Le ciel de Bay City

ciel de bay cityNée le 4 juillet 1961, Amy a grandi dans une petite maison de tôle bleue, entre mère, tante, oncle et cousin, sous le ciel mauve poison de Bay City – Michigan. Nourrie aux steaks et au rock, fille spirituelle d’Alice Cooper et du K-mart, elle devrait être le symbole de l’Amérique triomphante des trente glorieuses. Mais sous l’apparente normalité de cette famille de la classe moyenne, se cache un abîme de déni, de silence, de mensonges qui ronge Amy de l’intérieur, hurle à ses oreilles que le monde n’est que dévastation, que l’histoire ne s’efface pas, que l’horreur n’en finit pas bruler ni les cendres des victimes de s’éparpiller dans le ciel mauve, impitoyable, sourd aux plaintes des hommes… Devenue adulte, Amy revoit encore et encore son enfance, et surtout les quelques jours qui précédèrent ses dix-huit ans et la nuit où le ciel s’embrasa…
Des billets semés ici et là m’ont convaincue de lire Catherine Mavrikakis qui, bien que née au Michigan, vit, écrit et publie au Québec. Cela dit, je ne savais guère à quoi m’attendre y allant de confiance et choisissant un roman au hasard sur les rayons de la bibliothèque. Et là je dois dire que ce fut un choc ! Quelle puissance, quelle écriture pour ce roman rageur, fulminant, construit comme un labyrinthe mémoriel qui en revient encore et toujours aux mêmes événements fondateurs, jamais vécus mais intensément rêvés – cauchemardés plutôt – une variation d’écorché autour de la culpabilité du survivant, aussi avide qu’incapable d’effacer l’histoire et de faire place nette, enfin, à la vie. Soufflant !
Le ciel de Bay City – Catherine Mavrikakis – 2008 – Héliotropes (Québec) – Sabine Wespieser (France)
PS : Autant vous dire que je n’en ai pas fini avec l’auteure… je vais TOUT lire d’elle voilà…

quebec14bis

Ce contenu a été publié dans roman québécois. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Le ciel de Bay City

  1. Valentyne dit :

    Merci pour ce billet passionné :-)
    Une auteure présente aussi à la bibli :-)

  2. sylire dit :

    Je l’ai dans ma PAL. Il faudra que j’y pense l’an prochain pour « Québec en septembre ».

    • yueyin dit :

      Tu sais Sylire, lire du québécois, c’est pas qu’en septembre 😀 (on a un logo qui dit ça avec Karine :-) ) on a tellement de trucs à lire, on ne sait plus où donner de la tête :-)

  3. Jerome dit :

    Toujours pas découvert cette auteure mais tu donnes drôlement envie de corriger ça au plus vite.

    • yueyin dit :

      Quand je me régale, je partage Jérôme – tu sais le genre de livre que tu voudrais faire essayer à tout le monde même s’il y en a forcément qui n’aimeront pas et qui feront saigner notre petit coeur de passionné :-)

  4. Anne dit :

    Moi non plus, je n’ai pas osé me lancer dans la lecture des romans de Catherine Mavrikakis… La couverture du Québec est bien jolie, encore une fois.

  5. ingannmic dit :

    J’avoue avoir été déçue par ce roman que je trouvais au départ très prometteur. L’ambiance très sombre, la personnalité troublante de la narratrice avaient de quoi me plaire… mais j’ai trouvé qu’il souffrait de répétitions et que certains aspects de l’intrigue manquaient de subtilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *