Les impliqués

c_les-impliques_9712

Alors qu’il s’apprête à profiter de son dimanche matin, le procureur Theo Szacki est appelé sur le site d’un meurtre commis dans un ancien monastère de Varsovie. L’affaire, loin des habituelles querelles liées à l’alcool dont il fait son ordinaire, semble étrangement lié à une thérapie psychologique de groupe et très vite l’entraine sur des pistes à la limite du rationnel – à commencer par l’idée même de cette thérapie dite de la constellation familiale où les participants semblent plus ou moins possédés. De là à penser qu’on cherche à l’égarer…

Zygmunt Milosewski signe le genre de polar que j’aime, nous entrainant dans une enquête des plus classiques – je ne vous dirai pas à quoi j’ai pensé, ce serait vendre la mèche –  qu’on prend plaisir à suivre dans tous ses méandres mais qui est loin d’être le seul intérêt du roman.  Car celui-ci se trouve aussi dans la ville même de Varsovie, personnage à part entière, que notre procureur connait intimement et arpente à loisir, dans la vie quotidienne un peu trop tranquille de ce fonctionnaire intègre mais à l’insatisfaction grandissante, dans l’auscultation enfin de cette société polonaise qui semble avoir occulté l’avant « chute du mur », mais dissimule dans les replis de sa mémoire collective, tant les ombres de son passé totalitaire que celles toujours vivantes des vestiges d’une corruption d’état. Le tout servi par une écriture fluide, voire élégante, avec un fond d’humour un tantinet cynique qui tempère plaisamment la noirceur du propos. Dépaysant !

Les impliqués – Zygmunt Miloszawski – 2013 – Mirobole

lire-le-monde-300x413L’avis de Tête de lecture qui m’a donné envie et qui a inscrit l’auteur dans son défi : Lire le monde

PS : Les aventure de Théo Szacki comptent à ce jour trois opus et je compte bien lire la suite des enquêtes de notre atrabilaire procureur

Ce contenu a été publié dans roman polonais. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

18 réponses à Les impliqués

  1. BlueGrey dit :

    J’ai bien aimé suivre les péripéties de ce cher Théo, tant dans ce premier opus que dans le second. Je n’ai pas encore lu le 3e, mais je compte bien le faire. Ce que j’ai particulièrement apprécié c’est, comme tu le dis, au-delà de l’intrigue policière, de découvrir l’histoire de la Pologne et ses défis / dénis actuels…

  2. Tout ce que j’aime ! Ma lecture sera pour l’an prochain.

  3. Sandrine dit :

    Ce Szacki, on s’y attache malgré son caractère de cochon. A chaque tome, une ville différente, toujours exécrable vue par lui. Et chaque tome est meilleur que le précédent : on ne décroche pas du troisième, prévois un week-end !

  4. ingannmic dit :

    Mener l’enquête du point de vue d’un procureur, qui plus est à mille lieux de l’image d’Epinal que peuvent en donner les séries américaines… j’avais trouvé cela original.
    Je n’ai pas encore lu le 2nd opus, mais j’en ai bien l’intention.

    • yueyin dit :

      En même temps cela n’a rien d’étonnant que le système polonais soit à mille lieu du système américain, c’est l’inverse qui serait bizarre :-) mais du coup c’est dépaysant :-)

  5. Aifelle dit :

    J’ai aimé les deux premiers, me reste le troisième à découvrir. C’est le contexte polonais qui est intéressant, autant pour le passé que pour le présent.

  6. J’ai bien aimé ce premier tome. Le deuxième traine dans la PAL et le 3e sera apporté normalement par le vieux barbu rouge à mon paternel pour qu’il termine la trilogie, et moi aussi par la même occasion :)

  7. Jerome dit :

    L’humour cynique, j’aime bien. Mais les polars beaucoup moins :p

  8. J’avais vraiment accroché. Et les suivants sont tout aussi bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *