Mémoires d’Hadrien

hadrien« Les dieux n’étant plus et le Christ n’étant pas encore, il y a eu, de Cicéron à Marc Aurèle, un moment unique où l’homme seul a été. »
Flaubert

Au IIe siècle de notre ère dans une longue lettre à son petit-fils adoptif et successeur putatif, Marc-Aurèle, Hadrien, empereur vieillissant se confie sur sa vie et ses œuvres, ses désirs et ses volontés, ses goûts artistiques, ses réflexions philosophiques, ses réussites, ses échecs…

Ces mémoires, rédigées à la première personne donc – et ce n’est pas rien d’attirer si bien le lecteur dans l’esprit d’un homme qui vécut il y a presque deux millénaires, se structurent en périodes. Le premier chapitre – animula, vagula, blandula – campe le personnage, ses valeurs et ses convictions, les suivants retracent sa trajectoire :  sa jeunesse jusqu’à la mort de Trajan son père adoptif – Varius multiplex multiformis, ses premières années d’empereur pacifiste et épris d’ordre – Tellus stabilita, l’apogée de son existence et sa passion pour Antinoüs – Sæculum aureum et enfin les dernières années de sa vie Patientia, qui voient l’empereur, physiquement diminué, s’interroger sur la mort, la sienne et celle des autres, mais aussi plus généralement sur l’impermanence de toutes choses.

Comme toujours au moment d’écrire sur un classique, je me demande en toute honnêteté qu’écrire qui ne l’ait pas déjà été, et beaucoup mieux, sur ce roman considéré assez universellement comme un chef d’œuvre et inscrit sur la liste des 100 meilleurs livres de tous les temps*. Et comme toujours également, je me dis que le seul point de vue adoptable est celui de l’expérience de la lecture. Car j’avais déjà lu ce roman, il y a trente ans je pense, et à l’époque il ne m’avait pas laissé de souvenirs durables. Oh j’avais aimé mais comme un roman historique. Ce qu’il est sans aucun doute – l’érudition de Marguerite Yourcenar scintille à chaque page mais tellement intégrée et je dirais digérée qu’elle ne semble jamais pesante. Je l’avais aimé donc mais comme tant d’autres et oublié. J’ai toujours aimé l’histoire avec passion sinon avec sagesse et dévoré des quintaux de romans historiques de toute qualité. Mais en limitant ma lecture à cet aspect, j’étais passé à côté de ce livre – question d’âge, de période, d’expérience, de vitesse peut-être car j’en étais encore à mes périodes insatiables et ogresques de lectures dévorées toutes crues et à toute allure (mais je me suis calmée, si si je l’atteste, lecteur de peu de foi, je lis moins et moins vite) car s’il est bien plus qu’un roman historique, il se déguste lentement, se relit par morceaux, se médite, oblige à l’interruption par surcharge cognitive, au retour en arrière pour la musique des mots. Méditation philosophique et esthétique sur la solitude de l’esprit humain en quête de sens – en cette période où Flaubert l’envisageait libre car dégagé de tout dieu, réflexion humaniste sur les appétences humaines à l’ordre ou au chaos, au bonheur ou à la liberté, analyse lucide des traces que tout homme espère laisser sur l’onde des temps, ode à la tolérance et la paix – si ardemment souhaitées si rarement accomplies, exploration désenchantée des rapports de l’esprit et du corps, celui-ci servant celui-là avant de l’asservir par ses fêlures et ses usures. J’en oublie sans doute, tant ce roman est riche et dense, superbement écrit aux limites du roman classique et de la poésie pure.  Sublime !

Mémoires d’Hadrien – Marguerite Yourcenar – 1951 – Plon

*Celle du cercle norvégien du livre composée à partir des propositions de 100 écrivains de 54 pays différents

Ce contenu a été publié dans roman français. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

24 réponses à Mémoires d’Hadrien

  1. Le Papou dit :

    Je suis arrivé à un âge où je me demande si les réflexions de la fin du livre ne vont pas de donner le bourdon.
    Bisous
    Le Papou

  2. BlueGrey dit :

    J’ai a-do-ré !!! Un chef-d’œuvre en effet !

  3. keisha dit :

    Il serait bien temps que je le lise. En fait je veux le lire depuis… l’auteur était encore vivante, sûrement.

  4. Papillon dit :

    Ce livre est un de mes gros échecs : je n’ai jamais pu le finir, malgré plusieurs tentatives. Mais peut-être étais-je trop jeune, en fait ? 😉 Tu me donnes envie de retenter l’expérience…

  5. Je l’ai lu il y a une éternité ! Il faudrait que je le relise, tiens !

  6. Violette dit :

    je freinais des quatre fers pensant m’ennuyer à mourir et puis je l’ai découvert en livre audio, et j’ai adoré! Un chef d’œuvre oui!!!

  7. jerome dit :

    Jamais lu Yourcenar, malheureusement. Et je ne suis même pas certain d’y venir un jour…

    • yueyin dit :

      Ah mais il faut suivre ses envies, il y a tant à lire :-) Moi ça m’a pris d’un coup, je ne sais pas trop pourquoi après toutes ces années et ce fut une réussite :-)

  8. annie fournel dit :

    lu il y a des années mais votre article me donne envie de le relire J’en garde le souvenir d’un très beau roman historique , c’est sans doute plus que ça A reprendre décidément Merci

  9. Il m’était tombé des mains. Je devrais sans doute ré-essayer.

  10. Mrs Figg dit :

    Il fait partie des classiques que j’aimerai relire un jour … Bizarrement, je me souviens avoir adoré et dévoré cette histoire (vers l’âge de 20 ans) sans me rappeler réellement de quoi il s’agit …

  11. Adoré à l’adolescence, je l’ai relu adulte et j’ai été déçue. Aurais-je perdue mon âme de jeunesse?

  12. Karine dit :

    Et si je te disais que je ne l’ai encore jamais lu? Limite honteux, hein!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *