Nord et Sud

Élevée en partie à Londres par sa tante, une femme fortunée, Margaret Hale a idéalisé Helstone, le village du sud de l’Angleterre où se trouve le modeste presbytère familial. Après le mariage de sa cousine, elle se réjouit de retourner y vivre mais ce bonheur est de courte durée car son père décide de quitter l’église anglicane et de trouver un travail de précepteur dans une ville industrielle du nord du pays, une ville active, laborieuse et enfumée à mille lieues de ce que Margaret connait et apprécie. Entre un père faible, rongé par la culpabilité et une mère maladive peu encline à accepter la notable réduction de son train de vie, la jeune fille va être contrainte de fréquenter des gens qu’elle n’aurait jamais imaginé côtoyer et peu à peu remettre en cause ses certitudes et ses (nombreux) préjugés.

Elizabeth Gaskell est une victorienne qui a fréquenté Dickens – son éditeur -, Charlotte Brontë et bien d’autres mais c’est une victorienne quelque peu atypique. Nord et Sud dépeint en effet très précisément non seulement le contraste qui se créait en ce milieu du XIXe siècle anglais entre un sud campagnard et un nord urbain en pleine transformation, mais aussi les tous premiers affrontements entre deux classes appelées à en voir bien d’autres, les ouvriers et leurs patrons. Elizabeth Gaskell campe ici deux superbes antagonistes Thornton et Higgins reflétant le contraste entre les opinions et façons de vivre de ces deux classes, misère mais aussi émancipation d’un côté, ambition et fascination pour le progrès de l’autre. Décriées à l’époque (parce qu’écrites par une femme), les joutes verbales entre les deux hommes trouvent aujourd’hui d’étranges résonances.

Dans un autre registre, l’auteure se livre également ici à l’exercice classique du roman d’apprentissage avec une belle finesse. L’affrontement des caractères rappelle bien évidemment Orgueil et Préjugés de Jane Austen et cela de plusieurs façons mais l’évolution de Margaret est tout autre et beaucoup plus profonde que celle de Lizzie. Sans en dire trop disons que si Austen est inégalable dans son registre caustique, Gaskell livre ici une oeuvre beaucoup plus sociale qui s’intéresse autant aux classes laborieuses, domestiques ou ouvriers qu’aux marges de la bonne société, industriels, dissidents religieux ou… femmes. J’ajouterais que je trouve assez impressionnant qu’une femme de son époque ait peint comme des personnages positifs un renégat de l’église anglicane, un mutin condamné à mort par contumace (les joies de la marine anglaise), ou même une femme décidée à prendre sa vie en main, toutes rebellions à l’autorité établie assez peu conformes aux idéaux de l’époque. Un roman riche et foisonnant, magnifiquement écrit dont je pourrais parler beaucoup trop longuement si je me laissais aller. Excellent !

Nord et sud – Elizabeth Gaskell – 1855

Les avis de Isil, Fashion, Pimpi, Karine, Chiffonette, Keisha…

PS : d’Elizabeth Gaskell, j’avais déjà lu Lady Ludlow qui m’avait beaucoup plu quoique la forme en soit moins aboutie à mon sens et la bonne nouvelle est que j’ai Cranford dans ma pal.

PPS : Mon personnage préféré est bien entendu le plus austenien de tous (on ne se refait pas), le spirituel Mr Bell.

PPPS : la description d’une grève de l’époque est pleine d’intérêt, entre autre chose sont je n’ai pas parlé et qui devrait vous convaincre de lire ce superbe roman.

Elizabeth Gaskell est morte au milieu d’une phrase, une tasse de thé à la main… n’est ce pas une mort intéressante pour le challenge nécrophile de fashion (que j’avoue oublier de mentionner la plupart du temps) ?

Ce contenu a été publié dans roman britanique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

28 réponses à Nord et Sud

  1. Turquoise dit :

    Il est dans ma PAL ! Je vais aller l’en sortir plus vite que prévu…

    Elisabeth Gaskell est vraiment morte au milieu d’une phrase ??? Ca doit être rageant pour un écrivain, non ? Et une tasse de thé à la main ???? J’ai raison de ne pas boire de thé, alors, c’est une activité dangereuse pour la santé, visiblement ! Mouarf !!!

    • yueyin dit :

      Ecoute c’est ce que j’ai lu et cela m’a assez frappé aussi… En même temps si tu comptes le nombres d’heures que les anglais passent une tasse de thé à la main, il y a forcément une probabilité non ?

  2. Tiphanie dit :

    J’ai adoré Wives and daughters (que je te recommande aussi du coup), donc je lirai celui-là aussi!

  3. Le Papou dit :

    Comme mentionné à Karine ces jours-ci il va falloir que je découvre Jane Austen, ce qui l’a bien fait rire….????

     

    Le Papou

    • yueyin dit :

      J’avoue que je me demande comment le papou va se sentir dans la société particulière de cette époque, mais après tout pourquoi pas 🙂 Mois j’adore jane Austen et j’aime beaucoup Elizabeth Gaskell aussi, en fait j’aime les anglaises 🙂

  4. Chimère dit :

    Le thé dangereux à ce point ? . Enfin, elle est au moins partie en douceur.

    Cette chère Elizabeth est dans mes projets de futures lectures avec sa copine l’autre Elizabeth Goudge. 

  5. gambadou dit :

    très Jane Austen en effet, même dans la mort !

  6. Joelle dit :

    Il est dans ma PAL depuis un petit moment vu que tout le monde semblait sous le charme de cette lecture mais il n’a pas été facile à avoir (il a été longtemps épuisé en version française et comme je voulais le prêter ensuite à une amie, j’étais obligée de m’en tenir à cette version !)

  7. bladelor dit :

    Très envie de lire ce roman. J’y viendrai un jour c’est certain.

  8. Lou dit :

    Tu en parles vraiment très joliment… je l’ai lu il y a un an mais je n’avais pas eu le temps d’écrire mon billet et je vais avoir bien du mal à m’y mettre, même si je me suis promis de l’écrire avant la fin de l’année. Je suis d’accord avec toi sur le fait que les thèmes abordés sont assez étonnants pour une femme de cette époque. En revanche mon coeur revient à Jane Austen qui me touche beaucoup plus (pas parce que c’est sentimental, mais de façon plus générale j’apprécie énormément ses traits d’esprit et le personnage que l’on devine derrière la plume).

  9. Quelle mort ! Il y en a de plus terribles.

  10. Anjelica dit :

    je note ce roman, chère austénienne

  11. Anjelica dit :

    Tu l’as lu en français ou en VO ?

  12. Anjelica dit :

    alors, si tu l’as en français, tu pourras peut-être me le prêter ?

  13. maijo dit :

    Tu as raison, ce roman est superbe parce qu’il dépasse le typique roman victorien par son contenu plus « social », parce qu’il est superbement bien écrit et parce que ses personnages sont extraordinaires. Pour moi, perdue dans ma Chine du sud, ce fut un coup de coeur absolu.

     

  14. Sergei Bux dit :

    Bonjour,
    Voici ce que je te propose : une histoire trépidante d’une famille turque qui s’évade de son pays pour trouver refuge et prospérité, mais tout cela, c’est sans compter les souvenirs…

    Le livre Le livre

    Sinon, je suis actuellement en train d’écrire mon prochain livre, tu trouveras des textes (un nouveau chaque lundi) écrits par les personnages principaux à cette adresse : http://swapyourweb.org/sergei.bux/maryamslife/index.php.

    Merci !

    Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *