Sur les ossements des morts

ossementsDans un village des sudètes polonaises dépeuplé par l’hiver, la mort absurde d’un vieux braconnier – étouffé par l’os d’une biche qu’il avait tué et mangé – semble préluder à un enchainement de morts étranges, visant des notables peu ragoûtants, tous chasseurs de surcroît. Pour Janina Doucheyko, une des rares habitantes permanente du village, ingénieure en retraite, férue d’astrologie et fervente protectrice de la nature sous toutes ses formes, une seule explication possible : les animaux ont commencé à se venger…
Que voilà un étrange roman à la croisée des genres ! Sur une trame de polar plutôt réaliste et retorse, l’auteur se glissant dans l’esprit quelque peu particulier de la narratrice – Janina qui n’aime pas son prénom et renomme gens et choses en fonction de l’harmonie qu’elle perçoit – tisse un manifeste écologique dont on ne sait s’il relève du pamphlet social, du conte traditionnel, du fantastique ou de la psychiatrie toute crue. Lisant le monde dans les étoiles et construisant ses théories plus ou moins fantaisistes avec la rigueur toute scientifique de l’ingénieure qu’elle fut, Janina nous livre peu a peu son interprétation du monde, tour à tour loufoque ou lucide, parfois cruelle, souvent poétique – lorsqu’elle passe et repasse la frontière de Tchéquie pour célébrer le temps d’avant ou un tel acte semblait à jamais impossible. Un roman étonnant qui accroche et dérange et dont la fin laisse un petit goût mi-figue mi-raisin. Surprenant !
Sur les ossements des morts – Olga Tokarczuk – 2010 – traduit du polonais par Margot Carlier – Noir sur blanc 2012
L’avis d’Ys qui m’a donné envie

Ce contenu a été publié dans roman polonais. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

18 réponses à Sur les ossements des morts

  1. keisha dit :

    J’avais lu son précédent roman… bien étrange lui aussi! (j’avais aimé)

  2. Sandrine dit :

    « un manifeste écologique dont on ne sait s’il relève du pamphlet social, du conte traditionnel, du fantastique ou de la psychiatrie toute crue » : oui, c’est exactement ça. J’aime beaucoup ton billet !

  3. jerome dit :

    On dirait du Vargas (le titre et le pitch en tout cas). Je ne suis pas assez fan du genre pour me laisser tenter mais c’est typiquement le genre de livre que j’aime offrir pour sortir des sentiers battus.

    • yueyin dit :

      ah je n’y avais pas pensé avant que tu en parles mais j’ai utilisé les mêmes mots oui pourtant c’est assez différent, en fait je dirais que ce roman-ci est beaucoup plus dérangeant et carrément moins – je ne sais pas trop – politiquement correct peut être 🙂

  4. « des notables peu ragoûtants, tous chasseurs de surcroît »
    Tu cultives le pléonasme.

    J’admire ton sens de la concision dans la synthèse, ce n’est pas donné à tout le monde, et je ne cite personne ; – )

    C’est un roman qui devrait me plaire. J’espère qu’Olga ne pratique pas le harcèlement à la Céline Minard si on parle de ses liens avec William Blake.
    : -((( pour Céline.
    Ou bien ; – ) pour Céline dont je reparle le 1er avril (mais ce n’est pas le même personnage, mon Céline est un écrivain).

    C’est en route, à 6 euros, j’ai craqué.

  5. yueyin dit :

    Harcèlement comme tu y vas… il y a eu d’autres messages alors 🙂 Honnêtement je ne sais pas si ça te plaira, c’est assez particuliers mais moi j’ai bien accroché 🙂

  6. Dommage pour la fin pas finie.

  7. Hélène dit :

    Eh bien quelle couverture ! J’avais lu un livre d’elle ue j’avais apprécié, pour celui-ci je vais réfléchir 😉

  8. Le Papou dit :

    J’ai pô envie d’inconfort pour le moment. Un jour peut-être… mais ça m’étonnerait.
    Le Papou

  9. C’est dans la boîte, ou tout comme (pour le 23).
    Dans ma dernière phrase, je parle d’Ackroyd. Est-ce que je ne vais pas trop loin ? Qu’en penses-tu ? Oui, de toute façon, ils ne comprendront pas.

    Un roman magnifique !

    • yueyin dit :

      Ah je suis heureuse qu’il t’ait plu 🙂 Oui Ackroyd c’est tout à fait ça, mais je ne sais pas qui comprendra (il m’a fallu 10 secondes quand même 🙂

  10. Valentyne dit :

    Un brin de loufoquerie, pas mal de lucidité
    … Un bon moment ce livre …
    Bonne soirée 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *