Midnight Texas

La petite bourgade de Midnight au Texas – deux rues, un croisement, un feu rouge, une demi-douzaine de boutiques – a tendance à attirer des gens atypiques et on y respecte la vie privée des autres : pas de questions indiscrètes et une tolérance de bon aloi. Un bon endroit pour Manfred dit l’incroyable Manfredo ou Bernardo l’extralucide qui, entre sa voisine tenant une boutique Wicca et l’étrange mont-de piété de son propriétaire – tenu la nuit par un locataire qu’on ne voit jamais de jour, s’y sent tout de suite parfaitement à sa place. Les petites bizarreries alentour lui semblant plus intéressantes qu’inquiétantes et en tout cas garantes de sa tranquillité. Pourtant en matière de bizarrerie, Midnight lui réserve encore quelques surprises, et pas toujours tranquilles…
En explorant les arcanes de Netflix, je suis tombée par hasard sur la série Midnight Texas qui m’a rappelé que de temps à autres un peu de bit-lit (bit-movie ?) me plaisait bien. Et comme quand on aime on ne compte pas, je suis – aussitôt pensé, aussitôt fait – partie à la recherche des livres dont la série s’inspirait – en l’espèce une trilogie de Charlaine Harris (bien connue pour sa Communauté du sud adapté sous le nom de True Blood) et hop me revoilà côtoyant, mediums, vampires, garous et autres sorcières – j’ai toujours rêvé d’être une sorcière même bien avant de visiter Poudlard.
Et bien croyez-le ou non, ce fut fort agréable, les romans de Charlaine Harris valent plus par leur atmosphère et leurs personnages que par l’action proprement dite, ce qui me convient très bien. Après la chaleur poisseuse de Bon Temps, l’ambiance sèche et poussiéreuse de Midnight est fort bien rendue et les personnages m’ont semblé plutôt meilleurs que ceux de ses précédentes séries – moins spectaculaires sans doute mais aussi moins caricaturaux, plus discrets voire secrets (j’aime que les personnages ne déballent pas leur jardin secret trop vite) mais non moins intéressants. Bon on croise bien une ou deux personnes de connaissance quand même mais c’est anecdotique. Les intrigues sont bien vues et vont crescendo au long des trois romans – voui il y a plus d’action dans le second et encore plus dans le troisième pour ceussent qui aiment – pour finir en feu d’artifice surnaturel – classique mais toujours efficace ; un bon cru pour les amateurs du genre. Dépaysant !
Midnight Texas -1 Simples mortels, passez votre chemin 2014- 2 Les esprits se déchainent 2015 – 3 Nuits blanches à Midnight 2016 – traduit de l’anglais (USA) par Anne Muller – J’ai lu
PS : La série créée par Monica Owusu Breen pour Universal date de 2017 et compte pour l’instant une seule saison de dix épisodes. L’histoire est suffisamment différente des romans pour qu’on puisse apprécier les deux et le casting est plutôt sympa. Cela dit ne cherchez pas la puissance transgressive et sulfureuse de True Blood, elle n’y est pas mais ça se laisse regarder et si la saison 2 est tournée, j’en serait ravie.
PPS : J’ai découvert bien d’autres bizarrerie en trainant sur netflix, je vous en reparlerai tiens…

Ce contenu a été publié dans SFFF. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Midnight Texas

  1. Des bizarreries sur Netflix ? Je suis curieuse….

    • yueyin dit :

      des mousquetaires revus et corrigés par la BBC, des affrontement saxons danois à l’époque du danelow, les aventures de marco polo et même une série qui se passe au Paradis… 🙂

  2. Hilde dit :

    Je pense que ça me plairait. J’avais bien aimé « Crimes au clair de lune », un recueil de nouvelles de Charlaine Harris, lu il y a plusieurs années.
    Et puis, je suis toujours partante pour rencontrer mediums, vampires et sorcières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *