Le souvenir

Son image, comme un songe,
Partout s’attache à mon sort;
Dans l’eau pure où je me plonge
Elle me poursuit encor  
Je me livre en vain, tremblante,
à sa mobile fraîcheur,  
L’image toujours brûlante  
Se sauve au fond de mon coeur.
 
Pour respirer de ses charmes  
Si je regarde les cieux,  
Entre le ciel et mes larmes,  
Elle voltige à mes yeux,  
Plus tendre que le perfide,  
Dont le volage désir  
Fuit comme le flot limpide  
Que ma main n’a pu saisir.


Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) – Poésies

 

Ce contenu a été publié dans poèmes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Le souvenir

  1. lou dit :

     

    Et voilà l’impair, enfin !

    Quelle art dans la progession pédagogique !

     

     

  2. lou dit :

     

    Tu garderas le « le » en cadeau, pour plus tard… ;)))

     

     

  3. gambadou dit :

    comment faire passer autant de sentiments en si peu de phrases. Très beau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *