les sangs

Anne ma soeur Anne, ne vois tu rien venir*…

Dans une ville hors du monde et du temps, Féléor Barthélémy Rü, l’homme le plus riche qui soit, ne tombe amoureux que de femmes d’exception qui lui vouent un amour absolu jusqu’à la déraison. Sept femmes, toutes différentes, toutes vouées à mourir d’amour et à lui laisser en souvenir, un journal, quelques lettres, un récit…

N’ayant rien lu sur ce roman (pas même le bandeau qui apparemment l’ornait chez grasset car j’ai une édition québécoise), je me suis trouvée totalement désarçonnée par cet étrange roman.* Désarçonnée, rebutée – à la limite du malaise parfois – mais fascinée aussi par une narration et une écriture étincelante au service d’une vision aussi noire que possible mais pourtant étonnamment allègre d’un conte* déjà passablement effrayant au départ. Audrée Wilhelmy brode ici sa version de l’amour à mort entrelaçant avec virtuosité féerie, érotisme et horreur, ajoutant une touche de perversité à nos peurs d’enfants. Sulfureux !

Les sangs – Audrée Wilhelmy – Léméac 2013 – Grasset 2015 – Nomades 2017

*Charles Perrault
**Aussi essaierais-je d’en dire aussi peu que possible (mais si je peux être brève farpaitement)
***Comment ? quel conte ? Mais qui donc avait eu sept femmes et gardait ses souvenirs dans une pièce fermée à clé ? Laissez-moi réfléchir…

L’avis de argali , celui de Enna

Ce contenu a été publié dans Québec en novembre, roman québécois. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

15 réponses à les sangs

  1. Enna dit :

    Moi aussi je ne savais pas à quoi m’attendre et en plus je l’ai lu en audio mais je me souviens avoir aimé malgré tout et malgré le côté sulfureux et parfois glauque. Mais le style est bon. Je me demande si elle a écrit autre chose plus … grand public?

  2. argali dit :

    J’ai aimé la réflexion sur les relations humaines, les jeux de l’amour, les fantasmes. Je reconnais de grandes qualités littéraires à ce texte mais la thématique du plaisir lié à la douleur et à la mort n’est pas pour moi.

    • yueyin dit :

      Ah il est certain que ça va très loin, vers le troisieme ou quatrieme chapitre j’étais vraiment à la limite du malaise … Mais je suis allée au bout en un temps record. Vraiment un drôle de bouquin…

  3. Le Papou dit :

    Bon, suis pas tenté pantoute et puis, de toute façon, j’ai encore 3 autres romans à finir avant la fin du mois.
    Le Papou

  4. isallysun dit :

    est-ce que c’est comme la porte et qu’il ne faut pas non plus ouvrir ce livre?

  5. jerome dit :

    La couverture annonce l’étrangeté du texte on dirait.

  6. Un sacré mélange que tu as apprécié.

  7. gambadou dit :

    ouch, trop noir pour moi

Répondre à Alex-Mot-à-Mots Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *