Manderley forever

DUM31907, dans une famille fort aisée et quelque peu artiste de la bonne société londonienne – le père est un acteur connu, le grand-père un célèbre auteur et dessinateur – nait une petite fille rêveuse, fantasque et terriblement indépendante. Obsédée très tôt par les mondes imaginaires et les langages qu’elle crée avec ses soeurs, par le théâtre qui est une affaire de famille et par l’écriture dont elle rempli très vite feuillets et carnets, elle le sait, elle s’en doute, elle sera écrivain et plus encore sa vie est un roman…
Ah remettre Daphné Du Maurier au goût du jour, elle qui m’a enchantée avec Rebecca*, l’Auberge de la Jamaïque et surtout le Général du roi et qui semble si injustement oubliée de nos jours, quelle idée enthousiasmante ! Et c’est bien ce qui pourrait se produire grâce à cette très belle biographie-roman de Tatiana du Rosnay. Biographie-roman dis-je car ne nous y trompons pas, même si tout est vrai dans ce livre – nourri de recherches, d’enquêtes et de l’immense correspondance de Daphné, l’auteure de Manderley forever a su insuffler vie à son sujet – son personnage, son héroïne peut être – qui devient ici le centre du roman de sa vie – et Agatha**** sait qu’elle s’y prête cette vie.
On pourrait, par bien des aspects, le lire comme un conte de fée, l’histoire d’une petite princesse gâtée par la vie, qui fit toujours ce qu’elle voulait, épousa son prince charmant, en eut beaucoup d’enfants, les éleva dans le château** de ses rêves et devint un écrivain célèbre et admiré par la planète entière. Mais tout comme dans ses livres, en filigrane se dessine une ombre, une fine noirceur qui s’étend et s’étale. Derrière la femme comblée,  se cache une écrivaine mélancolique, éprise de solitude, écartelée entre son besoin de routine et ses aspirations passionnées, guettant l’inspiration, transformant ses modèles, moulinant la réalité, extirpant ses obsessions puis s’enfermant dans son sujet, s’isolant de sa famille pour s’immerger dans l’écriture jusqu’à ce qu’enfin le livre soit terminé et qu’elle s’en détache. On sent Tatiana de Rosnay littéralement habitée par son sujet, par cette femme malmenée par la critique qui ne lui pardonna jamais le succès de Rebecca et la catalogua à jamais comme auteure à l’eau de rose***, elle qui savait comme personne distiller la noirceur et en ligoter ses personnages. Passionnant !

Manderley Forever – 2015 – Tatiana de Rosnay – éditions Héloïse d’Ormesson – Albin-Michel

* C’est  là que je m’aperçois que je n’ai pas écrit de billet sur Rebecca, Mea maxima culpa et toute cette sorte de chose.
**Le très fameux Menabily dont elle s’inspira pour Manderley (oui c’est dans Rebecca, le roman que je n’ai pas chroniqué, shame shame shame) et qui est l’un des personnage principaux du Général du roi (si c’est possible, lisez vous verrez).
*** Il n’y a aucun mal à être auteur de romance, j’en connais de lumineuse que j’aime d’amour, mais si vous pensez que Rebecca est une romance, vous ne l’avez pas lu. Et comme ça tombe, une nouvelle traduction sort ces jours-ci, où vous pourrez découvrir le célèbre incipit « La nuit dernière, j’ai rêvé que je retournais à Manderley… » et en savourer l’exaltante angoisse qui séduisit le grand Hitchcock***** soi-même (1940).
**** Christie oui, j’ai beaucoup pensé à Dame Agatha pendant cette lecture, ces deux contemporaines issues de milieu similaire ont de nombreux points communs, leur amour de la littérature et des maisons, leurs voyages, leur manière de vivre la maternité, leur façon de transposer personnes et événements… Je sais qu’elles se sont rencontrées, mais se sont-elles parlé ?
***** Hitch qui adapta également L’Auberge de la Jamaïque (1939) et les Oiseaux (1963) de Daphné mais avec qui il semble qu’elle ne se soit guère entendu…
****** J’aime les notes de bas de page, alors je peux faire des notes dans les notes et les mettre dans l’ordre qui me sied, parfaitement.

menabily

Ce contenu a été publié dans roman français. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

17 réponses à Manderley forever

  1. bladelor dit :

    Je suis en plein dedans et je me régale. Quelle vie passionnante et quel délice à lire !

  2. Il me fait très envie mais malheureusement (ou heureusement !) il n’est pas le seul…

  3. Suzanne dit :

    Hon mais je note avec déjà hâte de l’avoir en main.

  4. Je n’ai jamais lu Daphné Du Maurier et ne suis donc pas spécialement attirée par cette bio.
    Mais une chose est sûre : j’adore tes notes de bas de page 🙂

    • yueyin dit :

      Les notes de bas de page, c’est le bien 😀 A l’occasion, je te conseille de tenter un romand de Daphné, le général du roi si tu aimes les romans historiques ou l’intemporel Rebecca ou un autre, juste pour te faire une idée 🙂

  5. Titine dit :

    J’aurais préféré que tu n’aimes pas !!! Maintenant, j’ai envie de lire absolument… Tu trouves que Daphné n’est plus au goût du jour ? Sur les blogs, elle est toujours bien présente et appréciée. Et une nouvelle traduction de « Rebecca » vient de sortir. Après, je t’accorde qu’en dehors de « Rebecca » et de « L’auberge de la Jamaïque », le reste de son œuvre est plutôt méconnue.

    • yueyin dit :

      Disons que bien des jeunes n’en ont jamais entendu parler 🙂 Le monde des blogs heureusement est là pour faire connaitre et partager… en fait c’est grâce aux blogs que je l’ai lue, je la connaissais de nom seulement (car je ne suis plus jeune moi) 🙂 Mais oui la nouvelle traduction de Rebecca plus le livre de Tatianan de Rosnay sont de très bon augure pour Daphné 🙂

  6. Valérie dit :

    Je n’en ai jamais entendu parler, il est nouveau?

  7. sylire dit :

    Il me fait très envie également…

  8. gambadou dit :

    On est des adeptes de Daphné du Maurier à la maison. Ma fille de 14 ans vient de finir « Rebecca » ce matin et vient de me prendre « l’auberge de la Jamaïque ». J’aurais l’occasion de lire le livre de Tatiana de Rosnay cet été, j’ai hâte.

  9. clara dit :

    J’arrive par le lien de Cuné qui elle aussi a adoré, à vous deux, vous êtes drôlement convaincantes et on surtout on ressent votre enthousiasme et votre plaisir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *