Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

scoutDans les années trente, en Alabama, l’avocat Atticus Finch élève seul ses deux enfants d’une façon toute personnelle. Pour cet homme intègre et droit, les valeurs comptent plus que l’apparence et ce sont ces valeurs qui sont au coeur de son éducation, faisant de Scout et Jem des enfants fort éveillés, foncièrement honnêtes, suprêmement attachants mais socialement assez décalés voire de purs sauvageons – du moins selon leur tante plus classique dans ses attentes. Quand Atticus est chargé de la défense d’un noir accusé du viol d’une blanche, la vie se complique pour toute la famille…

Enfin me direz-vous ! Il était plus que temps, un classique pareil, toujours pas lu ? La honte ! Et je confirme, ce roman mérite tous les éloges qu’il a pu recevoir sans parler de son Pulitzer. À la fois roman d’apprentissage, roman social, chronique d’une époque et policier tendance judiciaire, ce petit bijou enchante par son point de vu décalé. Car c’est Scout, huit ans, garçon manqué pleine de principes et d’imagination qui raconte ce qu’elle vit cet été là, comment elle le comprit et ce qu’il en advint. Et Scout – qui partage bien des traits avec Harper Lee – est une petite fille passionnante qui mène son histoire tambour battant, tient le lecteur en haleine et réussit le tour de force de concilier un hymne à la douceur du sud, un éloge de la tolérance et une âpre dénonciation de la société de l’époque. Magnifique !

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – Harper Lee – 1960 – traduit de l’anglais par Isabelle Stoïanov et Isabelle Hausser

PS : Je verrai bien l’adaptation de Robert Mulligan avec Gregory Peck moi maintenant…

Ce contenu a été publié dans Roman américain. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

37 réponses à Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

  1. LE Papou dit :

    Ce fut un coup de coeur pour…
    Le Papou

    Mais… il y a bien longtemps.

  2. BlueGrey dit :

    Un coup de cœur pour moi aussi ! Largement et multiplement conseillé et offert ! :)

  3. Framboise dit :

    Me le suis repris pour le relire ! Avais tellement aimé 😉
    Mille bises

  4. keisha dit :

    What, pas encore lu? Le livre : j’avais trouvé le début longuet. Et le film, lui, raccourcit ce début, justement (voui, Gregory Peck)

  5. Lu il y a des années et c’était une vraie découverte. Un roman émouvant et juste. A lire.

  6. Jerome dit :

    Depuis le temps qu’il est dans ma pal celui-là, j’espère bien l’en sortir un jour parce qu’il est clair que c’est un incontournable !

  7. Une lecture qui a su attendre son heure.

  8. Papillon dit :

    Je l’ai adoré ! (et classé dans mon Top 100) Un immense roman pour moi.

  9. noukette dit :

    Depuis le temps que je dois le lire !!

  10. gambadou dit :

    Un beau coup de coeur pour moi aussi, tu me donnes envie de le relire

  11. Karine:) dit :

    Quoi, tu avais pas lu? J’étais certaine pourtant!
    Et j’étais certaine que tu adorerais.

  12. Valérie dit :

    Je crois que je fais partie de la poignée de non-conquis par ce roman (pourtant, le thème fait partie de mes thèmes de prédilection).

  13. bladelor dit :

    Un coup de coeur pour moi aussi. Un bijou, je suis bien d’accord !

  14. gambadou dit :

    un merveilleux souvenir de lectire

  15. éléa dit :

    Moi aussi encore jamais lu .. un joli billet qui donne envie.

  16. Je l’ai lu tout récemment aussi (enfin l’été dernier, mais tardivement donc) : un incontournable, un de ces petits moments de grâce ! :-) Bonne soirée, Yueyin !

  17. AMBROISIE dit :

    J’étais jeune quand je l’avais lu mais j’en garde encore un merveilleux souvenir comme quoi ce livre m’a totalement marqué, surtout cette injustice du au racisme de l’époque, ce qui a don vraiment de me révolter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *