Sense and Sensibility

180px-SenseAndSensibilityTitlePage C’est une vérité universellement reconnue qu’un mois anglais digne de ce nom ne saurait être complet sans Jane Austen. Alors certes j’ai déjà chroniqué Raison et Sentiments et dit tout le bien que j’en pensais, et Tolkien sait que j’en pense grand bien, mais le mois anglais sévissant, J’ai pensé faire une pierre trois coups et persévérer dans mes relectures d’Austen en Anglais (quelle langue magnifique elle écrivait) tout en testant mon tout nouveau jouet liseur (pensez donc tout Jane dans ma poche). Tout concourait donc à me pousser à la relecture (encore une fois) de ce merveilleux roman (Qui a dit qu’il m’en fallait peu, qu’il se dénonce).
Et comme de bien entendu, j’ai pris grand plaisir à retrouver Elinor et Marianne, leur entourage, leur mère fantasque, leur famille si peu méritante, leurs amis et plus si affinités… Jane Austen a sans doute mis beaucoup d’elle-même dans le personnage d’Elinor, fine observatrice, attentive aux autres, sensible mais pragmatique, toute en profondeur et retenue. Et quel beau contraste avec Marianne, affectueuse et brillante mais adolescente type à une époque où le concept même d’adolescence n’existait pas. Avec sa soif d’absolu, son refus de toute compromission, son égoïsme aveugle et son manque de mesure elle pourrait évoluer dans un roman contemporain sans détonner. L’étonnante modernité des personnages évoluant sur une toile de fond à mes yeux délicieusement désuète est sans doute ce qui me fascine le plus chez Jane Austen avec peut être le côté acéré de son trait. En relisant, je me disais une fois encore que les Dashwood, le frère et la belle-soeur, appartenaient de droit à mon panthéon d’affreux, être tellement secs, égoïstes, obtus et obnubilés par l’argent tout en se posant en parangon de respectabilité mérite une citation exemplaire à l’ordre du démérite. Mais en même temps comment ne pas les aimer un tout petit peu quand la plume au vitriol de leur créatrice en brosse un portrait aussi réjouissant.
Qu’ajouter ? sinon que ce qui m’a particulièrement frappé cette fois, c’est la construction parallèle du roman. En partie masquée par le brillant des personnages, elle se révèle à la relecture particulièrement rigoureuse. Les deux soeurs sont confrontées à des épreuves très similaires mais leurs comportements respectifs divergent largement et c’est cette différence qui est bien sûr au coeur du roman. Reprenons donc, un cadre social merveilleusement vivant et exotique, des personnages complexes, une plume aussi cruelle qu’élégante : un livre à lire et à relire !

Sense and Sensibility – Jane Austen – 1811

PS : Tiens je n’ai pas parlé de mes comparaisons de traduction, comme d’habitude il m’a semblé repérer des passages que je n’avais pas lu en français et j’ai commencé à comparer mes versions mais emportée par la plume austenienne, je n’ai rien noté – Shame on me !
PPS : Le style d’Austen est vraiment sublime en anglais, comme pour Persuasion, il m’est venu des envies de lecture à haute voix, si seulement mon accent me le permettait.

                                  

Lu dans le cadre du mois anglais de Cryssilda,Lou et Titine et en version originale anglaise (oui je suis fière, sorry)

Ce contenu a été publié dans roman britanique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

18 réponses à Sense and Sensibility

  1. Grominou dit :

    Moi aussi quand je lis Austen j’ai envie de lire à haute voix mais je me retiens car ce serait un désastre! J’aime beaucoup ta description des deux soeurs, c’est exactement cela!

  2. Cuné dit :

    Mais tu as de quoi être fière, you know :))

  3. bladelor dit :

    Je l’ai pas encore lu, mais quand je le feria, je vais m’essayer à la VO. 2012 sera l’année Jane ou ne sera pas !!!

  4. melodie dit :

    J’aurais bien aimé en savoir plus sur tes comparaisons entre la VO et la traduction. Ça m’est déjà arrivé, avec Ian Rankin, de voir des bouts complètements sautés dans la traduction! Bizarre…

  5. Tiphanie dit :

    Je ne les ai pas lu en français donc je ne saurais comparer, mais je suis bien d’accord avec toi en anglais, l’écriture est vraiment savoureuse et se prêterait très bien à l’oralité! Sense and sensibility m’a moins plu que Northanger Abbey ou Pride and Prejudice mais il n’en reste pas moins un très bon roman. Je me suis d’ailleurs acheté le dvd il y a quelques semaines.

    • yueyin dit :

      J’aime tous les Austen, mes préférés changent de temps en temps mais S&S et P&P sont mes préférés avec Persuasion je crois, ensuite je en sais pas Emma et Northanger je pense mais la vérité c’est que je les aime TOUS ! J’aime Jane voilà !

  6. Turquoise dit :

    Qu’est-ce que tu as choisi comme liseur (liseuse ? Oui, ce féminin peut prêter à confusion avec le trictot de nuit, mais j’aime bien aussi…) ? Kindle ou  autre marque ?

    • yueyin dit :

      J’ai choisi le Sony prs-t1, rouge ! Le kindle était très tentant mais le format propriétaire d’amazone m’a arrétée. Je ne maitrise pas encore complètement la bête mais ça vient bien. En plus il est tactile ce qui me convient bien. Je sais convertir les fichiers en format epub sauf ceux d’amazone, ça m’embête un peu car ils ont un chouette catalogue mais bon je me sens mieux comme ça 🙂

      De totues façon je m’en sers essentiellement pour les classiques (qui existent déjà gratuitement sur toutes sortes de sites) et éventuellement les romances en anglais (ces séries sont so encombrantes) et j’ai trouvé où commander ces dernières donc…

  7. Sara dit :

    J’adore celui-ci !! Il est assez riche en rebondissements  ! Par contre, pour le lire en anglais, il va me falloir encore un peu de temps.  

  8. Joelle dit :

    J’aurais du le lire l’année dernière alors cette fois, c’est décidé, je le lirai cette année … mais en français (c’est la version que j’ai dans ma PAL !)

  9. Titine dit :

    Comme j’aimerais pouvoir les relire en anglais…peut-être un jour serai-je à niveau. J’ai en tout cas bazardé toutes mes versions de chez 10/18 sous les conseils d’Isil. j’ai racheté celui-ci chez Folio, il me faut le relire. J’ai commencé à les relire les uns après les autres, pour le moment j’ai relu « P&P » et « Emma » et c’est toujours un régal absolu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *