Grandeur Nature

J’ai longtemps cru à la peine des pierres.
Elles gisent abandonnées au bord des routes.
Le soir oblique démesure les ombres
Et, pour les rassurer, je leur donnais regard.

J’ai longtemps cru à la gloire des fleurs
Et les cueillais au plus lointain du bois
Pour que la beauté ne soit pas inutile.

Ainsi j’ai construit ma propre douleur,
moitié caillou, moitié jasmin,
et jamais achevée.

Jean Malrieu 1915-1976

Ce contenu a été publié dans poèmes. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Grandeur Nature

  1. Florinette dit :

    C’est un très joli texte, merci pour cette jolie découverte ! 😉

  2. Lilly dit :

    Je n’ai jamais entendu parler de ce poète, mais c’est un très beau texte !

  3. Philippe dit :

    Je n’aurai qu’un mot : magnifique

    et un 2è : merci

  4. BelleSahi dit :

    C’est un très beau poème. Je ne connais pas cet auteur.

    • yueyin dit :

      Je l’ai découvert au hasard d’un article. Les éditions du Cherche Midi a semble-t-il édité son « oeuvre poétique 1935-1976 ». Pour l’instant je n’ai pu lire que quelques poèmes de lui qui m’ont beaucoup plû 🙂

  5. fashion victim dit :

    J’adore le premier vers!

  6. Flo dit :

    Je venais juste voir si tu avais survécu à la V2 😉 Moi je résiste toujours et de toute façon on ne me la propose plus : na ! 😀

    Bonne journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *