21 jours en octobre

Octobre 1970, Gaétan, 15 ans, vient d’abandonner l’école qui ne lui semble pas faite pour lui ni pour tous ceux qui viennent du faubourgs à m’lasse*. Depuis une semaine, il travaille à l’usine, soutenant ainsi sa famille, que l’accident du travail de son père et le chômage qui a suivi a fragilisée. Mais dans la nuit du 15 au 16 octobre, le gouvernement vote la loi des mesures de guerre et à sa sortie du travail, au petit matin, Gaétan voit son meilleur ami arrêté de façon musclée sans paraitre comprendre pourquoi. Il ne le sait pas encore mais mais la période qui va suivre – entrée dans l’histoire sous le nom de Crise d’octobre – va bouleverser profondément sa vision du monde – auquel il n’avait guère réfléchi, de la politique – qui lui était étrangère et de lui-même.

Magali Favre prend le parti de nous faire vivre la fameuse Crise d’octobre par les yeux d’un adolescent qui ne s’est jamais interrogé sur le monde qui l’entoure. Elle évite ainsi un abord trop didactique et nous plonge d’une certaine façon dans l’ignorance et la confusion qui furent la part d’une bonne partie de la population pendant ces terribles journées. Un point de vue qui peut se révéler peu satisfaisant pour ceux qui aimeraient une approche plus distanciée mais plutôt efficace pour ceux qui en ignorent tout. Le roman se lit bien, l’écriture est simple, les personnage principaux, Gaétan et Louise, sympathiques, la famille de Gaétan singulièrement attachante et on a le plaisir de rencontrer le grand Gaston Miron et de l’entendre discourir sur la place de la langue française à l’époque. Recommandable !

21 jours en octobre – Magali Favre – les éditions du boréal – 2010

*le faubourg à m’lasse, surnommé ainsi  cause des effluves désagréables des barils de mélasse qu’on déchargeait sur le port se trouvait au centre sud de Montréal le long du fleuve et à l’est de la rue Berri…

lu dans le cadre de la LC jeunesse de Québec en novembre

 

Ce contenu a été publié dans livre jeunesse, Québec en novembre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à 21 jours en octobre

  1. Karine dit :

    Bon bon bon… si vous vous y mettez à deux…

  2. luocine dit :

    mais que s’est il passé en octobre au Québec?

    • yueyin dit :

      Sur fond de revendications de plus en plus marqué des francophones à pouvoir vivre dans leur langue et leur singularité, le Front de libération du Québec (FLQ) a enlevé d’abord un diplomate anglais puis un ministre. Par peur d’une insurrection, le gouvernement québécois vote les mesures de guerre et fait appel à l’armée canadienne pour faire régner l’ordre. Des centaines de personnes sont arrêtées et gardées au secrets pendant des semaines. quelques jours plus tard le FLQ assassine le ministre qu’ils avaient enlevé. A partir de là ça part un peu en cacahuète, les gens ont peur. Les felquistes sont arrêtés et les sympathisans indépendantistes peu à peu relâchés. Je te la fait courte, je ne suis pas une spécialiste mais disons que c’est une date qui compte au Québec. Quand je militais dans les associations étudiantes à Montréal et que j’essayais de convaincre les gens de s’engager, j’ai eu souvent des réponses du genre, « non rien a faire, on s’engage, on ouvre sa grande gueule et puis un jour la police débarque. »

  3. Enna dit :

    J’ai trouvé ça vraiment accessible pour quelqu’un qui ignorait l’histoire du pays. Une bonne approchebpour des adultes français et des ados québécois je pense!

  4. isallysun dit :

    Tel que dit sur le blog d’Enna, je connais très peu cette période de notre histoire, mais la façon dont tu parles du livre m’interpelle. Un jour sans doute!

  5. Un mois de littérature québecoise qui commence bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *