient présents au festival. Alors… même si l’édition du Québec est très belle, tu peux me dire le nom de la maison française, s’il te plaît ?

  2. Anne dit :

    OMG… pardon, tu peux supprimer mon comm, je n’avais pas lu les petits caractères. Désolée !

  3. argali dit :

    Magnifique et troublant roman de femme, sur les femmes. Une très jolie découverte que j’ai faite en 2011. Bien que mon édition soit québécoise, la couverture est très différente. Celle-ci est superbe.

  4. Karine:) dit :

    Je suis contente que tu aies réussi à te laisser guider par l’écriture… je l’ai conseillé à plusieurs… et ils n’y sont pas arrivés. Pour ma part, j’ai trouvé ça magnifique.

    • yueyin dit :

      J’ai vu que beaucoup avait été dérouté par l’écriture et la narration mais moi j’ai vraiment aimé :-) en même temps j’aime les écritures poétiques et les constructions complexes :-)

  5. En effet, la couverture française est bien moche.

  6. SériaLecteur dit :

    Ne lisant que le soir et donc peu, j’ai un peu peur de me perdre comme tu le précises

  7. gambadou dit :

    Ça m’a l’air un peu spécial tout ça, j’hésite …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *